Aujourd’hui, les marchés du mobile et du jeu vidéo sont bien différents, le gaming est devenu réellement mobile et le Xperia Play semble donc débarquer dans un environnement propice à un beau succès. Mais que vaut cet appareil hors normes en tant que console de jeu mobile mais aussi en tant que smartphone moderne ?

 

Test vidéo du Sony Ericsson Xperia Play

Ce test vidéo est en deux parties distinctes, chaque partie tente de répondre aux questions suivantes : le Xperia Play est-il un bon smartphone ? Le Xperia Play est-il une bonne console de jeu mobile ?

Ces vidéos possèdent un sommaire interactif (vers les 3sc, pensez à faire pause sinon le sommaire disparaît), cliquez sur le thème qui vous intéresse pour naviguer dans la vidéo, cliquez en haut à droite pour revenir au sommaire. Bonne lecture !

Tests filmés avec un caméscope Samsung HMX-S15.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Si vous souhaitez plus d’infos sur l’aspect jeu, le test écrit de cette partie est en bas de page.

Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Spécifications

Sony Ericsson Xperia Play

Système d’exploitation Android 2.3 Gingerbread, surcouche Sony Ericsson
Taille écran 4″ tactile capacitif multitouch 480×854
Connectivité 3G (HSDPA) quadribande
Mémoire 400Mo interne, jusqu’à 32Go en microSD, carte 8Go fournie
RAM 512Mo
Processeur 1GHz Scorpion, GPU Adreno 205
Appareil photo 5 mégapixels, autofocus, flash LED, enregistrement vidéo 720p (dans la version commerciale, pas celle du test)
GPS ? Oui, A-GPS
WiFi ? Oui, b/g/n
Bluetooth ? Oui, Bluetooth 2.1 A2DP
Connectique Micro USB 2.0, microSD, jack 3.5mm
Poids 175g
Dimensions 119 x 62 x 16 mm
Prix A partir de 139€ avec forfait (MeilleurMobile), 597€ nu (Fnac)
Disponibilité Mars 2011

Photos, design, prise en main

Dans la boîte du Xperia Play, vous devriez trouver l’appareil, le chargeur, le câble USB / micro USB, des écouteurs intra-auriculaires et les notices.

 

Le Sony Ericsson Xperia Play possède un design assez banal pour un mobile Sony Ericsson, même s’il est plus arrondi que ses prédécesseurs. Il ressemble par contre comme deux gouttes d’eau aux Xperia Pro et Neo (qui doit d’ailleurs changer de nom). Les choses sont simples, la dernière gamme Xperia est composée de 4 smartphones : l’Arc, au design léché, puis du Play, Neo et Pro, au design très similaire, et qui possèdent chacun leur particularité (jeu, plus classique et pro).

En haut de l’écran, une caméra pour la visio, en dessous, 4 boutons physiques : retour, accueil, menu et recherche.

 

Sur le bas de l’appareil, rien à signaler à part le micro et la fente pour ouvrir la coque arrière.

 

Côté droit de l’appareil, le bouton et volume (au centre, un peu petit) ainsi que les gâchettes R et L pour le jeu. Celles-ci sont un peu particulières : elles ne sont pas sur les bords (coins) comme sur une PSP Go, il s’agit de véritables boutons qu’on doit enfoncer. Les habitués de manettes PlayStation seront un peu déçus de la sensation en main de ces gâchettes, qui font vraiment cheap. Pour les autres, ce n’est pas un véritable problème. J’ai pu jouer sans m’en plaindre pendant plusieurs heures.

 

En haut, le bouton On/Off, verrouiller/déverrouiller. Ce bouton est assez peu pratique car ne ressort pas du tout.

 

Sur la gauche, le port micro USB, le jack 3.5mm et les hauts parleurs (celui de gauche est en dessous du jack, l’autre n’est pas visible sur la photo).

 

A l’arrière, une coque arrondie brillante, le logo SE et la mention Xperia. L’appareil photo 5 mégapixels avec son flash LED. Pas de bouton physique pour la prise de photo. Ils auraient pu utiliser la gâchette de droite (je lance une idée, comme ça…) mais non.

