Le Nokia N9 est un terminal qui a été conçu dans un contexte particulier…

Sa conception s’est déroulée après la fusion Maemo/Moblin (Intel), dans le but de créer un nouvel écosystème Nokia (MeeGo) pour les smartphones haut de gamme avec un point central pour les applications, Qt.

Depuis, les choses ont bien évolué. Il y a eu du mouvement côté exécutifs, le PDG a changé et s’est fait remplacer par Stephen Elop (ex Microsoft) qui était résolument décidé à changer Nokia. Par la suite, Nokia et Microsoft ont annoncé leur partenariat et l’utilisation de Windows Phone dans leurs prochains smartphones (annoncés lors de Nokia World 2011, la gamme Lumia) et donc Nokia décide d’abandonner l’aventure MeeGo.

Mais cela n’a pas empêché d’annoncer le N9 en juin 2011, malgré ce changement de stratégie dévoilé courant février.

Un OS orphelin dans un design magnifique, un terminal frustrant de part son aspect « collector »…voici le Nokia N9.

Note : pendant la rédaction du test une mise à jour pour le N9 a été publiée, certains passages possèdent donc une partie intitulée « nouveau » qui fait référence aux éléments mis à jour.

 

Test vidéo du Nokia N9

Ce test vidéo est spécialement long, 2 heures au total. Mais vous pouvez utiliser, comme d’habitude, le sommaire interactif (vers les 3sc, pensez à faire pause sinon le sommaire disparaît), cliquez sur le thème qui vous intéresse pour naviguer dans la vidéo, cliquez en haut à droite pour revenir au sommaire. Bonne lecture !

Test filmé avec un caméscope Samsung HMX-S15.

Image de prévisualisation YouTube


Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

 

Spécifications

Nokia N9

Système d’exploitation MeeGo 1.2 Harmattan
Taille écran 3.9″ AMOLED, 480×854, capacitif multitouch
Connectivité 3G HSDPA GSM pentabande
Mémoire Versions 16/64Go, pas de slot microSD
RAM 1Go
Processeur 1GHz, GPU PowerVR SGX530
Appareil photo 8 mégapixels, Carl Zeiss, autofocus, flash dual LED
GPS ? Oui, A-GPS
WiFi ? Oui, a/b/g/n
Bluetooth ? Oui, Bluetooth 2.1
Connectique micro USB, jack 3.5mm
Poids 135g
Dimensions 116.5 x 61.2 x 12.1 mm
Autonomie annoncée Env. 7h en com, 400h en veille, une grosse journée en utilisation « normale modérée » (sans GPS)
Prix En fonction de la version (16Go/64Go), env 600€ et 750€ (Expansys)
Disponibilité Septembre 2011


Photos, design, prise en main

Rapide déballage, une boîte bleue classique Nokia mais dans un format plus compact que d’habitude.

 

Niveau contenu, l’appareil, quelques notices, un câble USB / micro USB, des écouteurs basiques mais avec un système mains-libres, un bloc secteur/USB dans un nouveau design et une protection en silicone (non visible sur la photo). Cette dernière est un excellent ajout de la part de Nokia, elle ne dénature pas trop le design du N9 et protège très bien l’appareil. Pas de batterie dans la boîte car celle-ci n’est pas amovible.

 

Le design du N9 représente un point essentiel de l’appareil, qui lui apporte un bon 50% de son charme. Le N9 est composé d’une pièce de plastique polycarbonate (très résistant aux chocs et à la chaleur), d’un plaque en verre combée pour l’écran et de quelques éléments chromés pour les boutons et l’arrière (niveau appareil photo).

Vous avez un écran 3.9″ avec une caméra frontale pour la visio sous l’écran. Une position originale pour la caméra, je n’ai pas pu l’utiliser pour vous dire si cette position est judicieuse ou non.

 

En dessous, le haut parleur.

 

Côté droit, touche de volume et bouton on/off verrouiller/déverrouiller. Notez que vous pouvez accéder à l’écran de déverrouillage en double tapant sur l’écran.

 

Rien à signaler côté gauche.

 

Sur le haut, deux caches : un pour le port micro USB (à droite ici) et un « slider » pour la carte micro SIM. Le système du cache micro USB est particulier, il faut appuyer au niveau du point blanc (note : les marquages blancs sont des autocollants vous pouvez les enlever) et soulever le « trappe ». Pour accéder à la SIM, il faut ouvrir la trappe micro USB et faire glisser l’élément en plastique vers le côté. Un petit tiroir sort avec l’emplacement pour la micro SIM.

