Important : pour ceux qui sont intéressés par le E7 mais hésitent avec le N8, nous avons publié un comparatif de ces deux appareils ici. A lire après avoir consulté les deux tests, bien entendu !


Test vidéo du Nokia E7

Vidéo avec sommaire interactif (vers les 3sc, pensez à faire pause sinon le sommaire disparaît), cliquez sur le thème qui vous intéresse pour naviguer dans la vidéo, cliquez en haut à droite pour revenir au sommaire. Bonne lecture !

Test filmé avec un caméscope Samsung HMX-S15.

Image de prévisualisation YouTube

Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Spécifications

Nokia E7

Système d’exploitation Symbian^3
Taille écran 4″ tactile capacitif 360×640 AMOLED Clear Black Display (CBD)
Connectivité Pentabande (5) 3G HSDPA
Mémoire 16Go de mémoire interne, pas de support microSD
RAM 256Mo
Processeur 680MHz
Appareil photo 8 mégapixels, EDoF (full focus), double flash LED
GPS ? Oui, A-GPS
WiFi ? Oui, b/g/n
Bluetooth ? Oui, 3.0 A2DP
Connectique Micro USB (+USB on-the-go), HDMI (mini), jack 3.5mm (+ TV out)
Poids 176g
Dimensions 123.7 x 62.4 x 13.6 mm
Prix 599€ nu (Nokia Boutique)
Disponibilité Février 2011

Photos, design et prise en main

Commençons par le contenu de la boîte (désolé, j’ai complètement oublié de prendre une photo du contenu, toutes mes excuses !), vous trouverez le E7, le câble micro USB, le kit oreillette stéréo jack 3.5mm, le chargeur basse consommation micro USB, les notices, un adaptateur HDMI et un adaptateur pour l’USB on-the-go. Pas de batterie (intégrée et non amovible), pas de stylet pour le marché français.

Le Nokia E7 possède un design très similaire au N8, tant au niveau de la forme (avec les extrémités plus fines) que dans l’esprit général (écran, matières). C’est plutôt une bonne chose car le N8 est un appareil plutôt sympathique à l’oeil (certains ne seront pas d’accords, c’est réellement une question de goût).

 

Sur le E7, le bouton de menu (le seul bouton physique) se trouve au centre. Il ne ressort pas assez à mon goût mais est globalement agréable à utiliser. Ce bouton permet d’accéder au menu principal, de revenir à l’écran principal et d’accéder au multitâche.

 

Côté gauche, le bouton de verrouillage/déverrouillage, à utiliser avec le pouce (main gauche) ou le majeur (main droite). Le bouton est bien conçu, pas de soucis, mais j’ai du mal à comprendre la logique de Nokia à ce sujet. Parfois, ce bouton est à gauche, parfois à droite. Pourquoi ?

 

Sous l’appareil, les mentions obligatoires (dont le Fabriqué en Finlande). Celles-ci sont normalement sous la batterie mais celle-ci n’est pas amovible. Je m’explique. Avec le N8, Nokia a introduit un nouveau concept, la batterie inamovible pour proposer un design unibody de qualité, solide et compact. Sur le N8, il est toutefois possible d’accéder à la batterie en enlevant des vis à un certain endroit. Sur le E7, pas de vis.

Enfin, pas exactement. Il y a des vis (Torx 4), mais pour y accéder, il faut enlever des éléments non remplaçables (sauf si vous avez la pièce en question) en haut de l’appareil. Donc en gros, si vous avez envie d’accéder à la batterie, il va falloir racheter certaines pièces et pas mal galérer.

Très bien, et alors ? Cela ne signifie pas grand chose pour vous, l’utilisateur final. Avec Symbian^3, Nokia a ajouté une option qui permet de forcer un arrêt du terminal en gardant appuyé le bouton Power pendant 8 secondes. Au lieu d’enlever la batterie pour forcer l’appareil à s’éteindre, il suffit donc de faire ça. Après, si vous avez un problème qui grave, vous seriez dans tous les cas allé dans un centre Nokia Care, non ?

 

Côté droit, ça se corse. De droite à gauche sur la photo, on trouve tout d’abord le tiroir pour le SIM. Comme vous ne pouvez pas accéder à la batterie, et donc à un potentiel emplacement pour votre SIM, il fallait bien trouver un autre système. Sur le N8 c’est un cache à côté du port microSD, sur le E7 c’est un tiroir. Notez que le E7 ne dispose pas d’emplacement pour microSD. Important : si vous ouvrez ce tiroir alors qu’une SIM est dedans et que l’appareil est allumé, le terminal va automatiquement redémarrer.