 

Passons aux choses sérieuses : le pad de jeu ! C’est un peu LE point différenciant de l’appareil, qui, bien heureusement, est complété par une solution logicielle de gaming (que nous verrons dans la suite).

Au programme de cette manette, à gauche les flèches directionnelles, à droite les touches classiques PS (croix, rond, triangle, carré). En dessous de ces boutons, Start et Select. Au milieu, deux ronds avec un point un milieu, il s’agit de simili joysticks, ici tactiles/sensibles. En dessous des flèches, le bouton Menu, qui permet d’accéder à de nombreuses options durant le jeu, notamment un écran bien utile dans les jeux PS1…

Bien sûr, n’oublions pas les gâchettes derrière l’appareil, dont j’ai déjà parlé.

Globalement la sensation est bonne, quand vous prenez l’appareil en main en position de jeu, vos doigts viennent se placer naturellement sur les gâchettes et vos pouces sur les boutons. Les touches frontales sont un peu moins quali qu’une manette de PS et font un peu de bruit à la pression, sans poser de véritable problème. Une fois que vous êtes lancé dans une partie, vous oubliez ce détail.

Avec du recul, les deux seuls points noirs de cette manette sont les gâchettes, qui n’offrent pas, d’après moi, une expérience optimale et les joysticks tactiles, qui sont assez peu agréables à utiliser. Ceux-ci recréent cette sensation désagréable des contrôles tactiles qu’on chercher justement à fuir avec cet appareil. Mais au moins vous avez le choix !

Je reviendrais plus tard sur l’aspect jeu, notamment autour de la compatibilité avec cette manette.

 

Pas de jeu flagrant entre les parties coulissantes.

Page d’accueil, widgets

Le Xperia Play tourne sous Android 2.3 avec une surcouche constructeur. La première chose que à constater, en ayant le X10 en tête, c’est que Sony Ericsson a largement amélioré sa couche logicielle. La précédente était beaucoup trop présente, très…bleue (sans pouvoir le changer). Celle-ci est plus discrète, tout en apportant quelque chose. Vous le constaterez tout au long de ce test.

Le déverrouillage se passe de façon très classique, vous glissez de gauche à droite l’icône du cadenas. L’élément de droite permet de changer le profil sonore. Intéressant, vous avez pas mal d’infos affichées, l’heure en gros, la date, l’autonomie restante de la batterie et l’opérateur.

Une fois sur la page d’accueil, vous avez 5 pages personnalisables. Vous pouvez y mettre widgets (Sony Ericsson en propose un paquet de nouveaux), des dossiers, des raccourcis (apps, contacts, etc)…en bas de l’écran se trouvent 4 icônes d’accès rapide qui peuvent être modifiées (pas celle du milieu, l’accès au Menu).

Vous trouverez des widgets qui permettent d’accéder rapidement aux jeux (je reviens là dessus plus tard, dans la partie gaming), des widgets plus classiques (horloge, cadre photo, musique, etc) mais aussi des widgets interactifs qui permettent, par exemple, de faire défiler vos photos sans avoir à accéder à la galerie. La plupart de ces widgets se fondent vraiment bien dans la surcouche, créant ainsi un ensemble cohérent et esthétique.

 

Bien sûr, vous avez toujours le tiroir des notifications. Pas d’accès rapide aux contrôles WiFi, Bluetooth, etc.

 

 

Menu principal

Le menu principal sur l’Xperia Play (et sur tous les appareils Sony Ericsson avec cette surcouche) est vraiment bien conçu. Il défile latéralement, vous pouvez ré-arranger les icônes de vos applications de différentes façons. L’option par défaut est le positionnement manuel, mais vous pouvez aussi passer en mode alphabétique, plus utilisées ou installées récemment. Ces options se règlent via l’icône en bas à gauche de l’écran. L’option en bas à droite permet de changer le placement des icônes.