Oui oui, vous avez bien lu. Le N9 nécessite une carte micro SIM, c’est assez rare encore pour le mentionner et c’est surtout assez pénible. A part si vous venez d’un iPhone 4/4S, vous allez sûrement devoir en commander une. A prendre en compte donc dans votre organisation, envisagez l’achat d’un adaptateur SIM/micro SIM si vous avez plusieurs mobiles que vous souhaitez toujours utiliser et qui fonctionnent avec une SIM classique.

 

L’arrière de cette structure unibody, seule une zone est chromée avec l’appareil photo 8 mégapixels avec optique Carl Zeiss. Le flash double LED est au dessus.

 

La sensation en main est vraiment excellente. L’ensemble étant une seule et unique pièce, pas de craquements, l’appareil est très compact en main et semble solide.

Dans la vidéo de test, je parle d’un problème avec l’écran monté en biais, si c’est effectivement le cas sur mon appareil, j’ai interrogé d’autres possesseurs de N9 qui attestent ne pas avoir ce problème. Ne vous inquiétez pas, vous n’aurez pas la même chose.

Les extrémités du N9 sont comme « coupées » nettes mais les tranches sont arrondies. Au final l’appareil offre une sensation agréable, avec ce mélange ingénieux de courbes et de formes plus droites. L’écran bombé est à la fois un élément de design mais fait partie du concept Swipe autour du N9 et de MeeGo (rien à voir avec Swype !). En clair, l’interface se gère en défilant d’une extrémité à une autre, l’écran bombé est une nécessité pour bien faire glisser son doigt et le résultat est top.

 


Interface, accueil, menu

Avec MeeGo Harmattan, Nokia est reparti de zéro pour l’interface et ça se voit. Un nouvel esprit graphique, pensé de base pour le tactile. C’est bien ce qu’il manquait/manque à Symbian, Nokia le sait et a souhaité corriger cela.

Cet aspect tactile est plus qu’omniprésent, le fonctionnement le plus basique de l’OS repose sur cette interaction tactile, lors du lancement du terminal, Nokia avait insisté sur le mot « swipe », qui signifie « glisser », ici dans le sens tactile.

Tout commence sur l’écran de déverrouillage, vous pouvez utiliser le bouton physique sur le côté droit de l’appareil ou, plus simple, faire un « double tap » sur l’écran en veille. L’écran en veille affiche l’heure et une icône pour vos principales notifications, ce double tap permet de le réveiller et d’afficher un écran, toujours verrouiller, plus complet. Cette interaction simple va rapidement devenir un réflexe, double tap puis swipe de l’écran pour accéder à l’interface.

L’écran de déverrouillage mérite qu’on s’y attarde. Il affiche les dernières notifications et vous pouvez faire glisser une notification pour accéder à l’évènement en question.

Cela peut sembler étrange, mais ces quelques éléments pratiques qui s’accumulent permettent de renforcer l’expérience utilisateur, j’aime beaucoup.

Nouveau : avec une mise à jour Nokia a ajouté des contrôles musicaux sur l’écran de déverrouillage.

 

Une fois sur la page d’accueil, vous aurez à la fois un sentiment de « déjà vu » et d’étonnement. MeeGo n’est pas un système comme Symbian ou Android avec des pages d’accueils personnalisables, vous arrivez directement sur votre menu principal avec des listes d’icônes, comme sur iOS finalement.

Ce point pourrait décevoir certains fans de la personnalisation, mais pas uniquement. Le côté sympa des widgets, c’est d’avoir un aperçu rapide d’un certain nombre d’informations (mails, météo, etc), sur le N9, c’est un peu plus compliqué. Autre chose, sous Symbian ou Android, j’avais pris l’habitude d’ajouter mes contacts préférés en page d’accueil pour pouvoir les appeler rapidement, sur le N9 il faut passer par les contacts et mettre la personne en question dans vos favoris.

C’est le prix à payer pour obtenir une interface innovante, car il faut bien l’admettre, MeeGo Harmattan, c’est quelque chose de bien différent.

Voici la présentation générale de l’interface, au milieu vous avez vos icônes, apps et favoris web, à gauche les notifications diverses et à droite le multi-tâche. A n’importe quel moment vous pouvez faire glisser votre doigt et atteindre tel ou tel écran. Ensuite vous pouvez ouvrir un tiroir en haut de l’écran pour accéder à certains réglages et notifications et, dans une app, faire glisser l’écran vers le haut pour afficher quelques raccourcis rapides d’accès.

