Sur un marché où le sans engagement fait presque déjà la loi, un terminal Android offrant de belles prestations à ce prix-ci est une bénédiction. Mais que vaut le Cink Slim à l’utilisation ?

Note sur le test : les fêtes, fin d’année, le CES, nous avons pris beaucoup de retard sur nos tests. De fait, quelques publications, dont celle-ci, seront basées à 99% sur la vidéo, qui est très complète. La conclusion écrite est néanmoins assez complète et résume bien notre avis.

 

Test vidéo du Wiko Cink Slim

Vidéo avec sommaire interactif, cliquez sur le thème qui vous intéresse pour naviguer dans la vidéo, cliquez en haut à droite pour revenir au sommaire. Bonne lecture !

La vidéo ne fonctionne pas ? Voir la vidéo sur Youtube

Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Spécifications

Wiko Cink Slim

Système d’exploitation Android 4.0.4
Taille écran 4″ 480×800 capacitif multitouch
Connectivité

3G+ HSDPA GSM quadribande, Dual SIM

Mémoire 2Go de mémoire interne, microSD jusqu’à 32Go
RAM 512 Mo
Processeur Dual-Core 1GHz
Appareil photo

8 mégapixels, autofocus, flash LED

GPS ? Oui, A-GPS
WiFi ? Oui, b/g/n
Bluetooth ? Oui
Connectique micro USB, jack 3.5mm
Poids 140g
Dimensions 127.5 x 65.5 x 9.9 mm
Autonomie annoncée

Batterie 1600mAh

Prix Environ 150€ nu
Disponibilité Septembre 2012
DAS 0.874 W/Kg

 

 

Photos, design, prise en main

Contenu de la boîte : notices, écouteurs basiques, l’appareil, la batterie 2000mAh (amovible), le chargeur micro USB et le câble USB/micro USB.

 

Un design classique, dans la logique Alcatel One Touch

 

Côté interface, au choix, classique ou GO Launcher (pré-installé)

 

Autonomie

Wiko annonce 9h en communication et 8 jours en veille, lors de notre test d’autonomie le Cink Slim et sa batterie de 1600mAh ont plutôt bien résisté à nos tortures sans être une référence. Le terminal a terminé la série à une bonne moitié d’autonomie, ce qui est dans la moyenne haute de nos différents résultats pour des terminaux Android de ce type. Bien !

En gros cela signifie qu’en usage plus modéré (sans vidéo, ni jeu) vous devriez tenir 2 jours sans trop de soucis, une journée complète en usage plus intensif et une batterie à 0% en fin de journée pour une utilisation encore plus accentuée. Notez toutefois que comme tous les smartphones, le Cink Slim verra sa courbe d’autonomie baisser drastiquement en usage GPS.


 

Qualité photo et vidéo

En photo, la qualité générale est moyenne, pas nécessairement surprenante pour la gamme de produit mais tout de même décevante pour du 8 mégapixels. Cela prouve encore une fois que le composant photo choisi par le constructeur est loin d’être le seul élément à faire le boulot pour sortir un beau cliché. 

Le Cink Slim propose diverses filtres et options, dont un mode HDR un peu trop marqué à mon goût (dégrade la qualité de façon importante) mais une fonction panoramique plutôt performante (voir échantillon). En macro il semble difficile de faire une mise au point de réellement près.

 

En vidéo c’est très moyen avec une image qui manque de précision. L’autofocus fait le boulot assez rapidement, de nuit c’est assez compliqué avec  un bruit qui nous semble plus présent que sur d’autres terminaux testés. Le son enregistré est plutôt bon (voir échantillon).

Image de prévisualisation YouTube

 

Conclusion

Le Cink Slim est certainement un smartphone intéressant pour les personnes qui cherchent un appareil sous Android avec un prix nu « défiant toute concurrence » mais sans réel sacrifice niveau performances et fonctionnalités. La notion de prix nu est ici importante car le terminal est uniquement proposé de cette façon. Dans un marché des opérateurs qui demande à s’engager le moins possible, Wiko vise dans le mille.