Ensuite vient le bouton de volume. On ne dirait pas ? C’est normal, Nokia a souhaité proposer ici un nouveau type de bouton de volume, plutôt slider que bouton à proprement parler. Le bouton glisse en haut et en bas et revient toujours au centre après avoir été relâché (ça porte un nom ce type de bouton ?). Je vais être très franc avec vous, j’ai détesté ce bouton de volume ! Il me semble que c’est la première fois que je vois ça, et je suis largement ouvert à l’innovation dans le mobile, le design et l’ergonomie. Mais ici…ce n’est pas du tout une réussite. Ce bouton ne ressort pas du tout mais le trou est petit, il faut donc appuyer un minimum avec son pouce (ou autre) pour l’utiliser. Comme il s’agit d’un mouvement de haut en bas et pas simplement une pression sur un bouton, dès que vous voulez changer le volume, il faut tenir fermement l’appareil en main sinon il glissera. Vers le bas, c’est à peu près correct car l’appareil repose toujours sur les doigts du bas, mais pour augmenter le volume, c’est l’horreur. Il faut le serrer fort avec ses doigts sinon l’appareil glisse vers le haut. Bref, c’est peut être une question d’habitude et vous n’aurez potentiellement pas ce problème, mais pour moi c’est un gros point négatif niveau ergonomie.

Pour finir, le bouton de l’appareil photo, qui ne ressort pas du tout. C’est normal, car le E7 ne possède pas d’autofocus, mais cela le rend difficile à trouver au doigt. De plus, il est mal positionné (j’explique ça dans la vidéo, c’est plus clair).

 

En haut de l’appareil, de droite à gauche, micro USB, HDMI (mini), bouton power on/off et jack 3.5mm. Notez qu’il n’y a pas de port de chargeur classique.

 

A l’arrière du E7, l’appareil photo 8 mégapixels avec son flash dual LED. Contrairement au N8 qui possède un relief pour l’appareil photo, le E7 est complètement plat. On voit bien ici la différence de couleur entre les zones en métal et celles en plastique (coque en métal, extrémités en plastique). Ce n’est pas quelque chose qui m’a particulièrement dérangé mais peut être que les plus exigeants parmi vous seront gênés par cela.

Quand on tape sur la coque arrière, ça sonne creux. C’est logique mais cela donne aussi un côté un peu cheap. En effet, le E7 possède les mêmes composants que le N8 (plus ou moins) mais avec plus de matière, l’intérieur est donc plus vide que le N8. C’est un détail.

Le haut parleur est en bas à gauche.

 

La prise en main générale de l’appareil est plutôt bonne, pas de craquements, la finition est plus que correcte comme souvent chez Nokia et le E7 n’est pas si large que cela. A titre d’exemple, il est 2mm moins large qu’un Galaxy S de Samsung, qui tient pourtant bien en main. La présence d’un clavier coulissant le rend un peu plus épais que la moyenne des smartphones récents avec 13,6mm, mais il reste plus fin qu’un Desire Z (HTC) qui atteint 14,1mm.

Seul bémol pour moi, l’ergonomie de l’appareil. Si la prise en main est bonne, ce qui compte c’est l’utilisation. La dessus, j’ai quelques réserves concernant le bouton de volume, celui de l’appareil photo et l’ouverture du clavier (pour ce dernier point je chipote un peu, vous verrez).

 

Pour les deux premiers bémols vous étiez déjà au courant, parlons maintenant du clavier et de son ouverture. C’est un système qui fait penser comme deux goûtes d’eau à celui du Nokia N97, une charnière qui s’ouvre et positionne l’écran incliné, un peu comme un ordinateur portable miniature. C’est un concept qui avait beaucoup plus avec le N97 (c’était d’ailleurs le seul point fort du mobile, maintenant que j’y pense, avec son apn) et qui est ici légèrement amélioré. Au lieu d’avoir utilisé du plastique pour composer les pattes qui composent le mécanisme, Nokia a choisi le métal. Cela se ressent à l’utilisation, le tout est très stable à l’ouverture ainsi qu’à la fermeture.

Mais il y a, d’après moi, un léger hic. Sur le N97, il était très facile d’ouvrir l’appareil à une main car le rebord sur lequel il fallait pousser était épais. Sur le E7, la tranche supérieure (celle de l’écran donc) qui faut pousser et non seulement plus fine mais également arrondie, ce qui ne facilite pas du tout la tâche. Avec de l’habitude, ce problème a tendance à disparaître mais j’aurais apprécié un petit effort ergonomique sur ce point (que j’avais remarqué lors de Nokia World 2010 lors de nos premières prises en main).

