Test vidéo du Orange avec Intel Inside

Vidéo avec sommaire interactif, cliquez sur le thème qui vous intéresse pour naviguer dans la vidéo, cliquez en haut à droite pour revenir au sommaire. Bonne lecture !

Test filmé avec un caméscope Samsung HMX-S15.

 

Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Spécifications

Orange avec Intel Inside

Système d’exploitation Android 2.3 avec surcouche légère
Taille écran 4″ 600×1024
Connectivité

3G+ HSDPA GSM quadribande

Mémoire 16Go de mémoire interne, pas de slot micro SD
RAM 1Go
Processeur Intel Atom Single Core 1.6GHz
Appareil photo 8 mégapixels, autofocus, flash LED, caméra frontale
GPS ? Oui, A-GPS
WiFi ? Oui, b/g/n
Bluetooth ? Oui, Bluetooth 2.1 A2DP
Connectique micro USB, jack 3.5mm, micro HDMI
Poids 117g
Dimensions 123 x 63 x 10 mm
Autonomie annoncée

8h annoncés en communication, 336h en veille

Batterie 1460mAh 

Prix A partir d’1€ exclusivement chez Orange (voir ici), 239€ « nu » chez Sosh (voir ici)
Disponibilité Mai 2012

 

Photos, design, prise en main

Contenu de la boîte : notices, outil pour accéder au tiroir de la micro SIM, l’appareil, le chargeur, écouteurs intra-auriculaires et câble USB / micro USB.

 

La première fois que j’ai vu l’Orange avec Intel Inside, je l’ai trouvé plutôt séduisant malgré son aspect peu original. Je n’ai pas changé d’avis suite à mon test, il s’agit d’un appareil au design réussi mais simple, une grand plaque de verre, entièrement noir sans marque (en face), des tranches grises et une coque arrière en soft-touch.

Notez que ce design est ce qu’on appelle Reference Design, il s’agit à 100% du form factor développé par Intel pour permettre aux constructeurs et opérateurs d’aller plus vite. D’autres constructeurs, notamment en Asie, ont choisi de garder également ce design. D’autres, comme ZTE (Grand X IN, ont préféré le changer. Pour l’utilisateur ça ne change rien, c’est une pratique courante notamment sur les produits brandés par les opérateurs.

 

En haut de l’écran, la caméra frontale, la sortie audio et quelques capteurs. Qu’il est agréable de ne pas avoir de logo sous cette sortie de son !

 

Sous l’écran, les touches sensibles Retour, Menu, Accueil et Recherche (étrange cette loupe non ?).

 

Sous l’appareil, le port micro USB et le haut parleur, cette position évite l’étouffement du son quand le mobile est posé sur une table.

 

Sur le dessus, le jack 3.5mm, un second micro et le bouton on/off verrouiller/déverrouiller (un peu petit).

 

Tranche gauche, le port micro HDMI (pas de câble fourni).

 

A droite, le bouton dédié pour l’appareil photo (même chose que pour la touche on/off, assez peu de relief, pas forcément pratique même si on apprécie de trouver ce bouton ici), l’accès à la micro SIM et la gestion du volume.

 

Coque arrière en soft touch, appareil photo 8 mégapixels et flash LED sur la gauche.

 

L’appareil photo est incrusté dans un léger relief chromé, à priori le verre de protection de l’optique ne devrait pas se rayer.

En dessous, le logo Orange et Intel Inside et quelques mentions obligatoires.

 

Finitions, ergonomie

Grosse surprise avec cet appareil ! Comme il s’agit d’un terminal brandé opérateur et utilisant le reference design, j’avais un peu peur côté finitions et sensation en main. J’ai été très sincèrement bluffé.

L’appareil est ultra compact, un mélange entre plastique et verre avec un assemblage réussi. L’écran et cette surface en verre fait penser à un terminal haut de gamme, idem pour les finitions sur l’ensemble de l’appareil.

Côté ergonomie, avec un « petit » écran 4″, vous allez pouvoir agripper la bête sans soucis, par contre petit bémol pour les deux touches appareil photo et on/off qui ne ressortent pas assez et/ou sont un peu dure à appuyer.

 

Android Gingerbread, avec surcouche légère

 

Orange nous propose un terminal sous Android 2.3. Notez que l’appareil est sorti en juin, mais n’a toujours pas reçu la mise à jour Ice Cream Sandwich (vous trouverez un aperçu du terminal sous ICS ici).

En soi, la version d’Android n’est pas un problème, tout dépend ensuite de la surcouche proposée. Ici, Orange a réalisé des choix pour le moins étranges, un accueil personnalisé et, pour le reste, une interface globalement pauvre, à part pour l’appareil photo.

L’accueil est personnalisé en surface, avec quelques widgets aux couleurs d’Orange, idem pour le dock (dont les icônes ne peuvent pas être changées, par défaut). Orange a intégré une option qui permet de lancer rapidement une app (ou autre) en dessinant sur l’écran principal, original. Côté menu c’est très basique, vous y trouverez d’ailleurs au passage quelques apps Orange pré-installées.

