Test vidéo du Quechua Phone 5

Vidéo de test avec sommaire interactif, utilisez-le pour accéder rapidement à la partie qui vous intéresse.

Déballage, contenu de la boîte

Le Quechua Phone 5 est proposé dans une grande boîte (pour un grand smartphone) qui met en avant l'aspect "mountain proof" du terminal. Vous avez un guide d'utilisation en une dizaine de langues qui permet de vous familiariser rapidement avec l'appareil ainsi qu'un livret "garantie et sécurité", un câble USB/micro USB, un bloc chargeur avec trois adaptateurs (France, USB et Angleterre) qui vous permettront de couvrir une bonne partie du globe, pratique.

test-quechua-phone-5-001.jpg

Un design original et résistant

Voici un appareil au design qu'on peut qualifier d'original, et incroyablement massif ! Le Quechua Phone 5 est un terminal 5" aux bordures larges et au form factor globalement épais. La raison est simple, le smartphone est certifié IP54 (pluie/éclaboussures, à la boue, neige, pas waterproof à proprement parler) mais résiste aussi aux chocs, d'une hauteur d'1 mètre avec une construction interne rigidifiée. C'est ce dernier élément qui a visiblement poussé Oxylane/Decathlon/Quechua à choisir cette direction design, encombrante mais solide. Par ailleurs son écran est en verre durci, plus épais que la moyenne. Nous n'avons pas vraiment pu tester la résistance de l'appareil aux chutes par respect pour la marque, nous envisageons la possibilité de tester cela dans le cadre de nos tests de résistance en vidéo, à voir.

De face, quelques capteurs classiques, la sortie audio (avec une esthétique grille rouge) et la caméra frontale 2 mégapixels. Sous l'écran les touches sensibles Menu, Accueil et Retour. Les tranches sont en gomme/caoutchouc, agréable à prendre en main. Le côté droit abrite un grand cache pour la micro SD et la micro SIM, celui-ci est épais et doit nécessairement être bien fermé pour garantir une meilleure résistance à l'eau. Idem pour le cache sur le dessus, dédié au jack 3.5mm (pas très pratique pour écouter de la musique) ainsi qu'au port micro USB. Ce cache se situe à côté du bouton on/off verrouiller/déverrouiller, qui ressort bien et possède un relief facilement identifiable au doigt. Tranche gauche, le même genre de bouton mais pour le volume. Sous l'appareil se trouve le microphone principal.

A l'arrière, l'appareil photo avec son flash LED, la mention "Alti-Baro" pour le baromètre altimètre (nous reviendrons là dessus plus tard) et le haut-parleur. La coque est très originale, avec un mélange de caoutchouc/gomme et d'aluminium, c'est réussi.

Ergonomie

test-quechua-phone-5-009.jpg

L'appareil est grand mais agréable à prendre en main

De base, 5" pour un terminal est une grande taille d'écran et souvent l'ergonomie est impactée. Avec le Quechua Phone 5, c'est un peu particulier. Le smartphone est vraiment large avec 8.2 cm et lourd, 250g, mais quand on le prend en main en ayant en tête le fait qu'il est résistant aux chocs et qu'il ne s'agit pas d'un appareil "pour tout le monde", et bien la sensation est plutôt bonne. Cela s'explique essentiellement par la matière utilisée à l'arrière et sur les tranches, sorte de gomme, qui est agréable au toucher et permet de bien tenir l'appareil.

Le design est rigide et respire la solidité (heureusement !) ce qui donne un sentiment de confiance quand on le tient. Vous pouvez manipuler le Quechua Phone 5 à une main, même si ce n'est pas la meilleure expérience possible car toutes les zones de l'écran ne sont pas atteignables facilement. Le bouton on/off, en haut à gauche, n'est pas évident à "attraper" mais son relief fort compense en partie.

Le Quechua Phone 5 étant épais (12mm) et large, il ne rentre pas dans toutes les poches, un élément à prendre en compte, valable avec la majorité des appareils qu'on qualifie de phablette (sauf qu'ici ce n'est pas dû à l'écran mais au design dans sa globalité).

Decathlon met en avant le terminal comme étant "mountain proof" (protégé contre la montagne ou plutôt "prêt pour la montagne", si on veut). Si c'est le cas, c'est la montagne en été car il est tout simplement impossible d'utiliser l'appareil avec des gants de ski car contrairement aux derniers terminaux de Nokia qui possèdent une fonction hardware pour booster le signal de l'écran capacitif et permettre un usage avec des gants, le Quechua Phone 5 utilise un affichage classique. Autre élément bien dommage, il ne possède pas de touche physique pour l'appareil photo. Si vous portez des gants ou êtes en randonnée en montagne ou ailleurs, le fait de pouvoir lancer rapidement l'appareil photo puis capturer un cliché via une touche physique me semble évident, apparemment pas pour Decathlon.