Il existe de nombreux gestes simples à appréhender, vous pouvez aussi, dans une app, faire glisser le doigt de haut en bas pour fermer l’application. Nouveau : cette option est activée par défaut dans la dernière version de MeeGo Harmattan.

Commençons par le menu principal

Le menu est composé d’icônes qui reprennent la nouvelle charte graphique de Nokia, avec ce cerle/carré. Dans cette liste, vous ne pouvez pas créer de dossiers (pour l’instant au moins), par contre vous pouvez déplacer les icônes et même désinstaller une app directement ici en restant appuyé sur une icône. Sur la capture de droite, en bas, vous pouvez voir une icône « Test Mobile », il s’agit de la façon de gérer actuellement les favoris web, en créant des icônes dans ce menu.

Même si j’approuve complètement le fait de vouloir simplifier au maximum l’interface, je pense qu’il manque quelques éléments ici, comme la création de dossiers. De plus, cet écran faisant office de « page d’accueil », j’aurai apprécié pouvoir y déposer des contacts favoris en accès rapide.

 

En défilant sur la gauche, vous avez l’écran de gestion des notifications et flux. De haut en bas, la date, l’heure (appuyez ici pour accéder à l’agenda), la météo dans la ville de votre choix (géré par Accuweather, il y a une application pré-installée) puis les notifications (type : mail, SMS, alerte…) que vous pouvez effacer et les flux. Ces flux sont composés de ce que vous « voulez », vous pouvez y afficher votre flux Twitter, Facebook et AP Mobile (actualités Associated Press). Pour Twitter et Facebook, pourquoi pas, même si ça fait beaucoup d’informations à afficher d’un coup (et c’est donc « imbuvable »). Pour AP Mobile, il n’y a pas de news pour la France, elles sont en anglais et la présentation dans le flux est assez moche.

D’après moi cet écran de gauche est celui qui est le moins pertinent, en tout cas pour mon utilisation. Pour commencer, si vous avez plus de 100 personnes dans votre liste Twitter, vous savez que c’est rapidement le chaos, impossible de suivre le fil des discussions dans cette liste.

Dans l’état, j’estime que cet écran n’est pas très pratique, mais si, dans le futur, Nokia implémente des systèmes plus précis, permettant, pourquoi pas, d’afficher juste vos DM ou Replies Twitter, idem pour Facebook, avec la possibilité d’intégrer n’importe quel flux RSS dans cette liste, cela serait bien mieux. Une application « Flux » existe, qui permet de suivre n’importe quel flux RSS, mais vous ne pouvez pas configurer le système pour afficher le flux dans l’écran des notifications/flux, un peu déroutant d’ailleurs.

 

Nokia aime le multi-tâche, et cela depuis les premières versions de Symbian. Sur le N9, on y trouve un système très ingénieux, à « aller chercher » sur l’écran de droite. Encore une fois, peu importe où vous êtes dans l’appareil, faites glisser l’écran actuel sur la gauche et vous accéderez à la gestion des tâches en cours.

Ici les applications ouvertes sont affichées par vignettes, qui ne sont pas simplement des images mais bien les apps en fonctionnement. Par exemple si vous défilez dans une liste et passez ensuite en multi-tâche, vous verrez la liste continuer à descendre dans les vignettes, c’est un détail mais c’est sympathique, d’autant plus que comme l’OS est optimisé pour fonctionner de cette façon à la base, ce n’est pas un problème d’un point de vue performances.

Si vous zoomez/dézoomez dans cet écran la taille des vignettes change, vous avez deux tailles. En restant appuyé sur une app, vous pouvez la fermer (croix rouge) ou fermer toutes les apps.

Le système en soi est très bien fait et a été optimisé lors d’une récente mise à jour pour mieux gérer la RAM. Une chose à savoir, avec le système de défilement latéral, on se retrouve rapidement à accumuler les applications ouvertes, pensez à fermer régulièrement vos apps via le multi-tâche ou en faisant glisser la fenêtre vers le bas (option activée par défaut depuis la dernière mise à jour mais vous pouvez régler ça).

En un sens, la gestion des apps ouvertes fait penser à WebOS, c’est une bonne chose.