 

Maintenant que le petit bémol concernant le clavier a été abordé, passons aux louanges (il faut bien !) : le clavier du Nokia E7 est réellement excellent. J’avais aimé celui du N97, encore mieux celui du N97 mini, celui-ci est au moins au même niveau, avec plus de place et des changements intéressants de position de touches.

Le clavier se positionne entre deux rebords, cela peut sembler étrange au premier abord mais à l’utilisation ce n’est pas du tout un problème (je le démontre dans la vidéo de test). Les rebords en question viennent se positionner naturellement dans les mains et j’ai été à l’aise avec ce clavier dès la première minute d’utilisation.

 

Les touches possèdent un léger relief, juste ce qu’il faut et son dans une matière à la fois lisse mais pas glissante. Quand vous appuyez sur un caractère, pas de bruit mais un retour suffisant pour bien enregistrer l’action.

 

Passons maintenant aux choses sérieuses ! Ce clavier AZERTY est sur 4 rangées de touches et n’est pas en décalé (ce qui n’est pas gênant, d’après moi, pour un clavier de mobile). Vous avez un accès rapide à l’arobase, à la virgule, au point, aux deux points ainsi qu’à l’accent circonflexe. Ensuite, il faudra utiliser le touche Fonction (en bas à gauche) pour activer les caractères en jaune.

La touche d’espace est au milieu et est suffisamment large pour permettre une utilisation optimale. Nokia a visiblement décidé d’arrêter de mettre sa barre d’espace sur la droite (N97, mini), ce n’est pas plus mal je pense. Les flèches directionnelles sont à droite, cela permet de sélectionner du texte très facilement, pour ensuite faire un joli Ctrl + C / Ctrl + V pour copier/coller (uniquement en mode édition).

 

L’écart entre le bas de l’écran est le haut des touches est suffisant pour permettre aux gros pouces de taper confortablement.

 

Fonctionnalités

Le Nokia E7 tourne sous le même système que le Nokia N8, nous avons déjà eu l’occasion de le découvrir au cours du test du Nokia N8. Je vous recommande donc d’aller consulter ce test.

Les deux seules exceptions d’utilisation concernent l’appareil photo et l’absence de slot microSD. Pour la microSD, c’est assez simple, vous allez devoir vous cantonner à la mémoire de masse de 16Go, rien de bien méchant. Pour l’appareil photo, il ne possède pas d’autofocus donc si vous consultez le test du N8, zappez toutes les parties relatives au focus, macro, etc.

Il est fort possible que vous ayez une mise à jour en attente dès la réception de votre mobile, pensez donc à vérifier cela avant de commencer à l’utiliser.

> Pour un aperçu complet des fonctionnalités du Nokia E7, regardez le test vidéo, il dispose d’un sommaire interactif qui permet de ne pas perdre de temps !

Qualité photo / vidéo

La qualité photo est correcte, surtout pour les photos de paysages, mais globalement cela manque de pêche au niveau des couleurs ainsi que de contraste.

 

La qualité vidéo est plutôt bonne, le capteur full focus rend une image plutôt nette jusqu’à une certaine distance du sujet. Point intéressant (visible dans la vidéo ci-dessous), quand vous zoomez, l’image est retraitée en une petite seconde pour afficher plus de détails. Parfois ce traitement donne un meilleur résultat, parfois non. Pour zoomer, il suffit de double taper sur l’écran, d’utiliser la barre tactile de zoom ou le bouton de volume. Niveau couleurs, l’ensemble est réaliste, pas de voile blanc sur l’image ni de saturation excessive. Ce qui est assez étrange étant donné le résultat sur les photos.

La vidéo ci-dessous a été enregistrée en 720p, n’oubliez pas d’activer ce mode ! Désolé pour la vitre un chouilla sale…

Image de prévisualisation YouTube

Conclusion

Le Nokia E7 est un smartphone composé d’extrêmes, résumons brièvement les divers points positifs et négatifs.

> Je vais commencer par le positif. Le E7 possède un grand écran 4″ CBD, pour ceux qui aiment les grands écrans, vous serez heureux. Le CBD est une bonne technologie d’écran, qui possède de nombreux avantages (visibilité en extérieur, belles couleurs, noirs profonds, etc) avec un petit inconvénient, ce fameux effet de relief que j’ai constaté. Ce n’est pas un soi un gros point noir.