Dernière chose, au début de nos tests de l'appareil nous avons eu des soucis avec les touches sensibles (retour, accueil, menu) sous l'écran. Elles ne répondaient que si on appuyait sur la droite des icônes, ce qui nous a semblé très gênant. Plusieurs personnes dans notre entourage ont pu constater ce problème. Et puis, quelques heures plus tard (et, il me semble, un reboot), elles se sont mises à fonctionner correctement. Il est très compliqué dans ce genre de situation de tirer des conclusions, mais dans la mesure où le bug a été confirmé par des multiples essais, il n'est pas exclu qu'il "ré-apparaisse" comme par magie plus tard, à garder dans le coin de la tête donc.

Ecran

Avec sa relative petite résolution de 480x840 pour une dalle 5", le Quechua Phone 5 n'impressionne pas spécialement par la finesse de son affichage (193 ppi). Cela étant dit, ce n'est pas non plus extrêmement flagrant et les utilisateurs non habitués à des écrans plus "fins" ne seront pas vraiment gênés. 

Decathlon met en avant la forte luminosité de son écran pour une meilleure visibilité en plein soleil avec 350 Cd/m² (soit 350 Nits, mesure obsolète). Sur les données délivrées par Decathlon, il faudrait simplement savoir exactement dans quelles conditions la mesure a été effectuée, car un Nexus 5 délivre en moyenne 480 Cd/m² sur les niveaux de blanc. Si on parle de luminosité ressentie à proprement parler, le Quechua Phone 5 est presque "éblouissant" quand sa luminosité est réglée au maximum (sans réglage auto). Dans les faits, cela permet effectivement de bien voir l'écran en extérieur, le but initial, mais nous déconseillons d'utiliser ce mode au quotidien car au delà de la consommation énergétique, vous perdez en contraste et netteté d'image, ce qui peut être gênant. Le mieux reste de déposer un widget qui permet de régler cela rapidement et d'ajuster en fonction de vos besoins.

Pour le reste, les angles de vue sont décents sans plus (l'image part rapidement en mode quasi "négatif") et nous avons détecté quelques belles fuites de lumière sur les tranches. Autre petit point dommage, le taux de rafraîchissement semble un poil trop faible ce qui provoque un effet de rémanence lors des défilements, assez visible.

Fonctionnalités

Le Quechua Phone 5 joue la carte "Android brut" à 100%, à l'exception de quelques "pop-ups" de choix spécifiques, au démarrage de l'appareil ou encore quand vous demandez à vérifier la disponibilité d'une mise à jour, ainsi que quelques sons.

A vous, ensuite, de personnaliser votre expérience comme vous le désirez, sans obligation d'ailleurs. Vous retrouverez ainsi tous les composants classiques d'Android, ici en version 4.1.2, synchronisation avec Google, apps sur le Play Store, téléphonie, contacts, messages, agenda, navigation web, etc.

Vous trouverez ci-contre une galerie "piqûre de rappel" concernant les fonctionnalités majeures. Nous nous concentrerons sur la qualité de l'expérience, notamment sur le web, ainsi que sur l'aspect "nature/montagne" du produit, parmi quelques sujets.




Expérience web

La qualité de l'expérience web est souvent représentative de l'ensemble du terminal, ici c'est effectivement le cas. Sous Chrome pour Android, que nous vous recommandons d'utiliser (synchronisé avec votre PC et/ou tablette sous Android), le défilement se fait de façon relativement fluide, en fonction de l'optimisation du site. Les éditions mobiles tourneront généralement très bien, les sites plus lourds imposeront quelques saccades, mais au final vous pourrez tout de même consulter votre article. Avec un écran 5", vous avez de la place pour visualiser des pages entières, notez toutefois qu'il faudra zoomer pour pouvoir lire le texte, la résolution n'aidant pas (840x480).

test-quechua-phone-5-captures-011.jpg

Applications pré-installées

Voilà le topo : Decathlon a prévu (dixit la marque) de proposer sur le Play Store des applications pour aider à la pratique de la randonnée et des sports de montagne. En attendant que ces contenus soient disponibles, le Quechua Phone 5 embarque une trentaine d'apps pré-installées, que vous pouvez désinstaller, qui concernent les sports d'extérieur, la nature, la météo.

Vous trouverez ainsi la majorité des apps officielles des stations de ski, des apps météo, de découverte de la nature (plantes, etc) et même une application pour vous aider à trouver un logement en fonction de votre géolocalisation. La seule app provenant de Decathlon installée, en mettant de côté celle qui permet de consulter le catalogue, s'appelle Decat'Rando et ne couvre que l'île de la Réunion.