 

Ce tiroir s’ouvre non pas en glissant son doigt mais en appuyant sur la zone du haut de l’écran. Il affiche les profils, le volume, la connexion web active, le Bluetooth (vous pouvez régler la présence du Bluetooth ici dans les paramètres) et votre disponibilité. Disponibilité ? Oui, vous pouvez configurer tout une série de comptes (nous verrons cela dans la suite), dont des comptes pour de la messagerie instantanée, avec cette option vous pouvez gérer de façon centralisée votre statut/dispo sur chaque compte, une option on avait sur le N900 sous Maemo. Cette zone affiche également l’état des téléchargements en cours et transferts divers.

 

Fonctions téléphoniques, contacts

Les fonctions téléphoniques sont organisées par 3 onglets (en bas) : journal des appels, composition de numéro et contacts. Il faut savoir une chose, le N9 permet de configurer un compte Skype, celui-ci est ensuite intégré dans tout l’appareil, dont ici.

Le journal des appels affiche de façon claire les derniers appels émis/reçus/manqués, via le réseau téléphonique et Skype (c’est noté à côté). La composition de numéro se fait simplement, sans propositions hélas lorsque vous commencez à numéroter. Vous pouvez lancer un appel Skype directement depuis cet écran, notamment si vous avez des crédits Skype (le fond passe bleu avec le logo Skype).

Nouveau : depuis une récente mise à jour, un système d’annulation de bruit ambiant a été intégré au N9, permettant à vos correspondants de mieux vous entendre. Sans avoir pu constater de réel changement, il est certain que le son est de bonne qualité lors des appels. Petite note toutefois, lors de mon test avec une carte micro SIM (effectué après la réalisation de la vidéo), j’ai constaté quelques pertes régulières de réseau, difficile aujourd’hui de savoir s’il s’agit d’un problème généralisé ou un épi-phénomène visible sur mon terminal d’essai.

 

Depuis ces écrans, vous pouvez accéder aux contacts, mais à un type différent d’affichage. Vous avez deux pages de contact différentes, la première est la classique que nous allons voir après, et vous avez celle-ci, accessible via l’onglet « Contacts » (Appeler), si vous appuyez sur un contact vous aurez une petit pop-up qui s’ouvrira pour un accès rapide aux interactions principales liées à la téléphonie. Par contre si vous passez par la liste normale des contacts vous aurez accès à la fiche, etc. L’intégration des contacts ici est faite pour accélérer les choses lors du passage d’un appel. J’aime bien même si au début ça m’a intrigué !

 

Si vous allez dans « Contacts » (via le menu principal par exemple), vous accéderez à la liste classique, le fond bleu (contre vert pour l’autre, voir ci-dessus) montre que nous sommes bien dans les contacts et pas dans les fonctions téléphoniques. Vous pouvez rechercher un contact, naviguer dans la liste rapidement (par lettre) et ouvrir une fiche. La fiche d’un contact contient les informations classiques et l’intégration à divers comptes si cela est possible. Dans l’exemple ci-dessous, Axel possède un compte Twitter (ici il y a eu un bug, le N9 a lié mon contact à un compte Twitter en allemand, d’où l’affichage d’un message en allemand à côté de mon avatar, il s’agit du dernier twit posté par la personne @axxxel), un compte Skype et un e-mail. Si Facebook était configuré pour cette personne, nous le verrions.

Si vous appuyez sur n’importe quel bloc ici, vous serez dirigé vers l’action logique : appeler, envoyer un message, lancer le client e-mail, accéder à Skype, lancer Twitter, etc…

 

Messagerie et saisie de texte

Quand vous ouvrez la partie « messages », vous avez une liste des discussions en cours, par contact et type (Facebook, SMS, Skype, etc). Dans cette section vous trouverez à la fois vos SMS/MMS mais également les discussions passées (et celles en cours) sur les plateformes de messagerie instantanée.

Les messages s’affichent dans tous les cas par bulles, vous pouvez aussi insérer des smileys.

Niveau saisie de texte, vous pouvez afficher le clavier en mode portrait et paysage. La saisie est très fluide, vous avez un petit retour haptic (vibration) lorsque vous appuyez sur une touche et le clavier supporte le multi-touch. Il est ainsi possible de taper vite sans trop se tromper. Ce qui m’amène au point suivant, la correction automatique. Elle n’est pas franchement digne des meilleurs claviers sous Android ou du clavier natif sous iOS, le N9 n’arrive à détecter quand il faut mettre un « à » ou un « a », la cédille est en accès direct mais n’est pas proposée quand vous tapez « ca ». Les apostrophes s’ajoutent dans la majorité des cas (larrivee = l’arrivée, etc). Quand un mot n’est pas dans le dictionnaire, vous pouvez facilement l’enregistrer pour ne pas avoir à lutter contre le système automatique la prochaine fois. Si vous restez appuyé sur une lettre qui possède des caractères alternatifs, ils s’afficheront (type a, à, â…).