 

 

Fonctions téléphoniques

Pour appeler quelqu’un c’est très simple, vous pouvez passer par les contacts et favoris ou par le pavé numérique. L’interface est plutôt classique mais jolie et efficace. Notez que quand vous commencez à écrire un numéro ou un nom de contact, le numéro n’est pas proposé.

 

Contacts

Les contacts sont accessibles via les mêmes onglets (en bas) que pour composer un numéro, plutôt pratique. Vous pouvez rentrer en contact rapidement avec une personne en appuyant sur sa photo (petite bulle qui s’ouvre). Vous pouvez rapidement accéder à vos groupes, rechercher un compte, en ajouter un.

Une fois dans une fiche, vous avez tous les détails concernant la personne, vous pouvez le mettre en favoris, modifier la fiche et si le contact est lié aux réseaux sociaux (vous pouvez), vous devriez avoir plus d’infos dans les onglets du bas (pas visible sur la capture ici).

 

 

SMS / MMS

Très classique pour du Android haut de gamme, un système de conversations rangées par contact et un affichage des messages avec des bulles. Les images des MMS s’affichent avec les messages, dans une bulle.

 

La saisie de texte sur l’Xperia Play se fait via un clavier tactile pré-installé plutôt correct avec saisie prédictive. Il s’affiche en mode portrait et paysage. Dans tous les cas, comme il s’agit d’un appareil Android, vous pourrez installer d’autres claviers virtuels si vous n’aimez pas celui proposé par défaut.

 

E-mail

Le client e-mail sur cette nouvelle surcouche Sony Ericsson (présent sur tous les derniers terminaux de cette gamme) est une belle réussite. Essentiellement pour une chose : son mode colonne paysage et portrait (mode que j’ai oublié de présenter dans la vidéo (portrait)). Vous avez 3 possibilités pour afficher vos e-mails, soit de façon classique sous forme de liste portrait et paysage, soit classique en portrait et en colonnes en paysage soit en colonne dans les deux modes. Sony Ericsson propose ici un mode très intéressant, à gauche vous avez vos e-mails, à droite le mail sélectionné sur la gauche. Vous pouvez interagir de façon indépendante avec chaque section. En portrait la liste est en bas. La taille de la colonne peut être réglée simplement, en déplaçant l’élément central de séparation.

Vous pouvez sélectionner de multiples messages et effectuer des actions dessus (supprimer, etc). L’affichage des e-mails est très clair et l’espace est bien optimisé. L’ouverture et le téléchargement des pièces jointes se fait de façon intuitive, grâce aux blocs de PJ qui s’affichent en bas du message. Quand vous écrivez un message, vous pouvez entrer le début du nom ou de l’adresse de la personne et le contact sera proposé.

Bien entendu vous pouvez aussi utiliser le client Gmail par défaut (si vous êtes chez Google pour vos mails), qui est classique.

 

Navigation web

La navigation web sur le Xperia Play est plutôt confortable avec son écran 4″ 480×854 et son affichage en quasi plein écran quand vous surfez. L’interprétation web est excellente, et c’est ce qu’on attend d’un smartphone moderne (dans le sens : le site ressemble exactement à ce qu’on voit sur un ordinateur, ce qui n’est pas toujours le cas). Quand vous zoomer dans une page le texte se remet en page pour être lisible, bien !

Avant de parler performances, parlons interface. En haut de la page vous avez la barre d’adresse et un accès aux favoris (voir capture plus bas).


 

La page de favoris est intéressante, vous avez vos sites préférés mais aussi les plus visités et les dernières pages ouvertes, triées par jour.

 

Quand vous ouvrez le menu (bouton physique), vous pouvez lancer une nouvelle fenêtre, accéder aux favoris, faire défiler les fenêtre ouvertes, actualiser la page, faire suivant/précédent et ouvrir la fenêtre des paramètres, dans lesquels vous pourrez, notamment, activer ou désactiver les plug-ins (Flash) et le JavaScript.

