Lors de l’annonce du Galaxy S4, nous avons constaté que le terminal affichait un design très proche du S3 avec de nouvelles fonctionnalités intégrées ainsi que d’éléments qu’on trouvait déjà sur le S3 et Note 2, le tout propulsé par des spécifications qui font rêver.

La question pour ce test est simple, le Galaxy S4 est-il le smartphone Android de l’année 2013 ?

 

Test vidéo du Samsung Galaxy S4

Vidéo avec sommaire interactif, cliquez sur le thème qui vous intéresse pour naviguer dans la vidéo, cliquez en haut à droite pour revenir au sommaire. Bonne lecture !

La vidéo ne fonctionne pas ? Voir la vidéo sur Youtube

La vidéo ne fonctionne pas ? Voir la vidéo sur Youtube

Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Spécifications

Samsung Galaxy S4

Système d’exploitation Android 4.2.2 Jelly Bean avec surcouche TouchWiz
Ecran 5″ 1080×1920 (441ppi) Super AMOLED
Connectivité

HSDPA, 4G LTE

Mémoire 16/32/64Go de mémoire interne, microSD jusqu’à 64Go
RAM 2Go
Processeur Quad Core 1.9GHz (Qualcomm Snapdragon 600)
Appareil photo

13 mégapixels, autofocus, flash LED

GPS ? Oui, A-GPS et GLONASS
WiFi ? Oui, a/b/g/n/ac
Bluetooth ? Oui, Bluetooth 4.0
Connectique micro USB, jack 3.5mm
Poids 130g
Dimensions 136.6 x 69.8 x 7.9 mm
Batterie

2600mAh 

Prix A partir de 79€ avec forfait, env. 670€ seul. Voir toutes les offres ici. Le Galaxy S4 est aussi chez RueDuCommerce
Disponibilité Avril 2013
DAS 0.42 (valeur tête), 0.54 (valeur corps)

 

Déballage

Le Galaxy S4 est proposé dans une boîte au design un peu étrange, au motif bois et accompagné de papier recyclé et carton. Si d’un point de vue marketing nous avons du mal à comprendre la logique (le côté « organique » date plutôt du S3), c’est visiblement une bonne chose pour la nature, la boîte est faite de matière 100% recyclée et est imprimée avec de l’encre basée sur du Soja. Bien.

Contenu de la boîte : vous trouverez le contenu classique, l’appareil, la batterie, quelques notices (papier recyclé également), un câble USB / micro USB, le bloc secteur et des écouteurs intra-auriculaires avec télécommande/micro (mains-libres) et des embouts différents.

 

Design

Une chose est sûre, le Galaxy S4 ne cache pas son lien de parenté avec le S3 (et ses collègues). En effet, si Samsung avait choisi de marquer chaque année avec un nouveau design pour son appareil phare Galaxy S, il faut bien admettre qu’en 2013 le constructeur semble avoir choisi la facilité. Est-ce un soi un problème ? Tout dépend le point de vue, en tant que geek, vous aurez peut être le désir de voir les choses évoluer constamment, ce qui vous a peut être déçu quand Apple a dévoilé son iPhone 4S, par exemple. Par contre, en tant qu’utilisateur plus casual vous apprécierez cette évolution, qui reste ultra positive malgré tout.

 

Samsung a mis de côté l’aspect légèrement incurvé de l’écran, visible sur le S3 et le Note 2, au profit d’une surface complètement plate avec de légers rebords chromés. Ceux-ci dépassent très peu mais induisent une expérience de manipulation de l’écran différente, le doigt ne glisse plus jusqu’aux extrémités. C’est différent mais pas nécessairement moins bien. Le côté chromé brillant est assez marqué ce qui est d’ailleurs un peu surprenant à première vue car cela fait plutôt penser à des terminaux de gamme inférieure comme le Ace.

Sur le S3 Samsung nous proposait un effet d’aluminium brossé sur du plastique, cette fois l’idée est toujours là mais concrétisée d’une autre manière, il s’agit de petits points, très visibles à la lumière et qui donnent un petit aspect brillant original dans des conditions d’éclairage « classique » (pas de lumière de face).

L’ensemble chrome et plastique décoré offre un rendu un poil étrange mais vraiment atypique.

 

Au dessus de l’écran, vous trouverez quelques capteurs, et Samsung n’a pas lésiné là dessus, ainsi que la caméra frontale et la sortie audio. Comme sur le S3, un LED de notification est présente, en haut à gauche. Notez, important, que les bordures de l’écran sont très fines, moitié moins que sur le S3.

 

Sous l’écran se trouve le bouton d’accueil, mécanique, et les touches sensibles Retour et Menu. Il s’agit du schéma classique de Samsung sous Android. Quand l’écran est atteint les touches sensibles sont presque invisibles. Ces touches répondent correctement. Pour ce qui est de la touche physique, elle est légèrement moins en relief que celle du S3 (et Note 2), probablement pour minimiser les activations involontaires, et aussi haute mais avec une forme différente qui lui donne plus de surface. Si je trouve que cette touche fonctionne bien, j’ai le sentiment que celle du S3 est plus simple à utiliser car aisément localisable au doigt. Dans tous les cas, après une courte période de manipulation ce genre de détail disparaît. Si au dessus de l’écran l’espace est plus ou moins le même que sur le S3, le dessous est bien plus optimisé et perd quelques précieux millimètres.

 

Sous l’appareil, le port micro USB et le microphone, on voit bien ici la tranche du S4. Samsung affirme que celle-ci est composée de métal, sans rentrer dans les détails. Nous n’en sommes pas certains, mais il doit s’agir d’aluminium (pas de magnétisme, léger, fin). Pour être franc, nous pensions au début qu’il s’agissait de plastique avec un simple effet « métal », visiblement non et tant mieux. [EDIT : notre première idée était la bonne, le S4 possède bien des tranches en plastique avec effet métal, toutes nos excuses pour ce malentendu].

 

Au dessus de la bête, le jack 3.5mm, un second micro et le port infrarouge, qui vous servira essentiellement pour WatchON (sujet abordé plus bas).

 

A gauche, la touche de volume, qui ressort très peu. Celle-ci est bien différente de celle sur le S3, plus longue, moins haute et placée plus haut sur la tranche ce qui, d’après moi (droitier), n’est pas très ergonomique. En effet, quand la touche de volume se trouve sur la gauche, pour les droitiers, l’habitude veut que l’index se retrouve au niveau de Volume + et le majeur sur Volume -, ici c’est l’index qui doit tout gérer. Par contre pour les gauchers c’est mieux, car le pouce se retrouve juste au bon endroit. 

 

Tranche droite, la touche on/off verrouiller/déverrouiller, placée classiquement pour un appareil Samsung. Plus longue que sur le S3, elle est facile à localiser et ne vous posera pas de soucis. On apprécie d’ailleurs les finitions sur ces boutons (idem pour le volume), qui font moins « plastique » que sur le S3 ou le Note 2. Difficile par contre d’identifier le matériau utilisé. Juste à côté du bouton, vous pouvez voir la fente qui permet de faciliter l’accès à la batterie, micro SIM et micro SD.

 

La coque arrière du S4 fait beaucoup penser à ce qu’on trouve sur le S3, surtout dans son édition blanche. En noir/gris, les différences sont plus flagrantes, notamment côté motif. Sur le S3 nous avions droit à un effet alu brossé sur plastique, ici (surtout évident en noir) Samsung a fait une sorte de mélange et conserve cet effet (mais plus discret) tout en ajoutant une espèce de côté brillant/pailleté qui est en fait une succession de lignes noires/grises sur une base chromée (plastique). Ces lignes très rapprochées donnent l’impression qu’il s’agit de points brillants. Le rendu est plus ou moins marqué selon la lumière (mais plus visible, dans tous les cas, que « l’alu brossé » du S3) et pour distinguer l’aspect brossé il faudra regarder la coque de face. Est-ce que le côté « bling bling » de Samsung serait en train de (re)sortir avec ce S4 (ou n’a t-il jamais été caché ?) ? Dans tous les cas le résultat est original et plutôt agréable à l’oeil.

Plus subtil en blanc mais tout de même visible

 

L’appareil photo est plus imposant que sur le S3 (13mpx contre 8mpx) avec un capteur qui semble plus conséquent. Le bloc APN prend donc un peu plus de place mais sans que cela soit gênant, il ressort également un peu plus ce qui fait que quand le S4 est posé à plat, l’écran de face, il bascule plus sur les côtés à la manipulation que le S3. Le flash LED se trouve en dessous, qui semble le même que sur le S3 (du moins visuellement).