Reste à voir ce que Decathlon nous proposera "en propre" dans les prochains mois, en espérant trouver quelques contenus réellement intéressants qui pourront enrichir l'appareil.

Note : si vous faite un reset de votre appareil et cochez "formater la carte SD" vous perdrez ces applications, qui s'y trouvent. 

Capteurs

Le Quechua Phone 5 embarque les capteurs classiques, accéléromètre, proximité, GPS, ainsi qu'un baromètre qui permet d'évaluer l'altitude à travers les changements de pression atmosphérique. Pratique en montagne pour affiner votre position. Il existe quelques apps sur le Play Store qui utilisent ce capteur afin de vous fournir des informations, mais il faut dans tous les cas être capable de fournir une altitude de référence. Notez que ce smartphone est loin d'être le seul disposant d'un tel système, de nombreux appareils en sont équipés, dont le Nexus 5.

Mémoire

De base, le Quechua Phone 5 embarque 4Go de mémoire interne sur le papier, ce qui donne 3Go dans les faits avec 2Go d'espace disponible pour l'utilisateur et 1Go de ROM. C'est très peu et dans la majorité des cas vous aurez besoin d'investir dans une carte micro SD (jusqu'à 32Go). Vous en trouverez autour de 20€ chez Amazon

Interface de capture photo et vidéo

Côté photo et vidéo, vous trouverez une interface classique Android avec le switch photo/vidéo/panoramique en bas à droite et quelques options dont l'activation du flash, balance des blancs, mode de scène, etc, à côté. Petite nuance toutefois sur le terminal de Decathlon, on a droit à trois icônes "trois points" pour accéder à plus de paramètres, dont la saturation, le contraste et la netteté. Ici les options sont réglées par défaut. Globalement tout fonctionne correctement, le seul problème est la latence pour capturer un cliché, tout le processus est beaucoup trop long. Par ailleurs, pour chipoter, il aurait été sympathique de trouver une touche mécanique de capture photo sur un appareil supposé être adapté à un usage en extérieur.

quechua-phone-5-apn.jpg

Autonomie

Lors de la présentation officielle du Quechua Phone 5, Decathlon a mis l'accent sur l'autonomie de la bête, "tout un week-end sans le recharger, idéal pour vos sorties". Deux jours complets sans soucis ? Vraiment ?

N'y allons pas par quatre chemins, le Quechua Phone 5 est une référence en matière d'autonomie pour un appareil sous Android. Cela s'explique par une grosse batterie de 3500mAh accompagnée d'une petite résolution, d'Android brut et d'un processeur relativement peu gourmand. En usage classique d'un smartphone, vous devriez pouvoir tenir au moins 2 jours. En utilisation plus légère 3 jours semble envisageable. Comptez 6% d'autonomie pour une longue heure de surf active sur le web, idem (6%) pour une heure de lecture vidéo. Même constat pour une heure de lecture musicale. Une très belle réussite sur cet aspect. Par ailleurs le terminal charge complètement en environ 4h et perd très peu en veille (une nuit, 2%).

test-quechua-phone-5-captures-013.jpg

Performances

Le smartphone est équipé d'un chipset Quad Core de chez Qualcomm, Snapdragon S4, cadencé à 1.2GHz, le MSM8225Q qui date de 2012. Dans les benchmarks il score un petit 11446 à AnTuTu, en sandwitch entre un Galaxy S2 et le Nexus 4, respectivement lancés en 2011 et 2012. Bref, rien de bien impressionnant sur ce Quechua Phone 5 quand on tente de tester ses performances.

Dans l'interface, c'est plutôt bon, si on met de côté le rafraîchissement trop faible de l'écran et la latence au niveau de l'appareil photo. L'expérience web est décente, surtout sous Chrome.

test-quechua-phone-5-captures-015.jpg test-quechua-phone-5-captures-016.jpg

Qualité photo et vidéo

De base en photo les clichés sont trop saturés, vous aurez probablement envie d'ajuster les paramètres afin de réduire cela. La mise au point se fait rapidement de jour et même si le rendu n'est pas idéal, notamment au niveau de la balance des blancs, le résultat devrait être suffisant pour des photos souvenir. Le mode panoramique est bien utile pour capturer un paysage, par exemple.

De nuit, l'image est très bruitée, avec un bruit de chrominance qui semble prépondérant. Il serait possible de traiter cela dans un logiciel après capture mais au détriment de la netteté du cliché. Vous pouvez utiliser le flash LED mais le résultat n'est pas spécialement impressionnant.

En vidéo le constat est le même qu'en photo côté rendu de l'image, avec un petit souci de focus en bonus. Le plus gros problème reste la qualité du son enregistré, qui est simplement mauvaise.