Vous pouvez aussi faire des copier/coller, du moment que vous êtes dans la rédaction d’un message (le copier/coller n’est pas disponible sur une page web par exemple), il suffit de glisser son doigt sur le texte. Même méthode pour appliquer un formatage au texte dans le client email.

 

Nouveau : depuis une récente mise à jour, vous pouvez choisir le mode Swype pour entrer du texte. Cette application permet d’entrer des mots en traçant des lignes entre les lettres, avec système de prédiction et dictionnaire intégré. Bien !

 

 

Client e-mail

Dans la partie « Comptes » (nous verrons ça un peu après), vous pouvez configurer tout un paquet de services, dont vos e-mails. Ici j’ai configuré un compte Google, vous pouvez aussi synchroniser les contacts et le calendrier. L’interface du client e-mail est simple mais efficace, vous avez 4 mails qui s’affichent en mode portrait, ils sont triés par date, vous pouvez accéder à vos dossiers/labels, rafraîchir le compte pour aller chercher les derniers e-mails et lancer la rédaction d’un message.

Le client e-mail supporte la lecture des messages en HTML, vous pouvez zoomer dans le mail, répondre, le transférer, le mettre à la corbeille, le déplacer et le mettre en non lu. Si la personne qui vous envoie un mail est présente dans vos contacts, son avatar s’affiche. Vous pouvez facilement rajouter l’émetteur à votre liste de contacts.

Si vous avez plusieurs comptes e-mails configurés, vous pouvez accéder à une boîte de réception unifiée, mais aussi à vos différents dossiers facilement, depuis l’écran central du client e-mail.

Nouveau : depuis une récente mise à jour, vous pouvez synchroniser certains dossiers Mail for Exchange uniquement et la synchronisation est plus rapide.

 

Petit « bonus », vous pouvez formater le texte quand vous écrivez un mail, gras, italique, souligné…

 

Navigateur web

Quand vous lancez le navigateur web, vous avez un premier écran (non visible en capture ici, voir vidéo à 24:45) avec des mots clés affichés qui équivalent aux sites les plus visités, vous pouvez entrer une URL, lancez une recherche directement (Google) depuis cette barre ou accéder à un site.

Notez que, pour l’instant, vous n’avez pas de réel système de favoris, mais vous pouvez ajouter un site sous forme d’icône sur votre écran d’accueil.

 

L’expérience web avec le navigateur web par défaut est très bonne, nous avions d’ailleurs publié des comparatifs de la navigation web sur le N9 avec différents appareils comme le Lumia 800, le Galaxy S 2 ou l’iPhone 4S (voir ici et ici).

Pour commencer, le défilement est très fluide, plus réactif que sur un terminal Android haut de gamme (type Galaxy S 2), c’est appréciable. Par contre, cette fluidité se fait en sacrifiant un affichage permanent de la page, quand vous défilez sur des sites un peu longs, vous aurez un effet de damier qui peut être gênant parfois.

Vous pouvez ouvrir plusieurs pages web, chaque page se retrouve comme une « application ouverte » dans l’écran de multi-tâche, malin. Il est aussi possible de s’abonner au flux RSS du site sur lequel vous êtes de façon très simple.

Pas de lecture de Flash possible sur le N9, mais cela va devenir de moins en moins un problème.

 

Appareil photo, fonction vidéo

L’appareil photo 8 mégapixels optique Carl Zeiss est un des points forts du N9. Vous n’avez pas de bouton physique dédié, tout se fait via l’écran tactile, ce qui n’est pas en soi un gros problème même si j’apprécie toujours la présence d’un bouton physique.

L’interface est simple, sur la droite vous pouvez basculer de photo à vidéo, prendre la photo (ou lancer la capture vidéo) et accéder à la galerie. Sur la gauche, vous avez un rappel des paramètres configurés (qui se sauvegardent même quand vous fermez l’app), si vous sélectionnez cette zone vous aurez accès à l’écran de configuration.

La prise de photo se fait très simplement, vous restez appuyé sur le « bouton » virtuel et relâchez, la photo se prend. Vous pouvez aussi faire le focus sur une zone particulière en appuyant sur l’écran. Vous pouvez aussi zoomer en utilisant les boutons de volume ou la barre visible à l’écran (en haut).