 

Puis nous avons le logo Samsung et le haut parleur, implémenté à la manière du Note 2 (sur le S3 il était à droite de l’APN).

 

Ergonomie, sensation en main

Une chose est certaine, si le S4 ressemble pas mal au S3 et n’a rien d’un HTC One ou Xperia Z côté finitions, Samsung a fait un réel effort sur la sensation en main apportée par l’appareil. Il semble plus compact, plus « mûr », la coque arrière ne sonne pas « creux », les tranches droites en métal (dixit Samsung) apportent un réel plus [EDIT : nous venons d'avoir la confirmation que l'information initiale était erronée, le S4 possède des tranches en plastique avec un effet métal, ça change pas mal de choses]. Si vous n’appréciez pas le côté très plastique du S3 ou Note 2, donnez une chance à ce S4. Si, au contraire, cet aspect ne vous a jamais gêné, alors vous allez adorer la prise en main offerte par Samsung sur son dernier flagship.

Métalleux moi ? (edit : ben non)

 

Par ailleurs l’appareil est plus fin que son prédécesseur et cela malgré une batterie plus conséquente et un composant d’appareil photo plus performant (sur le papier). Plus important encore, il possède un écran de 5″ (contre 4.8″ sur le S3) mais affiche les mêmes dimensions. Le constructeur a optimisé l’espace utilisé, avec des bordures plus fines et le résultat est vraiment très bon. Plus d’espace sur l’écran avec, finalement, un encombrement moindre que sur le S3 (plus fin, plus léger). Là dessus on ne peut que saluer le travail réalisé.

Les boutons sont placés de façon classique, avec peut-être une touche de volume un peu haute sur la tranche pour les droitiers (et encore, rien de bloquant). Sur le S3 je trouvais que la touche Accueil était trop fine, sur celui-ci, le constructeur a augmenté (légèrement) la surface d’utilisation ce qui la rend plus facile à utiliser.

Notez que comme pour tous les appareils avec des écrans de plus de 4.5/4.6″, il est toujours assez compliqué de l’utiliser à une main car le pouce n’arrive pas à « joindre les deux bouts ». C’est normal, et si vous envisagez l’achat d’un tel appareil vous devez en avoir conscience (pour n’être pas passé sous la barre des 4.6″ depuis 2 ans je peux vous affirmer qu’on s’y habitue).

 

Comparaison S3 ( et Note 2)

Ci-dessous une vidéo de comparaison design entre ces trois terminaux ainsi que quelques photos, histoire de compléter nos propos par quelque chose de plus visuel.

Image de prévisualisation YouTube

S3

 

Il y a un bien un S4 caché sous ce S3

 

Ici avec le Note 2 à gauche

 

 

Et avec la version blanche, ça donne quoi ?

S3 / S4

 

 

Comparaison Xperia Z

Le Xperia Z de Sony fait partie des concurrents directs du S4. Android, Quad Core, et surtout grand écran 5″. Sur cet aspect, les deux appareils partagent la même résolution et taille d’écran, mais pas la même technologie. Que vaut la prise en main sur le S4 comparée à celle du Xperia Z ? Quel est l’écran que nous préférons ? Réponse dans cette vidéo.

Image de prévisualisation YouTube

 

Ecran

Samsung a équipé son appareil phare de début 2013 d’un écran 5″ 1080p (1080×1920), ce qui offre une densité de pixel de 441 ppi. Si vous placez un Note 2 (ou même un S3) à côté, la différence est flagrante. Impossible de distinguer les pixels, tout comme sur le Xperia Z (même ratio) ou le One (même résolution pour 4.7″, soit 469ppi, mais à ce niveau il n’y a plus de différence). 

S4 / S3

 

Sans surprise, le constructeur coréen utilise le Super AMOLED sur le S4, comme sur la majorité de ses terminaux haut de gamme ces dernières années. Qu’on aime ou qu’on aime pas, cette technologie offre des noirs très profonds et des blancs lumineux. Les couleurs sont, comme toujours, très vives, parfois trop, mais Samsung propose des options pour ajuster le mode d’affichage, avec, nouveauté, une option « Adobe RGB » qui doit plaire, sur le papier, aux adeptes des couleurs « réalistes » sur mobile. Nous l’avons testé et s’il est certain qu’il y a du mieux, l’écran reste trop saturé pour les puristes. L’utilisateur lambda appréciera la qualité de l’écran au global, n’oubliez pas 

Pour finir ici, Samsung a implémenté un système qui permet d’utiliser l’écran avec des gants, à la manière de Sensitive Touch chez Nokia. L’option est à activer dans les paramètres et le résultat est plutôt bon.

 

Autonomie

Le Galaxy S4 est équipé d’une batterie de 2600mAh, plus conséquente que celle présente sur son prédécesseur. Mais il possède aussi un processeur plus puissant et une résolution supérieure (plus de pixels à gérer), comment se porte l’autonomie sur le nouvel appareil phare de Samsung ?

 

Comme d’habitude, nous avons réalisé notre classique test d’autonomie (1h de musique, 1h de vidéo, 1h de surf web, quelques photos, capture vidéo de 5 minutes et 1h de jeu, de préférence gourmand). Le S4 a terminé l’épreuve à 35%, après une difficile heure de jeu qui lui a fait perdre 35% (jeu utilisé : Dungeon Hunter 4). La courbe du S4 nous fait penser au Xperia Z, qui s’en sortait correctement sur les tests légers et n’avait vraiment pas apprécié le passage jeu en 3D. Pour le reste, une perte minime en musique (classique), de seulement 10% en lecture vidéo, idem pour le web et 5% pour le test capture photo/vidéo. Le S4 a donc terminé ces 4 étapes a 70% d’autonomie, ce qui est correct, dans la moyenne des appareils haut de gamme actuels, sans plus. Finalement seul l’Optimus G (parmi les appareils récents) s’est retrouvé à moins de 60% à ce stade, le One affichait 71%, idem pour le Z.

Avec ces résultats, vous aurez droit à une journée en usage « smartphone » (tel que défini dans notre test), potentiellement une journée et demi si vous n’utilisez pas le GPS, ne jouez pas et mettez de côté la lecture vidéo. Par contre, logiquement, si vous avez une utilisation plus « lourde », attendez-vous à terminer la soirée avec un appareil éteint.

 

Android Jelly Bean avec TouchWiz

Le Galaxy S4 est proposé dès la sortie de la boîte sous Android 4.2.2 Jelly Bean avec surcouche TouchWiz dans sa dernière version. L’appareil reprend certaines options présentes sur le S3 ainsi que sur le Note 2 et en contient de nouvelles, plus ou moins utiles. Quelques applications phares ont subi de grands changements, comme l’appareil photo par exemple. Une chose est sûre, Samsung tente d’implémenter le plus de fonctionnalités possibles, quitte, parfois, à proposer quelques gadgets. A vous ensuite de choisir ce que vous avez envie d’utiliser.

Mode facile : rappelez-vous, sur le S3/Note 2 vous aviez un « mode facile » pour l’écran d’accueil, avec des widgets plus simples à utiliser. Sur le S4, Samsung a fait évoluer ce mode, qui couvre beaucoup plus que l’accueil et transforme votre terminal complexe en un appareil bien plus accessible, notamment pour les seniors (surtout pensé pour cette cible d’ailleurs). Notez que l’option a été découverte après la réalisation du test vidéo, d’où l’absence de présentation de celle-ci, nous pensions qu’elle était restée telle quelle, et bien non ! Au fil nous test nous présenterons rapidement l’interface de l’app en question dans ce mode.

Faisons un tour complet des fonctionnalités du Galaxy S4…

 

Déverrouillage

Avec l’arrivée de Jelly Bean, nous avions vu un nouvel écran de déverrouillage sur les terminaux Nexus, avec des widgets. Le S3 et Note 2 tournent sous cette version de l’OS mais n’intègrent pas ce système, mais c’est le cas sur le S4. Vous trouverez également quelques nouveautés comme la personnalisation d’un écran ou la définition d’une zone de déverrouillage automatique.

 

L’écran de déverrouillage présenté par défaut propose l’heure, la date, un texte (personnalisable) avec possibilité d’y ajouter quelques raccourcis en bas, pour un accès rapide à certaines apps. Si vous défilez sur les côtés, vous trouverez des widgets et le menu pour en ajouter. Un seul widget par écran sur cette zone d’unlock. Côté widgets, vous avez les éléments suivants : e-mail, Gmail, Google Now, Lecteur MP3, Messages, Google+, Samsung, Yahoo! Finance et Yahoo! News. Si vous installez une app ou des widgets qui sont compatibles, vous devriez voir s’afficher ces nouveaux contenus dans la liste.