 

Parlons performances. Le Xperia Play propose une expérience globalement fluide, avec quelques problèmes toutefois lorsque le site devient trop lourd à charger, surtout quand des éléments en Flash sont affichés. Sur Test-Mobile.fr, le résultat était bon, sur Lequipe.fr, c’est une autre histoire. Le défilement dans la page est un peu capricieux, parfois il répond parfois non. Par contre vous pourrez regarder des vidéos et animations Flash non optimisées pour le mobile, la performance (fluidité de l’image) dépendra du fichier à charger. Ici, en chargeant le player vidéo Lequipe, j’ai pu lire la vidéo avec une image un peu saccadée par moments.

 

Lecteur musical

Le lecteur musical a été entièrement personnalisé par Sony Ericsson et est plutôt réussi. Quand un morceau est en lecture, vous avez la pochette en grand, les contrôles classiques avec la possibilité d’avancer/reculer dans le morceau. En bas à droite se trouve un accès rapide à la liste de lecture en cours et à gauche l’accès à la bibliothèque de morceaux. Au milieu se trouve un bouton qui permet de lancer une recherche Youtube sur le titre en écoute. C’est intéressant mais j’aurai préféré la présence de contrôles pour la lecture aléatoire et la répétition (absents en accès rapide).

Une fois dans la bibliothèque, les morceaux sont triés par Artistes, Albums, Morceaux (tous listés) et Listes de lecture. Vous pouvez lancer une recherche parmi vos morceaux en utilisant la barre en haut. Il existe de multiples façons de trouver le morceau de votre choix, ce qui est toujours appréciable.

 

Sony Ericsson propose un système de téléchargement légal de musique appelé PlayNow. Je n’ai pas d’avis dessus car n’ai pas pu le tester, mais c’est une bonne initiative. D’après ce que j’ai constaté par la suite, PlayNow regroupe également des apps et jeux. Vous trouverez plus d’infos à propos de PlayNow ici.

 

Qualité des hauts parleurs : le Xperia Play possède deux hauts parleurs sur la tranche gauche, celle qui se retrouve vers le bas quand vous jouez. La qualité est vraiment bonne, ces hauts parleurs font largement partie des meilleurs que j’ai eu l’occasion de tester sur un smartphone. Ils sont précis, ne crachent pas, les basses s’entendent bien et l’ensemble est assez puissant. Je pense d’ailleurs que c’est cette puissance modérée qui permet une telle qualité, et je suis plutôt pour !

 

Appareil photo / vidéo

Le Xperia Play possède un appareil photo 5 mégapixels avec flash LED. Il est donc moins équipé (si on parle mégapixels) comparé aux Neo et Pro, ou Arc. La première chose que j’ai remarquée en utilisant l’appareil photo, c’est le manque d’esthétisme de l’interface, elle est même moche. En fait, c’est le fond gris avec bruit noir type formica foncé ou simili pierre qui m’ennuie. Après, cela reste un détail d’interface !

Vous pouvez changer le mode (photo/vidéo) via le bouton sur la droite, pouvez accéder aux derniers clichés (et vidéos) effectués. Le gros bouton en bas permet de prendre une photo (à priori « X » permet aussi), restez appuyé dessus pour faire le focus puis relâchez pour prendre la photo. Sur la gauche se trouvent des options, vous pourrez changer le mode de mise au point, l’exposition, la résolution et pas mal d’autres choses. Notez que ces options sont accessibles via la pop-up qu’on voit sur la 2e capture mais il faut faire défiler les options (pas forcement bien indiqué je trouve).

 

Concernant la vidéo, l’interface est très similaire, avec des options qui diffèrent. Point important : le Xperia Play peut filmer en 720p, mais l’appareil que nous avions ne le permettait pas (l’option n’était pas visible). D’autres testeurs ont eu le même problème, c’est normal apparemment.

Qualité : pour la qualité à la fois des photos et des vidéos, voir en fin de test avec des exemples.

 

La galerie n’a pas été modifiée par Sony Ericsson, il s’agit donc du système classique Android, qui fonctionne très bien. Vous pouvez zoomer dans une photo en multitouch et la partager via différents services (MMS, e-mail, réseaux sociaux, Bluetooth, etc). Il est aussi possible de rogner une photo directement depuis le téléphone.

 

 

Côté jeu

Passons à l’aspect gaming.

