Test vidéo du SFR StarXtrem

Vidéo de test avec sommaire interactif, pensez à l'utiliser pour naviguer d'une section à une autre.

Note : test écrit réalisé par Alexis, test vidéo réalisé par Axel

CONTENU DE LA BOÎTE

test-sfr-starxtrem-001.jpg

Le StarXtrem est proposé classiquement avec un bloc chargeur, un câble USB / micro USB, des écouteurs intra-auriculaires avec kit mains-libres et des livrets informatifs. On ne retrouve pas de batterie car celle du smarpthone n'est pas amovible. Malgré le fait qu'il dispose d’un port MicroSD, le smartphone n’est pas livré avec une carte mémoire : il faudra se contenter des 16Go disponibles ou investir quelques euros supplémentaires pour étendre celle-ci.

TOUR DU DESIGN ET ERGONOMIE

Le StarXtrem de SFR dispose d'un design classique, mais plutôt réussi. Le premier contact apparait positif.

Certes, on est loin du design métal du HTC One, le plastique prédomine ici largement. Toutefois, le tour en plastique chromé apporte une relative préciosité, à la manière d'un Galaxy S3.

On retrouve sur le coté gauche les ports micro USB, microSD et micro SIM. Le bouton d'alimentation se situe lui sur le haut de l'appareil. alors qu'on ne distingue que le microphone sous l'écran. Enfin, le bouton de volume est situé sur la tranche droite du StarXtrem. 

L'appareil est relativement fin, pour une phablette à écran 5,7 pouces, équivalente au Galaxy Note 2 sorti l'année dernière. Il affiche également un poids similaire, de 189g (attention, le site de SFR mentionne 150g pour le StarXtrem probablement sans la batterie).

Si pour l'instant le tableau est plutôt positif concernant le design, nous avons été deçus par les finitions.

test-sfr-starxtrem-013.jpg

Tout d'abord les caches pour la micro SD et surtout la micro SIM semblent fragiles, ils ressortent légèrement pour vous permettre de mieux les utiliser mais au fil de mes tests nous avons constaté que parfois le cache de la SIM s'ouvrait sans avoir été sollicité. Le bouton de volume a également montré des signes de faiblesses, surtout sur "volume bas". Enfin le tour de l'appareil photo apparaît peu soigné et prend rapidement la poussière.

L'ÉCRAN

sany0107.jpg

Le StarXtrem dispose d'un écran de résolution 720p, soit 1280 x 720 pixels. Il s'agit de la résolution d'une majorité de smartphones de milieu de gamme, le 1080p (1920 x 1080) étant généralement réservé aux modèles de haut de gamme. Toutefois, avec sa taille de 5,7 pouces, ce smartphone aurait clairement supporté une résolution supérieure. Alors qu'il est établi que l'oeil humain ne distingue plus les pixels au dessus de 320 ppi, la finesse d'affichage du StarXtrem tombe sous les 260 ppi, 

L'écran s'avère toutefois agréable : la dalle tactile n'a montré aucune faille, en termes de précision et de réactivité. l'ensemble apparaît très lumineux. mais manque de contraste. 

Pour une vision plus professionnelle, nous avons exécuté l'application "Screen Test", afin de comparer ces caractéristiques plus précisément avec la concurrence. Ici face au Xperia Z1, le haut de gamme de Sony, pas forcément réputé pour la qualité de sa dalle tactile, le StarXtrem s'en sort plutôt bien. 

En comparaison avec un de ces autres concurrents, le HTC One Max, le StarXtrem n'a pas à rougir coté luminosité

sany0117.jpg

Au final, le manque de contraste et la résolution que l'on aurait souhaité supérieur, n'arrive pas à ternir l'image positive que nous avons eu de cet écran

FONCTIONS

screenshot-2013-10-15-07-49-20.png
La version Jelly Bean du SFR StarXtrem reçu pour test

Le StarXtrem propose une version 4.1.2 d'Android. Il mise judicieusement sur l'ergonomie et les fonctionnalités disponibles sans l'interface de Google, sans ajouter de surcouche majeure. 

Cette version, somme toute assez récente et proche de la version 4.4 sortie en fin 2013, subit quelques retouches graphiques mineures, notamment dans certaines applications. L'opérateur SFR qui commercialise le smartphone propose plusieurs applications supplémentaires, peu intrusives, et  heureusement désactivables. 

On dispose de l’ensemble des services proposés par Google, parfaitement fonctionnels et totalement ergonomiques. Le gestionnaire de mail Gmail accompagné de son homologue universel, le navigateur Internet Google Chrome, le portail de téléchargement d'applications, de musiques et de vidéos Google Play sans oublier l'excellent service de cartographie et de navigation Google Maps. Ces services apparaissent déjà largement suffisants pour satisfaire un utilisateur exigent. Android propose classiquement des pages d'accueil pour déposer ses applications, elle-même rangées dans un menu facilement accessible.

L'utilisateur débutant disposera d'écrans explicatifs lors de la première utilisation. On retrouve le système multitâche performant, et, bonne chose, la barre de notifications disposant de raccourcis (ajout du constructeur)

L'écran de déverrouillage a été personnalisé par le constructeur, le système en forme de fleur contenant 6 apps ( 7502) est très pratique.

Coté applications spécifiques, on dispose d'un utilitaire de sauvegarde et restauration, d'un explorateur de fichier, d'un magnétophone, une radio FM et de quelques jeux pré-installés, que vous ne pouvez pas désinstaller mais pour lesquels l'option "désactiver" reste disponible.