Quand vous avez des appels en absence, SMS, ou autre notification, l’indication est visible à l’écran et permet d’accéder rapidement à l’élément concerné (voir photo ci-dessus).

   

 

Autre option présente depuis JB, l’écran de veille, que vous pouvez définir afin qu’il s’affiche après une certaine période. Rien de très important ici. Dans les paramètres vous pouvez déterminer une zone de déverrouillage automatique, il s’agit d’associer votre appareil à une borne WiFi (généralement celle de votre domicile) pour spécifier que quand votre appareil est connecté à celle-ci il n’est pas nécessaire de montrer une sécurité au déverrouillage (si vous activez un mot de passe ou similaire). Une option simple mais très pratique.

   

 

Mode facile : quand le mode est activé, l’écran de déverrouillage est beaucoup plus simple, plus de personnalisation proposée (à part pour le fond d’écran), l’utilisateur peut simplement déverrouiller l’écran en faisant glisser son doigt.

 

Accueil, multitâche

Comme la majorité des appareils sous Android, le S4 propose un système de pages d’accueil avec possibilité de déposer des widgets, changer leur taille (pour certains), placer des dossiers et des raccourcis vers des apps. Dans cette dernière version de TouchWiz, Samsung n’a pas spécialement souhaité chambouler le fonctionnement classique. On trouve simplement quelques nouveautés côté widgets, à aller chercher dans le menu principal, S Health, Samsung Apps, Samsung Hub, Story Album… (vous en apprendrez plus sur ces apps dans la suite du test).

 

 

Vous pouvez facilement déposer de nouveaux éléments sur l’écran en allant chercher le contenu dans le menu principal, il est possible de pincer l’écran pour afficher toutes les pages et en supprimer/ajouter. Faites défiler votre doigt sur les points en bas de l’écran pour défiler plus vite. 

Un peu gadget, une option baptisée Air Move vous permet de faire défiler les pages en bougeant votre main au dessus de l’écran pendant que vous maintenez une icône avec l’autre main (doigt), dans le but de la placer au bon endroit. Vous constaterez que ce genre d’implémentation assez peu utile (d’après moi) est plutôt fréquente sur le S4.

  

 

Comme d’habitude, un appui prolongé sur la touche on/off ouvre une pop-up pour vous permettre d’éteindre l’appareil, vous pouvez également facilement stopper les données mobiles, activer le mode avion ou redémarrer la bête. Quelques options de son sont proposées juste en dessous. Le multi-tâche fonctionne de la même façon que sur le S3 ou Note 2.

 

 

Mode facile : l’accueil étant le centre de l’appareil, c’est également le cas en mode facile avec trois pages proposées : contacts en accès rapide, page centrale et apps en accès rapide. Les icônes sont grosses, les inscriptions également pour un gain de lisibilité. Ce mode transforme réellement votre S4 en smartphone simple, voir basique, à voir donc s’il est bien intéressant d’acheter un appareil de ce type pour un usage si pauvre au premier abord. En sélectionnant « Plus d’applications » l’utilisateur arrive sur la version facile du menu principal, que vous verrez un peu plus bas.

   

  

Tiroir des notifications

Le tiroir des notifications évolue avec le Galaxy S4, discrètement mais sûrement. Samsung a implémenté l’accès aux options via un glissement à deux doigts, qui vient compléter le système en longueur présenté en haut. La luminosité est ajustable ici avec un mode auto qui peut être personnalisé (de -1 à -5 ou +1 à +5 en complément de la valeur définie automatiquement, pratique si vous trouvez que le mode automatique n’est pas assez fort ou inversement).

Les notifications s’affichent de façon classique, il est possible de les enlever de la liste (une ou toutes) et d’ouvrir certaines pour accéder à plus d’informations (les mails par exemple). Parfois vous avez aussi des interactions directement dans ce tiroir (mails, Google+…).

Les options en accès rapide sont nombreuses, WiFi, GPS, Vibreur… mais aussi S Beam, Air View ou encore un mode de Screen Mirroring. Vous pouvez ré-organiser les icônes selon vos besoins. Le tiroir des notifications ne change pas avec le mode facile.

  

 

Multi-View

Le Multi-View/Window est un mode que nous avons vu pour la première fois dans une édition différente sur les tablettes Galaxy Tab. Certaines applications pouvaient être divisées en deux afin de partager le grand écran et afficher plusieurs contenus en simultané. Sur le Note 2 nous l’avions découvert, plus adapté aux smartphones et parfait sur un écran de cette taille. Puis, une mise à jour est arrivée sur le Galaxy S3 pour apporter cette option, il était donc logique que celle-ci voit le jour sur le S4.

L’option se déclenche de la même façon que sur le Note 2 ou le S3, appui prolongé sur Retour, une languette s’affiche à gauche par défaut (mais vous pouvez la placer où vous voulez) et permet d’ouvrir une liste d’apps que vous pouvez ensuite « déposer » sur l’écran, à l’endroit désiré. L’ordre des icônes est également personnalisable. 

Il s’agit d’un système ingénieux, adapté au grand écran du S4 et qui permet de réaliser certaines tâches plus facilement. Vous pouvez activer/désactiver la possibilité d’ouvrir la languette dans les paramètres ou via le tiroir des notifications. N’est pas proposé en mode facile.

 

 

Air View

Il y a un peu plus d’un an nous testions le Xperia Sola de Sony, notre premier contact avec la notion d’action au survol sur un mobile (baptisé Floating Touch). Puis nous avons découvert cette option sur le Note 2 via le stylet, un fonctionnement différent mais pour un résultat plutôt réussi. Samsung a souhaité intégrer cette fonctionnalité, Air View, sur son S4 mais avec une variante, elle fonctionne au doigt. Le concept est plutôt simple, surcharger la couche capacitive afin de lui permettre d’étendre la zone de contact et, de fait, le survol.

Sur le S4, le mode Air View peut être activé au besoin et vous avez même la possibilité de personnaliser les actions à afficher au survol. Vous pouvez ainsi afficher des informations (début d’un e-mail, rendez-vous d’une journée, contenu d’un album photo…), un aperçu de progression en vidéo, le contact derrière un chiffre en numérotation rapide et, sur le web, une espèce de loupe qui permet d’ajuster son « clic » sur les liens. Probablement en raison de cette dernière implémentation, il n’est maintenant plus possible de survoler un élément qui réagit normalement au survol d’un curseur, sur le web (comme un menu), alors que cela est possible sur le Note 2.

Lors de mon test du Note 2, nous avions un avis plutôt positif sur Air View au stylet, l’idée nous semblait intéressante. Dans les faits, je n’utilise jamais cette option sur le Note 2 car cela induit de sortir le stylet, qui n’est pas toujours en main lorsqu’on regarde ses mails, par exemple. Sur le S4, c’est plus simple car directement au doigt et le système reste réactif. L’intérêt d’Air View au doigt dépend de vos besoins, si vous avez beaucoup de mails et de rendez-vous, pourquoi pas, pour le reste, c’est assez peu utile (même pour le web). Notez qu’Air View fonctionne aussi dans des apps où cela n’a pas vraiment de sens et affiche un effet de survol sur des boutons ou autres éléments que vous pouvez sélectionner, je pense que Samsung devrait supprimer cela (par exemple dans le Hub).

 

 

Paramètres

Les paramètres ont été réorganisés dans quatre onglets, Connexions, Mon appareil, Comptes et Plus. Le premier onglet permet d’accéder à toutes les options qui concernent le WiFi, réseau mobile, Bluetooth et NFC. Vous trouverez les options classiques Android, dont la création d’un point d’accès mobile, puis l’activation et gestion des options NFC, S Beam, DLNA, Mirroring (avec du matériel Samsung compatible ou le dongle All Share Cast) et Kies via WiFi. Comme sur les précédents terminaux Android de Samsung, vous avez des options affichées avec un switch on/off et si vous sélectionnez le bloc complet vous accédez aux options avancées, c’est assez bien pensé.