Le Xperia Play est certifié PlayStation, blablabla…ok très bien pour le discours marketing, mais de quoi s’agit-il exactement ?

Le Play n’est pas une console de jeu next gen portable, autant le dire dès le début. Il s’agit avant tout d’un smartphone sous Android avec une optimisation pour les jeux (matérielle et logicielle). Cela ne veut pas dire que l’appareil est mauvais pour les jeux, au contraire, mais avant il faut replacer les choses dans leur contexte. Si vous achetez cet appareil, ne vous attendez pas à avoir la même expérience que sur une PSP Go, vous serez déçus !

Note : je donne mon avis sur l’expérience de jeu à la fin de cette section.

Le fonctionnement du système de jeu est simple, il est divisé en trois possibilités de jeu :

  • Les jeux Android de base : le Xperia Play est avant tout un smartphone sous Android, entièrement tactile. Vous pouvez donc faire tourner tous les derniers jeux qui fonctionnent sur des smartphones Android classiques. Angry Birds, Doodle Jump, Tiny Wings, et compagnie. Ces jeux se téléchargent sur l’Android Market.
  • Les jeux Android optimisés Xperia Play : il s’agit de jeux de base qui, en plus, sont optimisés pour l’Xperia Play. Optimisés dans le sens « les contrôles de la manette physique fonctionnent car le jeu est compatible ». J’ai même envie de dire qu’il y a plusieurs sous catégories dans ce type de jeu : ceux de base qui sont optimisés, ceux de base qui ont en plus une version optimisée (2 versions) et ceux qui sont exclusifs à l’Xperia Play (assez rares). Notez que pour ces jeux, si vous fermez la manette physique, les contrôles tactiles apparaissent (normalement).
  • Les jeux PS1 émulés : le Xperia Play peut faire fonctionner des jeux PS1, mais dans un cadre très limité (à part si vous utilisez un émulateur non officiel…). Sony Ericsson propose un système qui permet de jouer à des jeux PlayStation via un émulateur officiel qu’ils contrôlent.

Pas mal non ?

Quand vous sortez l’appareil de sa boîte, vous avez 6 jeux pré-installés : Bruce Lee, Star Battalion, FIFA 10, The Sims 3, Tetris et Crash Bandicoot (la version PS1). Crash Bandicoot est le seul jeu PS1 pré-installé et visible sur le terminal (au moment du test, car j’avais aussi testé Syphon Filter). En réalité, les jeux ne sont pas réellement installés, ils sont offerts par Sony Ericsson et quand vous lancez le jeu pour la première fois vous allez devoir télécharger des fichiers assez lourds pour installer le jeu (100, 200mo). Heureusement Sony Ericsson livre l’appareil avec une carte microSD 8Go, mais je vous conseille largement d’en prendre une 32Go…

Pour vous procurer de nouveaux jeux, il y a différentes possibilités. La première est d’utiliser le lien « Découvrir des jeux » dans le menu, mais lest contenus sont à priori les mêmes que dans l’écran Xperia Play (voir plus bas, j’en parle juste après). Vous pouvez aussi les télécharger sur l’Android Market dans lequel SE possède sa propre zone avec des jeux optimisés, une 50e.

 

PlayStation Pocket, c’est le petit nom de la zone de jeux PlayStation 1, avec ici uniquement Crash. Vous devriez trouver d’autres contenus ici au fil du temps.

 

Xperia Play (pas très original comme nom) : cette zone s’ouvre quand vous faites coulisser la manette, elle permet de naviguer permis les jeux installés et les jeux proposés (gratuits et payants). Cette interface n’est pas très claire, en gros l’onglet « Xperia Play Games » regroupe les jeux installés…et « Jeux Xperia Play » (donc signifie la même chose) liste les jeux que vous pouvez vous procurer. Ils sont tous (dans les deux cas) présentés dans une sorte de coverflow où vous faites défiler les icônes de jeux. Certains jeux renvoient vers le store Gameloft, d’autres vers l’Android Market. Ces jeux sont tous optimisés Xperia Play, bien entendu.

