Que vaut le Kyno / Neo ? Comment se positionne t-il par rapport à ses cousins chez Sony Ericsson ?

Test essentiellement en vidéo et photos (en retard).

 

Test vidéo du Sony Ericsson Xperia Kyno

Vidéo avec sommaire interactif (vers les 3sc, pensez à faire pause sinon le sommaire disparaît), cliquez sur le thème qui vous intéresse pour naviguer dans la vidéo, cliquez en haut à droite pour revenir au sommaire. Bonne lecture !

Test filmé avec un caméscope Samsung HMX-S15.

Image de prévisualisation YouTube

Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

 

Spécifications

Sony Ericsson Xperia Kyno

Système d’exploitation Android 2.3.4, surcouche Sony Ericsson (mise à jour 4.0 prévue)
Taille écran 3.7″ 480×854 LCD Reality Display avec Bravia Engine
Connectivité 3G HSDPA GSM quadribande
Mémoire 320mo, jusqu’à 32Go via micro SD (carte 8Go incluse)
RAM 512Mo
Processeur 1GHz Scorpion, GPU Adreno 205 (SoC Snapdragon MSM8255)
Appareil photo 8 mégapixels, autofocus, flash LED
GPS ? Oui, A-GPS
WiFi ? Oui, b/g/n
Bluetooth ? Oui, Bluetooth 2.1 A2DP
Connectique micro USB, microSD, jack 3.5mm, micro HDMI
Poids 126g
Dimensions 116 x 57 x 13 mm
Autonomie annoncée Env. 6h55 en conversation, 400h en veille, batterie 1500mAh
Prix A partir d’1€ avec forfait, env. 270€ seul
Disponibilité Mars 2011

Photos, design, prise en main

 

Qualité photo et vidéo

Image de prévisualisation YouTube

Conclusion

Dans la gamme Xperia de 2011 il y en a vraiment pour tous. L’Arc et Arc S (testés ici et ici) sont en haut de la gamme, magnifique design, bel écran et de la puissance pour le dernier sorti (le S). Le Play est un appareil très particulier, dédié aux joueurs sur mobile. Au passage, le Ray s’en sort très bien et la série Xperia Mini permet un maximum de fonctionnalités dans un petit format.

Et puis il y a le Kyno et le Xperia Pro, que je regroupe car ces deux terminaux sont très similaires. La différence majeure reste le clavier physique sur le Pro, absent sur le Kyno (et la mémoire interne sur le Pro, supérieure). En gros, le Pro est plus « business » (aussi cliché que ça puisse paraître, c’est le cas avec une interface optimisée pour cet usage) et le Kyno est plutôt neutre.

Dans cette grande famille, je dirais que le Kyno est l’enfant sans trop de personnalité, mais qui travaille bien à l’école. C’est un smartphone assez banal en terme de design, qui n’est pas excellent sur un point en particulier (à part peut être l’appareil photo, qui est franchement bon, mais pas plus que le Pro, l’Arc, Arc S ou Ray…) mais qui, globalement, est un très bon smartphone.

Récapitulons les points forts : une surcouche plutôt confortable, fluide à l’utilisation sur du Android 2.3, un bon appareil photo 8 mégapixels et une bonne qualité vidéo avec autofocus continu et un bon écran Reality Display Bravia Engine.

Côté points décevants : ce design si banal, la finition 100% plastique, bonne mais pourrait être améliorée, le haut parleur assez peu efficace et l’expérience web moyenne.

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Une bonne surcouche, nombreuses fonctionnalités, plutôt fluide globalement
  • Bon appareil photo
  • Prix
  • Design 100% plastique, un peu banal
  • Haut parleur très moyen
  • Navigateur web fonctionnel mais qui manque de fluidité
★★★½☆

Pour qui est destiné le Kyno ?

Vous cherchez un smartphone avec un écran de taille correcte et de bonne qualité, qui puisse faire tourner la majorité des apps et jeux casual actuellement sur le market (pour les jeux plus lourds ça risque d’être compliqué) et vous permette de créer de belles photos et vidéos. Le design ne vous importe peu, vous aimez presque le fait qu’il se « fonde » dans la masse. Vous souhaitez aller sur le net mais sans en abuser et cherchez une interface simple à utiliser mais puissante. Le tout à un prix intéressant, surtout subventionné.