L’onglet Mon appareil permet de gérer de nombreux éléments, de type affichage, son, LED, configurations diverses… c’est aussi ici que vous trouverez la majorité des options innovantes en usage proposées dans TouchWiz. On apprécie le fait que le constructeur propose de nombreuses fonctions mais n’impose pas leur utilisation, vous pouvez presque toujours désactiver l’élément en question. Voici une petite liste non exhaustive des paramètres intéressants :

  • Commande de réveil, pour déverrouiller et lancer des apps à la voix
  • Fenêtres multiples (Multi-View, dans Affichage)
  • Sensibilité tactile élevée, pour une utilisation avec des gants
  • Adapt Sound, permet de personnaliser le profil sonore du téléphone pour s’adapter à vous
  • Modes d’écran d’accueil, basique, facile
  • Réduction du bruit, suppression des bruits ambiants pendant les appels
  • Mode blocage, permet de désactiver les notifications de certaines fonctionnalités pendant une période définie
  • Assistance sécurité, après configuration, envoie photos, localisation et un message à un contact si vous appuyez sur volume + et – en même temps (en cas d’urgence)
  • Mouvements et gestes, gestion des gestes « Air Gesture », mouvements divers (dont de la paume sur l’écran), calibrage du gyroscope (dont une option qui permet d’être alerté par une vibration quand vous prenez en main votre appareil si vous avez des notifications en attente ou encore « Coup d’oeil rapide », qu’on trouvait sur le Note 2, qui affiche un résumé des notifications quand vous passez votre main au dessus du capteur de proximité, l’écran éteint).
  • Options Smart Screen, écran intelligent : veille intelligente (l’écran reste allumé tant que vous le regardez), rotation intelligente (pas de rotation si vous avez les yeux dans le sens de l’écran, pratique si vous êtes allongé), Smart Pause (vidéo se met en pause quand vous arrêtez de regarder l’écran) et Smart Scroll (défilement intelligent dans une page, nous aborderons le sujet avec le web)
  • Air View, gestion du mode Air View, quelles données afficher 
  • Contrôle vocal, lancer des actions à la voix, répondre à un appel, prendre une photo, gérer la lecture musicale… ces options fonctionnent plutôt bien
  • Find my mobile, options de traçage de mobile et contrôle à distance

  

 

Menu principal

Le menu principal regroupe vos applications ainsi que vos widgets. Depuis le S2, Samsung utilise le système de base d’Android pour accéder aux widgets, de fait vous trouverez deux onglets dans le menu principal, complétés par une section qui regroupe vos apps téléchargées.

 

Les icônes sont regroupées sur une grille avec possibilité de les trier par ordre alphabétique ou personnalisé. Une option « liste » est également disponible. Si vous restez appuyé sur une icône vous pourrez la déposer sur l’écran d’accueil, si vous passez en mode « édition », il est possible de créer des dossiers, des pages, déplacer des icônes et désinstaller un contenu (possible aussi en passant par les options).

Pratique, vous pouvez cacher des icônes, idéal si vous avez des apps que vous ne pouvez pas désinstaller (celles pré-installées). Ces apps invisibles sont ensuite accessibles via un menu spécial. 

Pas d’innovation particulière dans ce menu, mais il reste fonctionnel.

   

  

  

Mode facile : ici la liste des apps est plus simple dans ce mode, les icônes sont présentées au format liste sans réelle option de personnalisation, plus simple et plus limité.

 

 

Fonctions téléphoniques

Note : en version commerciale le fond est noir et non clair comme dans les captures ci-dessous.

Les fonctions téléphoniques sur le S4 sont plutôt classiques, une interface pour la composition de numéro avec des propositions de contacts qui s’affichent au fur et à mesure. Quand vous recevez un appel vous pouvez décrocher ou raccrocher d’un glissement vers la droite ou gauche et rejeter l’appel avec un message (préformaté ou à rédiger). Pendant un appel vous avez les fonctions classiques et en mode visio vous disposez même de l’option Double caméra qui permet de filmer à la fois devant et derrière.

Qualité sonore : Samsung propose une plutôt bonne expérience sur cet aspect notamment grâce à Adapt Sound qui permet d’optimiser le son en appel, le rendu est bon. Vous avez également un mode de réduction de bruit à activer dans les paramètres, il fonctionne plutôt bien mais, d’après quelques tests, est moins performant que sur le One.

   

 

Vous avez également accès au journal des appels (et des interactions type SMS/MMS) ainsi qu’aux contacts favoris. 

 

 

 

4G / WiFi ac : le Galaxy S4 est compatible 4G avec des débits théoriques jusqu’à 100 mbps en download, hélas nous n’avons pas de réseau 4G dans la zone où nous testons les terminaux, de fait nous n’avons pas pu effectuer de speedtest. Côté WiFi, le S4 est compatible avec la norme 802.11ac, tout comme le One. Elle permet d’atteindre des débits théoriques bien supérieurs. Dans les faits nous avons testé plusieurs speedtests avec le Note 2 et en étant connecté au même WiFi nous avons effectivement constaté des vitesses plus conséquentes systématiquement sur le S4 (notez que cela ne fonctionnera qu’avec un routeur WiFi compatible ac).

Mode facile : les touches sont plus grosses, l’interface est plus épurée mais les options sont là.

 

Contacts

Note : comme pour les fonctions téléphoniques, le fond de l’édition commerciale est noir et non blanc comme ci-dessous. Dommage car cela rend plutôt bien.

La liste des contacts est classique, avatars, nom, actions rapides en faisant glisser son doigt (appeler et composer un message). Il est possible de rechercher une personne rapidement et de défiler rapidement via les lettres sur le côté droit. 

Dans une fiche, vous avez les informations habituelles, tout dépend aussi de la synchronisation mise en place. Numéro de téléphone, e-mail, … vous pouvez lier un contact à son homologue sur Facebook, Twitter ou Google+ mais, d’après ce que nous avons constaté, seul G+ affiche le statut. Nous restons persuadés que Samsung proposait une meilleure intégration sociale il y a quelques itérations de Galaxy S (S2).

   

 

Mode facile : plus de favoris, des boutons un peu plus grands, sinon l’interface est très proche de ce que l’on trouve sur 

 

 

Messagerie

Les messages s’affichent en liste triée par contact/discussion. Vous pouvez supprimer une discussion, ajouter un message en tant que spam (qui place l’émetteur dans cette liste), accéder aux brouillons (qui sont également mentionnés en rouge) et lancer la rédaction d’un message.

Pendant que vous rédigez un message, vous pouvez ajouter des images (de la galerie ou à photographier par la suite), vidéos, son, S Memos… et transformer un SMS en MMS. Tout ici est assez classique à part l’implémentation de Air View sur les messages (affiche une bulle avec le début du message).

  

 

Les messages possèdent de nombreux paramètres : personnalisation des bulles et de l’arrière plan, touche de volume pour ajuster la taille du texte, suppression des anciens messages, accusés de réception, notifications, signature, paramètres des spam…

   

 

Mode facile : dans ce mode les boutons sont plus gros et vous avez accès aux contacts via le journal pour la rédaction de message (malin d’ailleurs).

  

 

Saisie de texte

Note : lors de la réalisation du test vidéo, nous avions une option en moins sur l’appareil utilisé ce qui a altéré notre jugement sur le clavier (sur un point en particulier, le remplacement automatique de texte), nous prenons en compte ce point dans ce qui suit.

Le clavier du S4 fait penser à celui du Note 2. On y trouve la ligne supérieure avec les chiffres, la possibilité d’activer la saisie en continu (tracé d’une ligne), de personnaliser les prédictions avec différentes sources… bonne nouvelle d’ailleurs, le S4 utilise la technologie de SwiftKey pour son clavier. Par contre il faut impérativement activer l’option « Remplacement automatique » dans les paramètres afin que les propositions mises en avant soient utilisées.

Ce clavier est globalement correct dans le fond, notamment grâce à SwiftKey, mais nous avons remarqué plusieurs problèmes. Pour commencer les touches sont plutôt petites, d’où l’importance des propositions et corrections. Ensuite, le mode de saisie continu associé à Air View et/ou à l’ultra sensibilité semble poser, parfois, quelques soucis quand vous tapez rapidement (sélectionne parfois une lettre alors que vous la survolez juste). Pour finir, le mode remplacement de texte automatique en fonction des propositions est efficace mais un peu lent, de fait si vous tapez rapidement vous aurez droit à la proposition précédente et non la nouvelle. Par contre en utilisant la saisie en continu c’est plutôt bon. 

   

 

Aperçu en mode paysage, beaucoup de place

 

Comme le clavier est basé sur SwiftKey, vous avez pas mal d’options dont la possibilité d’apprendre à partir de vos e-mails, infos Facebook, Twitter ou de vos messages (SMS/MMS). Le clavier apprend pendant que vous écrivez pour vous faciliter la vie par la suite, ce système permet d’aller plus rapidement et, potentiellement, de rendre votre clavier complètement adapté pour vous dès la sortie de la boîte ou presque.