 

En haut à droite de l’écran Xperia Play vous avez une icônes Android Market, elle dirige vers la recherche « Xperia Play Optimized » sur le market. J’imagine que Sony Ericsson demande aux développeurs de jeux d’ajouter cette mention exacte quand les jeux sont optimisés, histoire de les retrouver.

D’autre part, vous avez une zone « Sony Ericsson » qui s’affiche dans l’accueil du Market, avec des apps exclusives (type widget Timescape, etc).

 

Expérience en jeu

Dans cette partie, je vais vous donner mes impressions sur l’expérience en jeu. J’ai testé tous les jeux pré-installés ainsi que certains titres déjà proposés, mon avis ici concerne ces jeux ainsi que l’expérience générale en jeu que dégage l’appareil.

Star Battalion : un shooter de l’espace dans lequel vous contrôlez un vaisseau, tirez sur vos ennemis et diverses cibles. Graphiquement il n’est pas spécialement impressionnant, par contre est fluide. C’est agréable d’utiliser la manette de jeu dans un tel titre même s’il y a une incohérence au niveau du choix des touches. Quand vous appuyez vers le haut le vaisseau monte et inversement, ce qui n’est pas logique pour un jeu de vol.

 

FIFA 10 : pour l’instant, seule la version 2010 est disponible pour Android (la 2011 est dispo pour iOS). Cette version est entièrement optimisée pour l’Xperia Play, avec les contrôles classiques FIFA sur PlayStation, ça fait plaisir ! Je ne suis pas un grand fan de jeux de foot, donc ma critique va sûrement être un peu facile. J’ai trouvé que FIFA 10 sur l’Xperia Play avec les contrôles physique est vraiment sympa, fluide et bien plus agréable à jouer qu’en mode tactile.

 

Bruce Lee : un jeu de combat en 3D avec…sans blague…Bruce Lee comme personnage principal. Ce jeu n’est apparemment pas visible sur l’Android Market, pour l’instant. Je l’ai trouvé un peu mou, lent, pour un jeu de combat. Les graphismes sont corrects toutefois.

 

Les Sims 3 : en toute franchise, je n’ai pas eu l’occasion de tester le jeu. Mais imaginez Sims en 3D sur mobile, les contrôles ne changent pas grand chose sur ce type de jeu.

Crash Bandicoot : le seul jeu PS1 pré-installé sur mon appareil, il s’affiche en mode 4/3 (comme la plupart des jeux PS1 il me semble) ce qui n’est pas spécialement un problème. Le jeu est très fluide et fidèle au rendu PS1 (donc graphiquement en deçà des jeux 3D Android nouvelle génération. Ce n’est pas un soucis, car si Sony Ericsson propose tous les grands hits PS1, ces jeux ont un gameplay souvent bien meilleur que les nouvelles sorties. Crash Bandicoot sur l’Xperia Play ? Une tuerie.

 

Bon et donc ? Tout ceci est finalement très simple, l’Xperia Play n’entre pas en concurrence avec des consoles de jeu portables, point à la ligne. Si vous achetez cet appareil, c’est avant tout un smartphone, avec une manette qui lui permet d’offrir une bien meilleure expérience de jeu sur mobile avec, en bonus, des jeux exclusifs (parfois) et surtout des jeux PS1 qui tournent bien (notez que vous pouviez de toute façon installer un émulateur PS1 et, je pense, faire correspondre les boutons de la manette…). Si tout se déroule comme prévu par Sony Ericsson, il devrait y avoir de plus en plus de jeux optimisés pour l’appareil.

La manette en question ne vaut largement pas celle d’une véritable PlayStation, les boutons L et R sont assez mal placés (même si ça reste utilisable), les boutons, même si de qualité, offrent une sensation moins agréable en jeu et les joysticks tactiles sont une vraie plaie (que vous n’êtes pas obligé d’utiliser).

J’ai aimé : une meilleure expérience de jeu sur les titres existants compatibles, la compatibilité avec les jeux PS1

Je n’ai aimé : boutons L et R peu quali, les joysticks tactiles, les divers menus pour accéder aux jeux (trop fouillis)

Ma conclusion sur cette partie, en plus du reste, à la fin de ce test !