 

Vous avez pas mal de paramètres, modes de scène, flash, ISOs, exposition, balance des blancs…vous pouvez affiner tout ça pour faire de meilleurs clichés.

Pour un aperçu de la qualité photo et vidéo, voir en fin de test.

 

Nouveau : depuis une récente mise à jour, vous pouvez également utiliser des filtres de couleur lorsque vous prenez votre photo.

 

L’interface vidéo, très similaire à celle pour prendre des photos. Le N9 permet un autofocus continu lorsque vous filmez, avec la possibilité de choisir pendant que vous filmez la zone sur laquelle faire la mise au point. Par contre, il faut définir le zoom avant de lancer la capture car une fois l’enregistrement lancé il n’est plus possible de zoomer.

 

Résolution max : 720p.

 

Galerie photo / lecture vidéo

La galerie permet de consulter vos photos et vidéos capturées facilement, quand vous la lancez, vous avez une barre en bas (depuis une récente mise à jour) avec des tris par « source de l’image ». Il est possible, par exemple, de n’afficher que les images capturées avec l’appareil photo ou bien uniquement celles téléchargées. Vous pouvez aussi consulter vos vidéos capturées à partir de cet écran.

 

Une fois le cliché ouvert, vous pouvez zoomer, mettre l’image en favori, le supprimer, le partager via différents moyens et l’éditer (un système d’édition d’images assez basique est présent, avec des options comme pivoter, rogner, corriger les yeux rouges, « corriger tout automatiquement », etc).

 

Pour la lecture vidéo, le N9 sépare les vidéos capturées depuis l’appareil et les autres. Dans le premier cas elles se retrouvent dans la galerie, dans le second il faut aller dans l’option « Vidéos » dans le menu principal. Ici, l’affichage est plus grand, vos vidéos sont proposées dans d’énormes vignettes (3 par écran), pas de tri affiché donc si vous avez beaucoup de fichiers ça peut devenir compliqué de naviguer.

Le N9 lit les fichiers DivX en natif sans problème.

 

Le lecteur vidéo, au delà des options classiques vous pouvez aussi supprimer le fichier, le renommer et accéder à des vidéos connexes présentes sur Youtube. Si vous sélectionnez une vignette ici vous serez dirigé vers m.youtube.com. Une intégration assez étrange d’après moi d’autant plus que les vidéos proposées ne sont pas toujours très pertinentes.

 

Lecteur musical, Nokia Musique.

Le lecteur musical sur le N9 est très sympathique, l’interface est quelque chose de nouveau que nous n’avons jamais vu ailleurs, même si le principe reste simple. Sur l’accueil de l’app, vous avez les pochettes des derniers morceaux joués et un tri par artistes, albums, chansons et playlists. Vous pouvez aussi accéder à Ovi Musique (nous en parlerons juste après).

Rentrez dans une section et vous aurez droit à une liste complète, avec les pochettes, un fond noir qui rend l’utilisation du lecteur agréable. Vous pouvez lancer la lecture aléatoire depuis ces écrans, à partir du moment où vous avez au moins 2 morceaux sous la main.

 

Ouvrez un album, vous avez la pochette, quelques infos et les morceaux de l’album en dessous. Vous avez également des recommandations qui mènent vers Nokia Musique. C’est une bonne idée mais je trouve que ces recommandations sont trop mises en avant.

 

Nokia Cartes, la solution GPS

Nokia propose depuis 2 ans une solution de cartes et guidage GPS gratuitement et de façon illimité. Cette solution existait déjà avant mais est passée complètement gratuite et sans limites le 20 janvier 2010. Sur le N9, vous trouvez ainsi Nokia Cartes qui vous permet de chercher des lieux d’intérêt autour de vous (ou dans n’importe quel endroit), de visualiser des bâtiments en 3D, d’afficher les transports en commun, de lancer des itinéraires avec guidage vocal comme un « vrai » GPS, le tout avec la possibilité de l’utiliser en mode hors ligne, les cartes étant téléchargées et stockées sur la mémoire de votre appareil.

Nokia Cartes reste une excellente solution de guidage GPS, vous avez accès à un nombre impressionnant d’informations sur des lieux via les partenaires de Nokia comme Qype. Rentrez dans la fiche d’un restaurants et vous accéderez à une galerie photo, des avis et des infos pratiques.