 

 

E-mail

Samsung a retravaillé l’interface de son client e-mail maison et le rendu est vraiment sympathique. Plus clair, l’espace est mieux géré, vous pouvez accéder rapidement à vos différentes boîtes d’un glissement latéral et il est possible d’avoir un aperçu du début du mail en utilisant Air View (capture du milieu). Vous avez bien sûr des notifications et la possibilité de déposer un widget sur l’écran d’accueil et/ou sur l’écran de déverrouillage. 

 

Support des mails HTML, formatage pendant la réponse (si vous sélectionnez du texte en début de mail vous aurez la pop-up devant les options mais si vous défilez vers le bas la pop-up change de place), ajout de pièces jointes… les paramètres de synchronisation sont complets, avec possibilité de définir les jours et heures de pointe. 

Ce client permet de configurer n’importe quel compte e-mail, à opposer à l’application Gmail qui se focalise sur le service mail de Google (même si, au final, vous pouvez configurer dans Gmail (web) d’autres comptes puis recevoir ces mails sur votre mobile).

  
 

Navigation web

L’expérience web était excellente sur le S3 et sur le Note 2, le S4 n’est -logiquement- pas en échec sur cet aspect. Vous avez deux navigateurs web pré-installés, « Internet » (celui de base dans Android, personnalisé par le constructeur) et Google Chrome. Commençons par le premier.

L’interface est classique, options pour revenir en arrière et aller en avant, barre d’adresse (qui affiche l’icône verte du mode Lecteur quand vous êtes dans un article), rafraîchir la page et accès aux favoris. Les onglets s’affichent avec des aperçus qui s’empilent et possibilité de les fermer facilement. Vous disposez également d’un mode « incognito » (privé) qui permet de surfer sans enregistrer votre passage (historique, cookies…). Si vous utilisez Air View au dessus de l’icône des onglets vous verrez les pages ouvertes s’afficher en vignette (capture de droite), Air View permet aussi de zoomer sur des liens pour faciliter le « clic ». Par contre vous n’avez pas le survol « de base » qu’on trouvait sur le Note 2.

Le S4 est très réactif sur le web, les pages défilent rapidement sous le doigt, le zoom/de-zoom se passe très bien, l’aspect lisse « glissant » de l’écran de l’appareil (qu’on trouve aussi sur le S3/Note 2) permet de rendre plus agréable son utilisation. De plus, la densité de pixels de l’écran offre une excellente lisibilité, parfait pour les petits caractères.

  

Captures en mode Plein écran sur le web

 

  

Menu d’options sur le web / mode Lecteur

 

Chrome pour Android fonctionne d’une façon très proche du navigateur par défaut mais avec une synchronisation Google qui ajoute un gros plus pour retrouver ses favoris, onglets et historiques. Côté réactivité, le navigateur par défaut semble un peu plus efficace côté défilement (c’est subtil) mais est tout aussi fluide en zoom/de-zoom.

 

Performances : au delà des performances à l’usage, il peut être intéressant de constater les différents résultats sur quelques tests qui permettent de se rendre compte de l’efficacité de tel ou tel navigateur avec les technologies web d’aujourd’hui. Ainsi, au test HTML5, le navigateur par défaut est loin devant avec une meilleure compatibilité (ci-dessous), ce dernier affiche également un meilleur score à Browsermark, ce qui confirme la sensation que nous avions. A priori donc, sur le S4, mieux vaut utiliser le navigateur par défaut (à part si l’aspect synchronisé de Chrome vous est essentielle).

 

 

Mode facile : de gros boutons pour utiliser l’interface et la possibilité d’augmenter/réduire la taille du texte rapidement avec les touches + et -.

 

 

Appareil photo

Samsung a complètement retravaillé son interface pour l’appareil photo en reprenant des fonctions présentes sur le S3/Note 2 et en s’inspirant en partie du Galaxy Camera et de se que fait la concurrence. Pour ce qui est de la qualité photo/vidéo, nous abordons ce sujet dans la fin du test, passons donc à l’interface et aux fonctionnalités.

 

L’interface a été remaniée pour permettre une utilisation plus rapide des fonctionnalités. Ainsi, vous pouvez lancer la capture vidéo ou prendre un cliché dans la même interface, à la manière de nombreux autres constructeurs. C’est une tendance forte et le fait que Samsung se soit décidé à passer à l’acte le confirme à nouveau. 

Le mode en cours d’utilisation est indiqué en haut à droite (ici Auto) et la barre en haut permet d’accéder à, respectivement, la caméra frontale, le mode Dual Camera, le flash, mode nuit automatique, capture à la voix (dites un mot pour capturer une photo), gestion du mode vidéo et partage automatique. Ces options peuvent être remplacées par d’autres, Samsung a conservé la possibilité de personnaliser les raccourcis.

Le nom du mode choisi s’affiche en haut

 

Personnalisation des raccourcis

 

Les effets

 

Vous pouvez zoomer en photo et en vidéo en utilisant les touches de volume (l’action est personnalisable). Le focus en photo se fait automatiquement ou en touchant une zone sur l’écran. La flèche en bas affiche, par défaut, différents filtres de base que vous pouvez utiliser quand vous prenez des photos et des vidéos. 

 

En capture vidéo, le timing s’affiche en haut à gauche, le poids à droite, l’option de capture photo (pendant que vous filmez) en bas à droite et pause, pratique pour créer des minis montages en « direct ».

 

Dual Camera : Samsung a implémenté une option qu’on trouve aussi sur l’Optimus G Pro et qui permet de prendre une photo et de capturer une vidéo avec les deux optiques en simultané. L’idée semble basique mais est franchement intéressante et permet de réaliser quelques belles créations. 

Quand vous activez ce mode, les filtres du bas sont remplacés par les modes d’incrustation de la caméra frontale. Vous en avez une bonne dizaine, la majorité étant élément qui s’intègre dans l’écran à l’endroit désiré (et avec les dimensions de votre choix). Bien sûr, une fois le thème choisi, vous pouvez à la fois capturer des photos et réaliser une vidéo, et c’est là que ça devient encore plus sympathique. Par exemple, le mode Scindé (voir ci-dessous) permet de capturer l’avant et l’arrière de façon plus carrée et dans une bonne qualité (la caméra frontale filme en 1080p), le résultat est très bon. Un mode idéal pour du vidéo blogging ou des vidéos de souvenir.

Mode Fisheye, notez la présence du mode Coeur, kitsch au possible

 

Les modes : vous avez un total de 12 modes accessibles facilement via l’interface (en bas à droite). Deux affichages possibles pour ceux-ci, grille (plus pratique) et « perspective » (sorte de rouleau, comme sur le Galaxy Camera). Notez que si cette interface fait effectivement penser au Galaxy Camera, vous n’avez pas la possibilité de passer en mode manuel, très complet sur ce terminal dédié photo. Un appui sur la vignette permet de lancer le mode. Listons tout cela :

  • Auto : accessible en haut à gauche rapidement, permet de revenir en mode automatique, que vous utilisez probablement le plus
  • Beauté : optimisé pour la capture de portraits, lise les traits (« améliore les caractéristiques faciales », dixit Samsung)
  • Meilleures poses : permet de capturer plusieurs photos (8) puis de conserver les meilleures
  • Meilleure photo : pour les photos de groupe, capture de 5 clichés, vous pouvez ensuite choisir les meilleurs visages
  • Son & prise : capture d’une photo avec enregistrement de l’environnement sonore pendant 9 secondes, l’export se fait uniquement en jpg et le son n’est disponible que quand vous consultez la photo sur votre appareil
  • Dramatique : capture d’une série d’images en bonne définition et assemblage dans un seul cliché (type « stroboscopique » sur le HTC One)
  • Photo animée : aussi nommé Cinemagraph, permet de créer des séquences animées avec des zones figées et d’autres en mouvement. Vous pouvez réduire la durée de l’animation et changer le sens de lecture. L’export se fait en .gif en résolution assez faible. La qualité n’est pas très bonne, comme sur le 920 PureView.
  • Ton riche (HDR) : mode classique HDR, permet de mélanger plusieurs expositions pour une même scène dans une image
  • Gomme : capture de 5 photos puis possibilité de supprimer les éléments qui bougent (par exemple sur une photo avec des passants)
  • Panorama : création d’une image panoramique (notez que sur le S4 que nous avions en test (vidéo) le mode Photosphère était présent, mais pas sur l’édition commerciale)
  • Sports : mode optimisé pour figer les mouvements rapides
  • Nuit : optimisé pour la capture de photos de nuit

Photo animée en action

 

Dans les paramètres vous pouvez définir la définition des photos (avec différents ratios, max 13 mpx en 4:3), activer le mode rafale (efficace, 20 photos en 3 secondes), détection de portrait, ISO, stabilisateur et détection nuit auto (passage en mode nuit automatiquement). 