 

Quoi d’autre ?

On trouve l’application Timescape, qui permet de visualiser rapidement l’intégralité de ses messages/activités, SMS, MMS, Twitts, messages sur Facebook, etc. Pas mal mais d’après moi pas idéal pour lire une grosse quantité de messages.

Google Maps qui révèle tout son potentiel sous Android 2.3 avec le guidage GPS, la recherche d’adresses, Latitude, etc.

 

L’application Calendrier, qui reste aussi dans l’esprit de la surcouche, agréable à utiliser et qui se synchronise avec Google.

 

Qualité photo et vidéo

Du haut de ses 5 mégapixels le Xperia Play offre un rendu photo plutôt correct, avec toutefois des couleurs qui manquent de justesse dans certaines conditions.

Cliquez sur une photo pour l’ouvrir en taille réelle.

 

Note sur cette vidéo : comme expliqué précédemment, l’appareil de test n’avait pas l’option 720p pour les vidéos. D’après Sony Ericsson, la fonction est activée sur les appareils dans le commerce. Cette vidéo d’exemple n’est donc pas tout à fait juste si vous souhaitez vous faire un avis définitif sur le produit sur ce point. Autre chose, contrairement à son grand frère le Arc, le Play ne permet pas de faire de focus pendant la vidéo, dommage.

Image de prévisualisation YouTube

Conclusion

Nous y voilà…dans cette conclusion, je vais répondre aux 3 questions qu’on peut se poser concernant le Xperia Play : est-ce un bon smartphone ? Est-ce un bon appareil pour jouer ? Pour qui est-il destiné ?

Un bon smartphone ? Oui ! Sony Ericsson a fait un gros travail sur la surcouche et nous propose enfin une interface agréable et ergonomique, ça fait du bien. Cette interface est très fluide, l’appareil tourne sous Gingerbread et possède tous les avantages d’Android tout en ayant quelques particularités liées à la surcouche comme son client e-mail à colonnes, très pratique. Il possède un grand écran 4″ de bonne qualité mais qui n’arrive pas au niveau du Super AMOLED. L’appareil photo est correct, vous pouvez filmer en 720p, vous faire guider via le GPS, synchroniser vos calendriers, surfer sur le web confortablement, etc. Un très bon smartphone c’est certain.

Un bon appareil de jeu ? Ça se complique un peu ici, mais c’est normal, c’est le point différenciant fort que Sony Ericsson met en avant, autant être tatillon. Comme je l’ai expliqué, l’Xperia Play est loin d’être une console de jeu portable, par exemple si on compare à une PSP Go. Je me permet la comparaison, car Sony Ericsson met très largement en avant ce côté jeu (à juste titre), notamment le côté hardcore gaming. L’Xperia Play n’est pas une console portable next gen, même si, niveau spécifications, elle n’en est pas si loin que cela. Alors quoi ? Simple : voyez cet appareil comme un excellent smartphone avec l’aspect jeu sur mobile beaucoup plus développé que sur les autres smartphones Android. Car, y’a pas à dire, jouer sur une manette plutôt que sur un écran tactile, ça change tout.

Alors pour qui est destiné ce mobile ? Le Xperia Play est destiné aux personnes qui cherchent avant tout un très bon smartphone et qui sont prêts à faire le sacrifice de l’épaisseur (et d’un potentiel clavier physique, mais là c’est le Xperia Pro) pour avoir cette manette de jeu. D’après moi, ce sacrifice ne vaut le coup que si vous comptez jouer tous les jours (plus ou moins) sans être un hardcore gamer en mobilité, auquel cas une PSP Go vous irait bien mieux.

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Android 2.3, bonne nouvelle version de la surcouche Sony Ericsson
  • Client e-mail efficace
  • Hauts parleurs excellents
  • Manette coulissante qui permet de jouer de façon optimale
  • Appareil épais
  • Finition plastique, boutons L / R moyens
  • Joysticks tactiles pas pratiques
★★★★½