Bien entendu, le Cink Slim est loin d’être parfait, difficile d’en attendre autant de ce smartphone à moins de 150€ que d’un terminal haut de gamme. Faisons le point.

 

Design et ergonomie ★★½☆

Wiko n’a pas spécialement innové côté design, visuellement l’appareil ressemble à beaucoup d’autres terminaux de ce type. Il m’a pas mal fait penser aux appareils Alcatel de 2012. En soi ce n’est pas franchement un problème, d’autant plus que les finitions sont décentes, avec un revêtement agréable en soft touch. La prise en main est bonne, écran de taille moyenne « oblige » (généralement), seul le bouton on/off est assez mal conçu, il ne ressort pas assez.

 

Ecran ★½

Une dalle 4″ en 480×800, qui offre une densité de pixels identique à (par exemple) un Galaxy S3 Mini de Samsung, LCD IPS au rendu très correct avec certes des noirs bien moins marqués que sur un Super AMOLED ou S-LCD mais des couleurs vives et généralement justes. 

Un smartphone Android très correct pour les petits budgets qui ne souhaitent pas un appareil bas de gamme 

Interface et fonctionnalités ★★½☆

Wiko est parti d’une base Android Ice Cream Sandwich avec quelques personnalisations légères et un launcher (application de personnalisation de l’interface home et menu) pré-installé (GO Launcher) pour ceux qui n’apprécient pas les premiers écrans dès la sortie de la boîte. Les fonctionnalités sont les mêmes que dans un terminal ICS quasi brut avec quelques petits plus apportés par Wiko. Ensuite à vous d’installer des apps et de modifier l’interface à votre convenance. Notez que les mises à jour sont assez complexes à effectuer avec un système manuel (il me semble que depuis une récente mise à jour celles-ci se font en FOTA). Jelly Bean est prévu, initialement pour fin 2012 et finalement pour début 2013. Dernier point, la fonction Dual SIM est appréciée, la gestion logicielle est bien conçue. Dernière chose, vous bénéficiez de seulement 2Go de mémoire interne de base, il faudra à priori investir dans une micro SD.

 

Performances ★★☆☆

Petit prix mais performances plus que correctes, nos différents jeux lourds (Mass Effect Infiltrator, Dead Trigger, Shadowgun Deadzone…) tournent sans soucis avec une bonne réactivité. Les perfs en jeu dépendront bien entendu également du titre dont il est question (optimisé, bien développé, ou non) mais globalement vous devriez pouvoir jouer en 3D sur votre Cink Slim pendant encore de longs mois. Dans l’interface c’est correct, les menus s’enchaînent à une bonne vitesse, sur le web c’est plutôt moyen, testé avec le navigateur de base avec plugins, sans plugins et avec Chrome pour Android. Dommage. Reste à voir ce que cela donnera sous Jelly Bean.

 

Qualité photo / vidéo ★☆☆

Encore une fois nous constatons que les mégapixels ne représentent qu’une petite partie de l’équation, 8 mégapixels sous le capot et le rendu n’est pas spécialement attrayant. En photo vous arriverez à obtenir des clichés corrects dans les bonnes conditions, avec un mode macro un tantinet capricieux. En vidéo c’est plus compliqué, un 720p assez bruité même en bonne luminosité et un rendu assez mauvais dès que les lumières s’affaiblissent.  

 

Autonomie ★★½

Plutôt bon point ici pour le Cink Slim avec un résultat meilleur que la moyenne à notre test d’autonomie. Il devrait vous offrir deux jours en utilisation légère et vous assurer une grosse journée en usage plus intensif. 

 

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Finitions correctes
  • Dual SIM
  • Prix nu
  • Jelly Bean prévu
  • Autonomie
  • Bouton on/off mal conçu
  • Qualité photo/vidéo
  • 2Go de mémoire interne
  • Fluidité moyenne sur le web

Note globale ★★★☆☆