 

Les options vidéo sont plus légères, mais la majorité des options sont déjà dans l’interface principale. Définition (1080p max) et stabilisation vidéo au menu.

 

Pour finir, vous pouvez activer le géotagging automatique, activer le compte-rendu (affiche l’image/la vidéo après la capture), configurer l’action générée par la touche volume (prise de photo, zoom…) retardateur, balance des blancs, exposition… les éléments ici sont transverses.

 

Galerie photo

La galerie ressemble pas mal à celle du Note 2 avec plus de modes d’affichage possibles. De base, vous affichez tous les albums, avec le principal en plus grand (possible de passer en vue classique en pinçant l’écran). Air View permet d’afficher le contenu d’un album dans une pop-up. En haut, on trouve un accès rapide à l’appareil photo ainsi qu’à la création d’un album.

  

 

Au delà de l’affichage par Album, vous pouvez choisir de présenter vos images par Heure, Emplacements (s’il y a géolocalisation), Spirale (uniquement visuel), Personne, Favoris et Tout (classique sans album).

   

 

Quand vous ouvrez un album ou, d’une manière générale, visionnez une image, vous retrouvez cette interface classique Android, ici à la sauce TouchWiz. Des vignettes en bas pour avoir un aperçu rapide de vos images (et vidéos), une option de partage, de suppression et de modification (voir plus bas).

 

Quand vous allez dans le menu de modification, différentes options s’affichent pour ajuster l’image. La faire pivoter, la rogner, altérer/optimiser les couleurs, ajouter des effets (voir seconde capture), dessiner sur l’image, ajouter des « autocollants » (formes diverses) et entourer d’un cadre. Pas mal de possibilités offertes ici, un peu plus qu’Android par défaut.

 

Samsung a intégré une option de détection de texte dans une image (OCR) dans la galerie, en lien avec d’autres fonctionnalités du S4 (notamment traduction). La fonction est plutôt efficace si les textes sont clairs, voir capture ci-dessous.

  

 

Dernière chose, comme sur le Note 2 vous pouvez annoter des images avec les options Cadre Photo et Note Photo. L’enregistrement ajoute le visuel réalisé dans un album spécifique et n’écrase pas le fichier initial.

   

 

Vidéo

Le lecteur vidéo a été modifié et devient cohérent avec la nouvelle charte graphique qu’on trouve dans Samsung Apps ainsi que le Hub (nous en parlerons un peu plus tard). Les vignettes sont toujours animées (non visible dans le test vidéo) et Air View permet d’afficher un aperçu plus grand de la vidéo. Les contenus sont triés par Personnel, Télécharger (sur le marketplace de Samsung) et AllShare (DLNA).

En lecture vidéo, vous avez une interface classique mais complète, avec notamment Pop-up Play qui permet d’afficher la vidéo en petite taille par dessus ce que vous faites. Air View donne un aperçu du passage survolé dans la vidéo, comme sur le Note 2. Nous avons essayé de lire différents DivX et un MKV, sans soucis. Le S4 supporte aussi les sous-titres, à déposer sur la mémoire du terminal avec le fichier vidéo (même nom, testé avec .srt). On retrouve aussi l’option Chapitre avec affichage de différents passages d’une vidéo, idéal pour un film ou une série. Comme LG (entre autres), Samsung propose de zoomer dans une vidéo quand vous la regardez, l’intérêt est limité, mais pourquoi pas.

   

 

Smart Pause : dans la lignée des fonctions liées à la détection du regard, le S4 possède une option Smart Pause qui permet de mettre en pause la lecture vidéo quand vous ne regardez plus l’écran. Elle fonctionne bien mais est franchement gadget, nous avons un peu de mal à imaginer une situation où vos mains ne sont pas disponibles et que vous regardez une vidéo (oh wait). Blague à part, l’option est très peu utile.

DLNA : vous pouvez facilement diffuser vos vidéos en DLNA ainsi qu’accéder aux fichiers partagés sur vos serveurs multimédia. 

  

 

Story Album

Samsung propose une fonction baptisée Story Album qui permet de créer, comme son nom l’indique, des albums photos à partir des clichés présents sur le terminal. L’app est vraiment bien faite, vous pouvez partir de zéro, ajouter un titre, choisir un thème, une image de couverture puis vos photos. Il est ensuite possible d’insérer des commentaires textuels pour agrémenter le tout.

Tout comme Highlight sur le HTC One, Story Album arrive à identifier les photos qui appartiennent à un événement. L’application va ainsi vous proposer de créer un album photo à partir de x clichés capturés durant une période déterminée.

  

 

Ci-dessous quelques aperçus, à vous de créer quelque chose de sympathique. L’export d’un album sort un fichier .ssf, que vous ne pourrez pas ouvrir sur votre ordinateur (normalement dédié à des fichiers sonores).

Intéressant, il est possible, une fois l’album finalisé (en partenariat avec Blurb), de commander une version physique (papier) de celui-ci. Trois types sont proposés, 13x13cm poche, 18x18cm poche et 18x18cm relié. Les prix vont de 8,41€ à 22,31€, n’ayant pas testé le service, difficile de vous donner un véritable avis.

 

WatchON

Samsung, tout comme HTC, propose une option « TV » en partenariat avec Peel. L’idée est la même que sur le One, vous définissez votre localisation ainsi que votre fournisseur de service TV, configurez votre téléviseur et votre décodeur (pour les contrôler via infrarouge) et pouvez ensuite choisir quel programmer regarder, le S4 s’occupe de définir la chaîne pour vous. En prime, le coréen a intégré un onglet « vidéo » en lien avec son marketplace pour acheter et louer des films.

La configuration de la TV et du décodeur se fait de façon assez simple, pour notre part nous avons eu quelques soucis avec un décodeur Sagem, la configuration n’a pas pu se faire, mais vous aurez probablement plus de chance.

  

 

Lecteur musical, qualité du haut parleur

Le lecteur musical est très proche de ce que nous avions sur le S3 et Note 2, avec une légère refonte graphique. Les morceaux sont triés dans des onglets, par Chansons, Playlists, Albums et Artistes. L’option Coin musique est toujours présente et permet de générer des listes de lecture en fonction de différentes émotions. Il est aussi possible d’accéder aux fichiers via le mode Dossier et à d’autres contenus en DLNA.

La barre du bas, lecture rapide, a changé et met plus en avant le visuel du morceau concerné. Pour le reste, classique, pochette (si disponible), tri alphabétique, option de recherche, défilement rapide via les lettres sur le côté.

   

 

En lecture, la pochette s’affiche en grande taille, les options de volume et DLNA sont en haut. Si l’option Paroles est activée (et que les paroles sont disponibles), celles-ci s’afficheront à l’écran. Le combo classique aléatoire /répétition est présent, accompagné d’une option pour mettre un morceau en favoris.

Contrôle vocal : si le contrôle vocal est activé, il vous suffira de dire « lire » ou « pause », « augmenter le volume » (etc) pour contrôler la musique. Le système fonctionne très bien.

 

 

Côté accès rapides, vous trouverez un mini player dans le tiroir des notifications, un widget sur l’écran d’accueil ainsi qu’un élément à déposer sur l’écran de déverrouillage (qui se positionne sous vos yeux si la musique est en lecture).

  

 

Qualité sonore : Samsung a intégré pas mal d’options pour personnaliser l’expérience sonore, à commencer par un égaliseur plutôt complet (SoundAlive). L’option Adapt Sound, découverte dans la section Téléphone, est également fonctionnelle (à activer) et nous avons constaté une nette amélioration du son lorsque celui-ci est activé. Prenez le temps de bien configurer ce mode (uniquement disponible avec des écouteurs connectés).

Côté haut parleur, la qualité nous a semblé un poil meilleure que sur le S3 et le Note 2 avec un volume également supérieur (d’environ 10db, il ne s’agit pas d’une mesure précise). Cela étant dit, le S4 est loin d’être au top sur cet aspect, le HTC One est largement au dessus avec son BoomSound (qui est exceptionnel, dans tous les sens du terme).