Le E7 est solide, tient bien en main. C’est un produit avec une belle finition Nokia, digne de la série E. Son écran CBD est équipé Gorilla Glass, un type d’écran très résistant, comme le N8. A ce propos, j’utilise un Nokia N8 depuis plusieurs mois de façon intensive et n’ai à déplorer aucune rayure ni marque sur l’écran. J’avais d’ailleurs réalisé un petit test vidéo à ce propos, voir ici.

Son clavier est une merveille comme on aimerait en voir sur de nombreux autres terminaux, Nokia sait faire des claviers physiques et le prouve encore une fois ici.

Niveau fonctionnalités, Symbian^3 est ouvert, permet le vrai multitâche, de lire des DivX en natif, possède un support USB on-the-go et HDMI (avec les câbles fournis), globalement permet de faire au moins tout ce qu’un smartphone doit savoir faire (à quelques exceptions près) voir plus dans certains cas. Les photos et vidéos prises avec le E7 sont de qualité correcte. Ovi Maps est une très belle réussite logicielle, une véritable solution GPS gratuite et illimitée proposée par Nokia.

> Passons maintenant aux points qui fâchent. Concernant le terminal en tant que tel, j’ai trouvé globalement que la sensation en main était moins bonne que sur le N8, la coque « unibody » est sympathique mais le résultat n’est pas aussi convaincant que sur le N8 (dû à la taille du produit, c’est certain). L’ergonomie de l’appareil est à revoir (à part pour le clavier) : le bouton de volume est un désastre, le bouton d’appareil photo est mal placé et le clavier coulissant n’est pas si facile que cela à ouvrir (ce point a largement tendance à disparaître avec l’habitude).

Mais le plus gros bémol c’est le système à proprement parler, Symbian^3. De nombreuses critiques avaient été formulées concernant Symbian S60 5e édition, la version tactile de Symbian qui précède celle qu’on trouve sur le E7 ou le N8 (entre autres). Nokia a écouté, en partie.

Le navigateur web sous Symbian^3 est une véritable catastrophe. L’année dernière, mon jugement aurait sûrement été moins catégorique, mais en 2011, proposer un navigateur web de cette qualité relève de la blague. Heureusement vous pouvez installer un navigateur web alternatif, comme Opera. Notez également qu’une mise à jour (PR2.0) arrive bientôt et devrait proposer un meilleur navigateur web (d’après les premiers retours ce navigateur n’est pas le Messie). Vous pourrez voir un aperçu de cette mise à jour sur un C7 ici.

Le vrai problème de S^3 ne se situe pas dans ses fonctionnalités, car le système peut faire beaucoup de choses, mais dans l’ergonomie de son interface tactile. S^3 garde encore, hélas, la même logique de depuis les premières versions de la plateforme. C’est bien pour la cohérence, mais pas pour l’innovation. Il faudrait tout reprendre de zéro et autant vous dire que cela ne va pas être fait, les futurs smartphones Nokia seront sous Windows Phone (partenariat avec Microsoft), Symbian va encore évoluer mais va disparaître à terme (d’ici 3/4 ans). L’exemple qui me vient en tête concerne le lecteur musical, qui est intéressant mais plein d’imperfections et d’incohérences (différentes catégorisations non logiques, voir vidéo de test). L’interface du lecteur mélange à la fois une vue très sympathique en coverflow et…des options Lecture aléatoire/Répétition qui demandent à ouvrir 2 sous menus imbriqués.

Dernière chose, son prix nu. Début avril 2011, il est proposé à 600€, en espérant que celui-ci baisse rapidement…

Donc ? Tout dépend de votre utilisation. Son grand écran le rend parfait pour regarder des vidéos et son support natif de DivX ne fait que renforcer ce point. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un modèle de la série E (pour Entreprises), et effectivement le E7 est plutôt performant en utilisant business (e-mail, Microsoft Communicator). Le E7 est un appareil que vous choisirez essentiellement pour son clavier physique et son grand écran (+ son design). Si vous avez envie d’un terminal Nokia qui permet de faire des belles photos, dirigez-vous plutôt vers un Nokia N8 (qui permet lui aussi l’USB on-the-go et l’HDMI out), si vous avez envie d’une interface tactile plus ergonomique et adaptée, allez voir du côté d’Android ou d’iOS.

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Grand écran 4″ Clear Black Display
  • Très bon clavier physique AZERTY
  • Lecture DivX en natif
  • HDMI out et USB on-the-go
  • Bonne solution GPS (Ovi Cartes)
  • Interface non adaptée pleinement au tactile
  • Navigateur web très mauvais
  • Quelques problèmes d’ergonomie au niveau des boutons
  • Appareil photo Full Focus (pas d’autofocus)
★★★★☆