Niveau fluidité, l’interface Cartes est fluide, sans plus. Les défilements sont encore (comme sous Symbian, mais un peu mieux) saccadés et on n’arrive pas encore au résultat sur Google Maps sous Android. Sur le Lumia 800 c’est plus fluide mais c’est expliqué par le fait que Cartes et Drive (guidage) sont 2 apps différentes, ce qui n’est pas vraiment le cas sur le N9.

 

En guidage GPS, une interface claire et simple. Le GPS est rapide à se mettre en marche mais peine à un peu plus que le Lumia 800.

 

Calendrier, tâches, horloge

Le calendrier est top, l’affichage est clair, vous pouvez accéder aux infos rapidement, par jour vous avez même les barres colorées, pour plus de confort. Il est possible de visionner votre agenda par mois, semaine ou jour et vous pouvez également accéder à un gestionnaire de tâches à effectuer. Dommage par contre que cette dernière app ne soit pas plus facile d’accès, il faut passer par l’agenda pour la lancer.

Vous pouvez synchroniser le calendrier avec n’importe quel système compatible Mail for Exchange ou Cal Dav, j’ai testé avec Google Calendar et c’est parfait.

 

L’app Horloge, qui permet de consulter l’heure et d’ajouter des alarmes, l’interface est très sympa et vous pouvez configurer les jours dans « Autres options » (merci à Paskado dans les commentaires pour l’avoir mentionné).

 

En vrac, Nokia Musique, Comptes, Facebook, Twitter, le Store et la recherche centralisée

Vous pouvez aussi acheter des morceaux via l’application Nokia Musique (encore nommée Ovi, mais ça va changer). Vous pouvez configurer toute une série de comptes sur votre N9 dans un seul et même endroit appelé « Comptes ». C’est ici que vous allez régler votre compte email, Twitter, Facebook, Skype et plus (dont CalDAV). Il est possible de configurer les comptes suivants : Mail for Exchange (pour une synchro email, agenda et contacts), Skype (appels et discussion), Google (mails, chat et appels), Facebook (lié à l’app intégrée, Facebook chat également), Twitter (app intégrée), Nokia (impératif), Mail (n’importe quel compte IMAP ou POP), CalDAV (synchro des calendriers), Flickr (pour le partage de photos), Picasa (idem), SIP (n’importe quel service Voix sur IP et, pour finir, Youtube (pour partager vos vidéos). Rien que ça !

 

Les apps pré-installées Facebook et Twitter sont réussies et complètes, elles font le boulot mais si vous n’aimez pas vous pourrez en trouver d’autres sur le Store, souvent payantes.

Nouveau : ces apps ont été mises à jour récemment (changements au niveau de l’interface, ajout de l’envoi d’images depuis Twitter, etc, ces captures sont de cette mise à jour).

 

Vous pouvez télécharger des apps sur le Store (Nokia Store), le fonctionnement du store est très simple et l’app est fluide. Par contre niveau contenu c’est très limité et c’est d’ailleurs le plus gros problème de ce N9.

Dans le menu principal vous avez une option qui permet d’effectuer des recherches sur tout l’appareil, pratique !

Autre chose (non visible en capture), vous avez un lecteur de documents Word, Powerpoint et Excel intégré, mais vous ne pouvez pas (encore ?) les éditer, du moins en natif.


Autonomie

Les tests d’autonomie sont réellement compliqués à effectuer, il faut utiliser l’appareil régulièrement et sur une durée assez longue pour proposer des résultats fiables. Pour l’instant, nous n’avons pas la possibilité de les réaliser, mais, concernant le N9, nous avons constaté une bonne journée d’autonomie en utilisation normale/avancée, du web, des apps, un peu de jeu, lecture musicale…

Pour aller plus loin, nous allons utiliser les résultats d’un confrère, GSMArena qui arrive aux résultats suivants : 6h50 en discussion téléphonique, 4h30 en navigation web et 8h40 en lecture vidéo. J’imagine que pour le test du web, tout dépend aussi des sites et du nombre de processus en parallèle. Globalement, GSMArena arrive au score de 39h pour son test final, qui consiste à utiliser l’appareil 3h avec 1h de chaque activité (web, communication 3G et lecture vidéo) puis de laisser l’appareil en stand-by.

Obtenir un jour et demi en utilisation classique est une bonne chose mais au final vous mettrez tout de même votre terminal à charger le soir, si vous ne voulez pas vous retrouver avec un N9 vidé le lendemain.

source GSMArena


Qualité photo et vidéo

Cliquez sur une photo pour l’ouvrir en grande taille (pas de compression, fichiers bruts).