   

 

S Calendrier

Le S Calendar, ou S Planner (tel qu’il est appelé dans le menu) est le calendrier qu’on trouve dans les terminaux Samsung haut de gamme depuis le premier Note. Il a bien sûr évolué depuis, mais l’esprit reste là. Dans cette version sur le S4, vous avez toujours les onglets sur la droite (Année, Mois, Semaine, Jour, Liste et Tâche) avec, en complément, le support d’Air View sur les dates, comme sur le Note 2.

Le calendrier se synchronise avec Google mais également avec votre compte Samsung, Facebook, Exchange ou LDAP. Les différents agendas synchronisés (ou même en local uniquement) peuvent s’afficher avec des couleurs distinctes. 

   

 

S Memo

L’application S Memo est bien entendu proposée, avec une interface légèrement remaniée et quelques options en moins par rapport au Note 2. Vous pouvez bien sûr créer de nouvelles notes, dessiner, écrire, efface, mais les options qui permettent de faciliter la création de schémas et les calculs ne sont pas présentes. Avec 5″, S Memo est plus facile à manipuler que sur le S3 car vous avez plus de place, mais il est certain que ça n’a rien à voir avec les possibilités offertes par un Note (1 ou 2).

 

 

S Health

Grosse nouveauté sur le Galaxy S4, S Health est une application de « suivi santé » qui utilise de nombreux capteurs présents dans l’appareil. Samsung a pas mal mis en avant l’app lors de sa conférence, mais de quoi s’agit-il ?

S Health est une application qui permet de suivre quelques indicateurs clés et d’entrer des données liées à votre corps. L’appareil détermine la température et l’humidité ambiante afin de vous signaler si votre environnement n’est pas optimal (problème : la température affichée est constamment bien supérieure à la réalité).

Un utilitaire « partenaire de marche » permet de compter vos pas et vos calories dépensées, vous pouvez aussi entrer manuellement l’activité effectuée afin de déterminer les calories brûlées dans une journée. Différents sports sont proposés (notez que cette option n’était pas présente dans l’appareil testé en vidéo).

Vous pouvez également suivre votre poids (à entrer à la main, bien entendu) et l’apport calorique. Pour cette dernière possibilité, il faudra entrer chaque aliment consommé vous même, un classique pour ce genre d’app.

Concrètement S Health n’est pas une mauvaise app, loin de là. Elle est bien conçue et offre de nombreuses options dans une seule interface. Mais si vous cherchez une app de suivi sportif réellement efficace, privilégiez un Runkeeper, Sports Tracker ou assimilé. Dommage d’ailleurs que ces différentes apps ne puissent pas communiquer entre elles et se synchroniser.

   

   

 

S Traducteur / Lecteur optique

Une fonction de traduction est pré-installée, baptisée « S Traducteur ». Elle est assistée d’une autre app, « Lecteur optique » (ou Photo Reader), qui permet de détecter du texte avec l’appareil photo et de proposer une traduction.

L’app de traduction à proprement parler fonctionne en tapant le texte ou en parlant. Vous avez une dizaine de langues avec une traduction dans les deux sens bien entendu. L’ensemble est plutôt fonctionnel

   

 

S Voice

Nous avions découvert S Voice avec le S3, à ce moment l’app avait quelques soucis relatifs au marché français. Qu’en est-il maintenant ? 

Et bien, on retrouve des fonctionnalités qu’on avait déjà, météo, composition de message, appel, update sociale, ajout d’une tâche, … la reconnaissance vocale est plutôt bonne et ces options sont opérationnelles.

   

 

Par contre, pour ce qui concerne les questions plus complexes, Siri voir Google Now reste au dessus, du moins en français. On avait imaginé que Samsung aurait pris le temps d’adapter son service en France mais ce n’est pas vraiment le cas.

Si dans les paramètres vous passez en langue anglaise, vous aurez droit à pas mal de réponses (voir capture ci-dessous), en français la recherche Internet sera proposée quasi-systématiquement, à part (lors de nos essais) « quel est le meilleur smartphone du monde ? » (devinez la réponse).

Dans l’état, si vous souhaitez consulter la météo, envoyer des messages, appeler quelqu’un relativement rapidement (prenez en compte le mode Auto avec réveil à la voix, idéal en conduite), ajouter un rendez-vous… vous trouverez S Voice bien pratique, si vous souhaitez aller plus loin, mixez avec Google Now pour ne pas être trop déçu (Now permet, notamment pour les scores sportifs).

  

 

Samsung Hub

Samsung présente une nouvelle charte graphique avec l’application Hub, qui regroupe tout ce qui concerne les places de marché de Samsung, à savoir : Music Store, Boutique Livres, Boutique Films, Magasin Apprenti (contenus liés à l’apprentissage, le nom n’est pas top) et Samsung Apps (qui possède sa propre app).

Le premier écran du Hub est une sorte de mise en avant de différents contenus, avec une notion d’actualité, les accès aux sections sont présents et vous pouvez aussi basculer d’une partie à une autre en faisant défiler votre doigt sur les côtés. L’approche visuelle est vraiment différente de ce qu’on a l’habitude de voir chez Samsung, des images en plein écran, une mise en avant de la typo, dans l’idée ça fait penser à certaines interfaces sous Windows Phone.

 

 

Autant pour Samsung Apps vous avez une icône à part dans le menu principal et, pour Vidéo, un accès au « Store » dans un onglet du lecteur, pour le reste il faudra passer impérativement par le Hub pour ouvrir le boutique de livres, le music store ou encore le magasin éducatif. Pour acheter sur ces plateformes il faut un compte Samsung et configurer votre moyen de paiement. Sachez que vous pouvez aussi utiliser Google Play/Films/Music pour acheter des contenus, avec possibilité de les retrouver par la suite sur de nombreux terminaux.

   

 

Group Play

L’application Group Play est une nouveauté introduite par Samsung pour le S4 mais qui existe déjà dans une autre version pour S3 et Note 2 (entre autres). L’idée est simple, l’app permet de connecter plusieurs appareils à un terminal central afin de partager des contenus en direct et de jouer à certains jeux en multijoueur.

Un mode assez sympathique (partager musique) permet de lire un même morceau en simultané sur plusieurs appareils compatibles avec possibilité de contrôler quel terminal est stéréo gauche/droite. Le seul souci que nous avons constaté dans l’immédiat, c’est que Group Play sur le S4 ne fonctionne pas avec Partage groupé sur le S3 ou Note 2. Dommage, en espérant que cela évolue via des mises à jour.

 

   

Partage d’image / musique / jeu

 

Divers

Rares sont aujourd’hui les smartphones sous Android qui ne proposent pas de bonnes fonctions liées à l’heure. Sur le S4 nous retrouvons le quatuor Alarme, Horloge mondiale, Chronomètre et Minuteur, qui fonctionne toujours aussi bien. Les options de personnalisation sont nombreuses dans l’alarme, sélection des jours, sonnerie, alarme progressive (très sympa)…

   

 

Pour le reste, Samsung pré-installe Flipboard (lecteur de news, réseaux sociaux), Tripadvisor (dans une édition spéciale Samsung, recherche d’hôtels, restaurants à proximité, etc, l’interface est assez pauvre), un dictaphone, une calculatrice, ChatON (type WhatsApp spécial Samsung), sans oublier toute la suite Google Maps, toujours aussi efficace sous Android.

 

 

Performances / jeux

Le S4 que vous pouvez acheter en France (i9505) est équipé d’un processeur Qualcomm Quad Core cadencé à 1.9GHz qui score autour de 24500/600 à AnTuTu, ce qui place l’appareil en tête de liste sur cet aspect. Le S3, également équipé d’un processeur Quad Core (1.4GHz) et score autour de 15000. Sur le papier, le S4 est bien plus puissant, dans les faits c’est bien moins flagrant (interface, web, jeux) car le S3 reste excellent. D’après nous, les Quad Core de l’année dernière sont toujours d’actualité côté performances à proprement parler, ils font toujours tourner des jeux gourmands sans soucis et offrent une très bonne expérience dans l’interface. Le S4, comme ses concurrents, est un cran au dessus mais cela ne devrait pas, dans l’immédiat, être si visible que cela à l’usage. Reste à voir comment le marché évolue, bien évidemment le S4 continuera d’offrir ces performances alors que les appareils de 2012 seront à un moment à la traîne, c’est l’évolution logique.

 

Qualité photo et vidéo

Note : des comparatifs photo/vidéo avec d’autres terminaux seront proposés par la suite.