Contacts, appels, web, musique…, tout est très rudimentaire mais fonctionnel. En clair, ne vous attendez pas à y trouver les dernières fonctionnalités qu’on trouve, par exemple, sur un flagship Android Samsung, HTC ou LG. Étrangement, l’interface de l’appareil photo/vidéo est très complète, voir complexe même. En effet, vous y trouverez de très nombreuses options qui rendent l’utilisation photo à la fois intéressante par ses possibilités mais également fouillis. Ces menus manquent d’ergonomie également (exemple du zoom, non utilisable en vidéo avec le bouton physique mais via un sous menu).

Sachez toutefois qu’il vous sera possible de compenser les manques identifiés (selon vos besoins) de l’interface en installant diverses apps, launchers et outils de personnalisation (comme sur tous les terminaux Android).

 

Intel Inside, et alors ?

L’Orange avec Intel Inside l’affiche fièrement dans son nom, il tourne sur un processeur Intel.
Quel impact pour l’utilisateur ?

 

Il m’a semblé assez étrange qu’Orange choisisse de mettre « avec Intel Inside » dans le nom de cet appareil. En effet, il s’agit ici d’un changement technique qui n’est pas sensé importer l’utilisateur, même si ce dernier connait bien le slogan « Intel Inside ».

Pour faire bref, il existe deux types pour les processeurs sur terminaux mobiles, ARM et X86. ARM est actuellement le plus utilisé, par exemple par Nvidia avec son Tegra et Qualcomm et Snapdragon. X86 est l’architecture utilisée par Intel, très connu pour ses processeurs pour ordinateur (entre autres). Sur ce Orange avec Intel Inside, on trouve le processeur de 5e génération du fabricant, baptisé Medfield.

Les deux systèmes fonctionnent différemment et Intel, acteur plus jeune sur ce segment (mobile), ne propose pas encore de puce dual ou quad core. 

Au final, le processeur single core 1.6GHz présent sur ce smartphone de moyenne gamme offre de très belles performances, que cela soit à l’utilisation ou sur le papier (benchmarks), allant jusqu’à titiller certains terminaux dual core.

Dans l’interface, tout est généralement fluide, malgré l’utilisation d’Android 2.3. Il serait intéressant de voir le résultat sous Jelly Bean. Idem en jeu, où le petit San Diego affiche de belles performances, faisant presque penser au One S. 

Petit bémol toutefois, nous avons rencontré quelques bugs sur l’appareil, avoir parfois des apps qui s’installent mais ne se lancent pas (difficile de savoir si c’est inhérent au chipset ou au software seul). Intel a tout fait pour rendre l’utilisation de ce smartphone transparente, mais il arrive parfois de tomber sur des apps non compatibles que vous ne pourrez tout simplement pas télécharger, mais ça reste relativement rare (parfois également dû à la résolution atypique de l’appareil).

Et l’autonomie ? Après avoir utilisé la bête pendant quelques jours, nous avons constaté qu’il tenait la route au moins une journée en utilisation semi-intensive (web, appels, SMS/MMS, exit le GPS). Sur le papier il est indiqué 8h en communication et 15 jours en veille. Tout ceci est dans la moyenne, mais pour les perfs de la bête c’est plutôt bon (reste à voir comment Intel parvient à optimiser tout cela dans les prochains mois).

 

Qualité photo et vidéo

Image de prévisualisation YouTube

 

Conclusion

Il y a de tout dans ce petit smartphone Orange, qui est globalement bon mais peu cohérent. De tout car nous y trouvons un design assez banal mais extrêmement bien fini, qui cohabite avec une interface en surface personnalisée mais finalement très peu poussée, à part pour la partie appareil photo qui, pour le coup, va presque trop loin. Les puristes trouveront qu’au contraire c’est une bonne chose d’y trouver un Android assez peu retravaillé mais nous estimons que pour la cible ce n’est pas nécessairement une bonne chose.

Cela étant dit, il y a de nombreux éléments qui pèsent en faveur du Orange Intel Inside. Le design et ses finitions, la résolution élevée de l’écran et le rendu des couleurs, son appareil photo/fonction vidéo avec une interface -certes complexe- mais qui a le mérite d’aller au fond des choses, des performances très bonnes, qu’on ne trouve généralement pas dans un terminal moyenne gamme Android, le tout pour un prix correct, même nu (chez Sosh, 239€) et surtout avec forfait (à partir d’1€ chez Orange).

Côté points négatifs, quelques caprices au niveau de l’appareil photo avec des options parfois difficiles à trouver (type le zoom en vidéo) ou une mise au point qui a occasionnellement quelques difficultés. Une interface globalement trop basique pour la rendre sexy et où on aurait aimé trouver plus de fonctionnalités (à compenser avec des apps). Un haut parleur qui envoie côté volume mais dont la qualité n’est pas au top (il faudra alors baisser le volume). Pour finir, ces potentielles incompatibilités qui pourraient vous poser des soucis au cours de votre utilisation, mais qui devraient rester limitées.

Pour qui ? Un smartphone dédié aux abonnés Orange/Sosh qui souhaitent un appareil de taille moyenne qui offre de bonnes performances pour un prix modeste. 

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Excellentes finitions, surprenant pour un terminal de cette gamme
  • Bonne résolution d’écran
  • Appareil photo/vidéo très correct
  • Bon rapport qualité/perfs/prix
  • Android 2.3 sans ajout de fonctionnalités, interface peu esthétique
  • Haut parleur moyen
 
★★★★½