Avec flash / sans flash

 

Mode macro, sans et avec flash

 

Mode macro, plutôt efficace

 

Ici simplement deux jours différents

 

Des couleurs qui manquent un chouilla de peps, mais au moins le réalisme est là

 

Avec le flash (droite), jaunissement de l’image (sans autres réglages)

 

 

Qualité vidéo 720p sur le Nokia N9 :

Autofocus continu (parfois un peu long), micro plutôt sensible, 720p, grosso modo pas si mal pour la qualité vidéo.

Image de prévisualisation YouTube


Comparaison vidéo avec le N8 (mode macro) :

Image de prévisualisation YouTube


Conclusion

D’après moi, le Nokia N9 doit être le smartphone le plus frustrant jamais proposé sur le marché, au moins par Nokia. C’est simple, c’est l’appareil tactile produit par ce constructeur le plus réussi… Tout en étant celui qui a le moins d’avenir, d’où la frustration.

Le N9 semble être le résultat de dizaines de mois d’apprentissage autour des smartphones tactiles. C’est l’aboutissement de l’acharnement de Nokia sur cette volonté de posséder un OS tactile réellement innovant et efficace pour ses smartphones haut de gamme. Et pourtant, il n’y aura pas de suite.

Faisons donc le point sur cet appareil et sur l’intérêt que vous pourrez avoir à vous l’acheter. Notez, à nouveau, que le N9 n’est pas vendu en France, il faudra donc passer obligatoirement par le Web pour vous le procurer.

Commençons par les points positifs… Le N9 possède un design exemplaire, un ensemble d’une pièce en polycarbonate, ultra résistant. L’appareil n’émet pas de craquements, tient parfaitement en main, tout est très bien. Petit point noir toutefois sur le design, pas de bouton dédié pour l’appareil photo… Appareil photo qui représente lui même un bon point également avec son 8 mégapixels optique Carl Zeiss et sa fonction vidéo 720p avec autofocus continu. Ensuite vient cet OS, MeeGo, avec son interface Harmattan. Celle-ci est entièrement pensée tactile et fonctionne à merveille, niveau fonctionnalités vous avez un bon paquet de possibilités et cela dès la sortie de la boîte… C’est d’ailleurs nécessaire, ce qui nous amène aux points négatifs.

Ce système n’ayant pas de véritable futur devant lui, le catalogue d’applications est bien vide, bien sûr vous avez quelques classiques et certains fournisseurs de services ont pris le temps et l’argent d’investir dans cet appareil, comme Spotify par exemple. D’autre part, Qt étant le centre des Apps sous MeeGo Harmattan, vous avez droit à pas mal de contenu déjà disponible pour Symbian dans ses dernières versions. Mais nous sommes loin de tout avoir. Autre point noir, mais tout est lié, ne comptez pas sur Nokia pour continuer à proposer des mises à jour si régulières que cela, surtout localisées en français. Quelques updates seront proposées mais Nokia ne compte pas apporter autant d’importance à MeeGo qu’à Windows Phone, ce qui est normal, au final. Ce manque certain d’apps est en partie compensé par l’abondance de fonctionnalités en natif.


Bon très bien mais au final, faut-il acheter le N9 ?

J’ai utilisé le N9 au quotidien pendant une grosse semaine et je veux vous assurer une chose, il est tout à fait possible de l’avoir comme votre appareil principal, en partant du principe que vous ne comptiez pas sur le N9 pour posséder les dernières apps à la mode.

En clair, si vous n’avez pas ce besoin en apps et jeux, et que vous êtes séduit par la fluidité de MeeGo, son interface réussie…et que vous avez le budget (600 ou 700€ en fonction de la version), n’hésitez pas. Le N9 est un terminal unique, innovant, agréable à utiliser, vous ne serez pas déçus et aurez, en prime, un appareil collector.

Cela étant dit, prenez bien en compte l’absence de support à moyen/long terme, le catalogue d’apps assez peu fourni et qui restera, à peu de choses près, dans cet état.

Vous êtes prévenus, maintenant, sortez vos cartes bleues.

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Une interface entièrement pensée tactile, innovante
  • Un design magnifique, frôlant la perfection
  • Un bon paquet de fonctionnalités intégrées en natif (réseaux sociaux, IM, etc)
  • Vous serez le seul dans un rayon de 50km à posséder cet appareil, enfin presque
  • Pas de futur pour MeeGo
  • Peu d’applications disponibles
  • Peu/pas de support à moyen/long terme
  • Haut parleur moyen
★★★★½