 

Bonnes conditions / classique : en bonnes conditions le S4 s’en sort très bien, avec une légère tendance à tirer vers le rose dans certaines situations. La mise au point est rapide, la gestion de l’exposition également. Sur ces clichés « faciles », le S4 est tout simplement bon. Par ailleurs avec la netteté offerte et la définition des clichés, vous pourrez sans soucis les exploiter, si cela vous intéresse. Notez que le zoom n’offre pas, comme souvent, un rendu catastrophique, il suffit de ne pas le régler au maximum.

 

HDR de jour : le mode HDR sur le S4 est très bon dans la majorité des cas, il est « dosé » comme il faut, permet de faire le boulot (notamment limiter les ciels « brûles ») sans être exagéré (ce qui arrive souvent). On aurait apprécié des options pour affiner les réglages, comme sur certains autres terminaux concurrents.

 

Macro : c’est en commençant à s’amuser avec la mise au point qu’on constate que le S4 est une belle évolution photo par rapport au S3. Le mode macro permet vraiment de créer des clichés intéressants, avec une profondeur de champ marquée. De nuit, le focus est bien plus difficile

 

De nuit : le S4 permet de prendre des clichés de nuit de plusieurs façons. En automatique (avec, si vous le souhaitez, détection auto de la nuit), en mode nuit, HDR ou avec le flash LED. Le rendu de ce dernier, comme souvent, n’est pas excellent. Bonne nouvelle toutefois, le mode nuit est plutôt efficace. Si vous ne bougez pas trop, vous devriez obtenir un résultat bien plus clair (voir échantillons) et avec une netteté plutôt satisfaisante. Le HDR aide aussi, mais vous posera plus de soucis pour obtenir un cliché net.

 

Effets/modes : ci-dessous quelques exemples réalisés avec différents modes et effets, Dual Camera, Panorama (bon résultat, ici nous avons dû alléger l’image, elle faisait 13000px de large, bien), Fisheye, effet Vintage…

 

Clichés classiques de test : pour comparaison avec d’autres tests

 

Vidéo de jour : en vidéo (jour), le son capturé est plutôt bon/précis avec un microphone qui semble capter un maximum, notamment pour les voix, mais, de fait, également les bruits alentours (dont le vent). Le focus se fait assez rapidement dans la majorité des cas mais parfois il vaut mieux utiliser la mise au point tactile. Côté couleurs, c’est proche de ce qu’on trouve en photo de jour, relativement fiable mais avec une légère teinte rosée.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo de nuit : de nuit, la qualité est moins bonne mais reste supérieure à ce qu’on trouve sur la majorité des smartphones sur le marché. Par contre le focus a un peu plus de mal.

Image de prévisualisation YouTube

 

Conclusion

Le Galaxy S4 est bel et bien une évolution du S3, ce qui signifie deux choses : l’appareil ressemble beaucoup au S3 et il y a du mieux par rapport à ce dernier. Côté design ils se ressemblent beaucoup mais Samsung propose tout de même quelque chose de plus optimisé et légèrement plus premium, du 5″ dans des dimensions identiques et des finitions plus abouties pour un rendu moins plastique. Côté fonctionnalités, on retrouve l’esprit du S3 puis du Note 2 avec des ajouts plus ou moins utiles. Une chose est sûre, si le S4 n’est pas une révolution par rapport à son prédécesseur, cela ne l’empêchera nullement de bien se vendre, le terminal en tant que tel est excellent et Samsung ne manquera pas de mettre le budget marketing pour communiquer dessus (au grand dam de Sony et HTC, qui proposent aussi deux bons appareils mais appuyés par un budget com’ moins important).

Tentons maintenant de répondre à quelques questions essentielles :

Le Galaxy S4 est-il le smartphone Android de 2013 ? Si par « le smartphone » on entend « le seul smartphone Android réellement excellent » la réponse est non, Sony et HTC sont beaucoup plus agressifs cette année avec le Xperia Z et le One que nous avons très bien noté. En 2013, le S4 est au moins au même niveau que ces deux appareils, donc n’est pas seul (très bien pour le consommateur). Après, Samsung a tout de même opéré de nombreux changements qui font que le S4 est incontestablement un smartphone sous Android qui est très bon sur presque tous les fronts, et c’est bien là la force du terminal cette année.

HTC One, Xperia Z ou Galaxy S4 ? C’est LA question au premier semestre 2013. Si vous avez été séduit par les designs très premium des Z et One et que vous êtes totalement insensible aux multiples fonctionnalités proposées par Samsung sur son appareil, envisagez l’un ou l’autre des deux challengers. Pensez à consulter les tests de ces deux appareils pour ensuite vous décider (One, Xperia Z). Si l’aspect design n’est pas spécialement important pour vous et qu’au contraire vous cherchez un smartphone pratique de par les options proposées dès la sortie de la boîte, le S4 pourrait être pour vous. Bien sûr, il faut ensuite prendre en compte la qualité des écrans, des rendus photo/vidéo, les performances, l’autonomie…

Faut-il acheter un S4 si vous avez un S3 ? Nous avons tendance à penser que dans la mesure où le S3 est encore d’actualité (n’est pas dépassé), qu’il intègre déjà de nombreuses options présentes sur le S4 et est, en tant que tel, un excellent smartphone, il n’est pas pertinent de passer au S4 si vous avez déjà un S3. Ensuite, si vous êtes de ceux qui s’attardent sur les détails de specs, la qualité des écrans, etc, et ne peuvent pas passer 6 mois avec le même appareil (lire : un poil geek donc), vous n’aurez que faire de nos conseils, faites comme votre portefeuille vous le permet.

 

Design et ergonomie ★★★☆

Un design très proche du S3, qui reprend tout de même l’aspect plastique mais en limitant avec de meilleures finitions, un grand écran 5″ dans les mêmes dimensions, une bonne ergonomie. On aurait apprécié mieux, mais il est certain que Samsung a déjà fait quelques efforts.

 

Ecran ★★

Très bel écran 1080p, densité de pixels élevée et agréable (lisibilité, etc), des couleurs vives, des noirs profonds, des blancs brillants et la possibilité d’atténuer un peu l’effet « Super AMOLED » (saturation excessive) via les paramètres. Oui le S4 n’est pas le terminal qui offre la meilleure fiabilité côté couleurs, mais il faut admettre que le rendu est agréable.

Le S4 est une belle évolution du S3, meilleur design, magnifique écran, de nombreuses fonctionnalités (utiles et gadget) intégrées. Il s’agit sans conteste d’une grande réussite pour le constructeur coréen.

Interface et fonctionnalités ★★★½

Evolution de ce que nous avions sur le S3 et Note 2, Samsung intègre quelques nouvelles options sympathiques (et pratique) et d’autres beaucoup plus gadget. Dans tous les cas vous pouvez choisir ou non de les utiliser, tout est paramétrable. D’après nous, Samsung est le constructeur qui offre aujourd’hui la solution logicielle la plus complète.

 

Performances ★★★★

Au top, tout comme ses collègues de chez Sony ou HTC. Un gros Quad Core qui offre une excellente expérience dans tout le terminal, que cela soit dans l’interface, sur le web ou en jeu. Pour les intéressés, le S4 est actuellement dans le top des scores de benchmarks.

 

Qualité photo / vidéo ★★½

Globalement bien (malgré des couleurs qui virent parfois au rose) notamment en photo macro ou de nuit (plus surprenant, bonne surprise). Le rendu vidéo est également bon. Gros point positif, les nombreuses fonctionnalités qu’on trouve dans l’interface, à la fois déjà vues, innovantes ou « importées » de la concurrence, vous trouverez une suite logicielle complète pour la création photo/vidéo.

 

Autonomie ★½☆

Hélas, le S4 offre une autonomie dans la moyenne par rapport aux smartphones haut de gamme actuellement sur le marché. C’est suffisant si vous utilisez votre smartphone de façon relativement légère, mais encore insatisfaisant si vous souhaitez exploiter au quotidien l’ensemble des fonctionnalités de la bête. Comptez une journée en usage « normal », un poil moins si vous poussez un peu plus.

 

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Meilleur design que le S3, finitions plus travaillées
  • 5″ dans une taille relativement réduite
  • Très bel écran
  • Nombreuses fonctionnalités intégrées, plus ou moins utiles
  • Bonne expérience web
  • Bon appareil photo, fonction vidéo
  • Excellentes performances générales
  • Peu d’innovation design, ressemble beaucoup au S3 (surtout important si vous n’aimiez pas le design du S3)
  • Autonomie moyenne

Note globale ★★★★☆