Au delà des réels ajouts de fonctionnalités, ZTE a changé l'interface de quelques applications de base, comme l'agenda ( 7501) , qui fait un peu penser à ce qu'on trouvait chez Samsung, le lecteur musical ( 7503) avec une barre chromée et quelques éléments ajustés, le navigateur web classique ( 7505) (celui qui complète Chrome) et le lecteur vidéo ( 7506) , qui affiche quelques contrôles utiles à l'écran (luminosité, volume). Plus anodin, la calculatrice ( 7504) et la minuterie/horloge ont également subi des modifications.

L'appareil photo possède l'interface classique Android avec simplement un slider qui permet de régler l'exposition rapidement. Pourquoi pas.

AUTONOMIE

Malgré son grand écran très lumineux de 5,7 pouces, le StarXtrem ne manque pas d'atouts pour proposer une autonomie confortable. 

Il dispose tout d'abord d'un processeur double cœur cadencé à 1,5 Ghz. Ce processeur est gravé en 28nm, aussi finement que les derniers processeurs haut de gamme du fondeur, provocant ainsi moins d’échauffement. Le smartphone de SFR dispose également d’une batterie de grande taille, 3200 mAh comme sur le dernier Galaxy Note 3 de Samsung.

Au final, le bilan est effectivement positif. Avec notre utilisation que nous qualifierons d’intensive, basée essentiellement sur une consommation 3G importante (plus de 4 Go par mois), nous avons pu finir la journée sans difficulté, en ayant rechargé le smartphone dans la nuit.

Ce résultat apparait même légèrement supérieur à la majorité des smartphones quadri cœur du marché actuel : la consommation 3G et la gestion de la veille sont bien maitrisées par ce StarXtrem.

Même le grand écran 5,7 pouces de ce smartphone ne rencontre pas le même problème que d'autres smartphones, comme le Xperia Z1 : lors d’une utilisation prolongée de l’écran (plus de 4 heures par jour), l’autonomie ne diminue pas trop fortement. La résolution limitée (720p, alors que d'autres arborent une résolution full HD) permet surement ici des économies substantielles.

Au final, malgré donc quelques signes de faiblesse en utilisation intensive (GPS, jeux gourmands), l’autonomie se place comme étant un point fort de l’appareil.

PERFORMANCES

Alors que les smartphones haut de gamme s'appuient depuis fin 2013 sur le processeur quadricoeur Snapdragon 800, le SFR StarXtrem s'adjoint intelligemment d'un processeur moins puissant, le MSM8960. Ce dernier dispose de 2 coeurs cadencés à 1,5 Ghz avec d’une technologie de CPU (Krait 200 vs Krait 300) et de mémoire (DDR2 vs DDR3) moins récente. Il n'utilise pas non plus le tout dernier processeur graphique de Qualcomm, mais la puce Adreno 225, légèrement dépassée. Ce processeur est accompagné d'un Go de RAM, quand les derniers smartphones en embarquent généralement 2Go.

Malgré ces spécifications décevantes, c’est une bonne surprise : nous avons trouvé le StarXtrem très réactif durant les quelques semaines d’utilisation classique de ce smartphone. Grace à son interface standard légère, on obtient une réactivité comparable au Galaxy S4, sans toutefois égaler les Xperia Z1, Nexus 5 et LG G2. La grande majorité des jeux casual ou même 3D passe sans difficulté.

screenshot-2013-10-26-22-25-46.png

Toutefois, on touche parfois les limites du smartphone en lançant de nombreuses applications ou en essayant les jeux les plus gourmands disponibles actuellement sur le Play Store. 

Dans les benchmarks le StarXtrem score 16284 à AnTuTu v4.0.3 et 4.5/14 fps à GFX Bench 2.7.2, respectivement aux tests 2.7 T-Rex HD et 2.5 Egypt HD.

antutu-starxtrem.jpg   gfxbench-starxtrem.jpg

Au final, ZTE ne propose pas un StarXtrem survitaminé, mais équivalent à la génération de smartphones 2012, ce qui apparait suffisant pour une utilisation classique d'un smartphone

QUALITÉ PHOTO ET VIDÉO

En photo le StarXtrem offre un rendu décent en bonnes conditions, avec des couleurs proches de la réalité. Le zoom est, comme souvent, à proscrire, et la mise au point nécessite une certaine distance (12/15cm) ce qui ne vous offre pas beaucoup de liberté en macro. La fonction panoramique est facile à utiliser et génère une image bien assemblée mais la qualité de sortie est assez décevante.

Avec moitié moins de lumière (pas exactement nuit), le StarXtrem tient encore la route, bien sûr avec des clichés bruités. Quand on passe en conditions réellement sombres, difficile de distinguer les formes. Il n'existe pas de mode nuit intégré au terminal. Le flash offre un rendu sans surprise pour une petite LED, rien de bien folichon, mais le boulot est fait (éclairer la scène).

En vidéo, de jour, le focus se fait automatiquement et rapidement, presque mieux qu'en photo aussi étrange que cela puisse paraître. Les couleurs sont justes, le son très correct. De nuit l'image est très bruitée, rien de bien surprenant. Notez qu'en vidéo vous pouvez filmer jusqu'en 1080p, vous disposez d'une option timelapse et de la possibilité d'activer le flash LED pendant la capture.