Le Honor vaut-il ses 260€ nu ? Voyons cela…

Note : test en retard, donc écrit « express », la majorité des infos sont dans la vidéo longue.

 

Test vidéo du Huawei Honor

Test vidéo en deux versions, une longue avec sommaire interactif et une courte « express » pour les plus pressés.

Test filmé avec un caméscope Samsung HMX-S15.

 

Test long

 

Test express

 

Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Spécifications

Huawei Honor

Système d’exploitation

Android 2.3 avec surcouche (4.0 prévue)

Taille écran 4″ 480×854 capacitif multitouch
Connectivité

3G HSDPA GSM quadribande (SIM normale)

Mémoire 1Go de mémoire interne (4Go de ROM), microSD jusqu’à 32Go
RAM 512Mo
Processeur 1.4GHz
Appareil photo 8 mégapixels, autofocus, flash LED, caméra frontale VGA
GPS ? Oui, A-GPS
WiFi ? Oui, b/g/n
Bluetooth ? Oui, Bluetooth 2.1 A2DP
Connectique micro USB, jack 3.5mm
Poids 140g
Dimensions 122 x 61 x 11 mm
Autonomie annoncée Env. 6h40 en conversation, 380h en veille, batterie 1930mAh
Prix A partir de 1€ avec forfait, env. 250€ seul (acheter le Huawei Honor chez MeilleurMobile)
Disponibilité Fin 2011, début 2012 en Europe

 

Photos, design, prise en main

Contenu classique avec le Honor, petite notice, câble USB/micro USB, écouteurs et bloc secteur.

 

Le Honor fait penser à un mélange entre le Galaxy Ace de Samsung, le LG Optimus Black et le Motorola Defy. Des angles arrondis, 4 touches sensibles blanches sur fond noir… assez banal me direz-vous, oui mais Huawei a tout de même fait du bon boulot (voir partie « Ergonomie/Finitions » en fin de cette section).

 

Au dessus de l’écran 4″, le logo, la sortie audio, quelques capteurs et la caméra frontale VGA.

 

Sous l’écran, les 4 touches « classiques » Android : menu, accueil, retour et recherche. Il s’agit d’un choix historique à l’OS qui a disparu petit à petit pour laisser place à 3 touches, notamment depuis l’arrivée d’ICS. Ce n’est ni une mauvaise ni une bonne chose, ces touches fonctionnent correctement et « font le boulot ».

 

Sous l’appareil, le port micro USB, le micro et la fente (arrière) pour accéder à la batterie et à la SIM (normale).

 

Au dessus, le jack 3.5mm et le bouton on/off verrouiller/déverrouiller.

 

A gauche, la touche de volume, qui ne permet pas de zoomer en mode photo ou vidéo.

 

Côté droit, rien à signaler.

 

A l’arrière, une coque intéressante en plastique avec léger relief, un peu comme ce que Samsung nous propose souvent mais en plus accentué. La sensation en main apportée par cette matière est bonne.

 

En haut, l’appareil photo 8 mégapixels, légèrement en relief (mais pas au point de réellement soulever l’appareil, voir photos de côté plus haut), le flash LED et le haut parleur. Le logo Huawei, bien mis en évidence puis le classique (mais pas présent sur tous) « with Google ».

 

Le Honor est entièrement en plastique, mais le constructeur chinois a bien travaillé là dessus pour offrir, au final, une sensation en main meilleure que ses homologues concurrents (type Defy, Ace ou Black). Pour commencer, il pèse plus que la moyenne de ces terminaux, avec un gros 140g (contre, par exemple, 113g pour l’Ace). A ce niveau, ce n’est pas gênant et, au contraire, cela apporte une sensation de robustesse. 

L’assemblage des différents éléments en plastique est correctement exécutée, l’appareil ne craque pas en main et sa taille permet de bien l’agripper. Si, d’après moi, 4.3″ reste la taille d’écran idéale pour privilégier une bonne prise en main (même si certains form factor bien optimisés permettent d’aller plus loin, comme sur le Galaxy Nexus), 4″ est également un excellent choix pour un appareil de cette gamme. De fait, le Honor est très agréable à manipuler.

Toutefois il reste un élément qui « trahit » la gamme du Honor, la sensation au toucher de l’écran. Comme pour presque tous les appareils de ce gabarit, il donne une légère impression « molle ». En clair, si sur un Galaxy S2 vous tapez et avez clairement l’impression de dureté, sur le Honor c’est plus « flexible ». Toutefois ce point est très loin d’être rédhibitoire. 

 

Une surcouche simple mais réussie

Pour tout l’aspect lié aux fonctionnalités, nous vous invitons à regarder le test vidéo pour un aperçu complet.

Huawei nous propose ici un appareil sous Android 2.3 (mise à jour 4.0 prévue) avec une surcouche très intéressante. L’axe du constructeur a été le suivant, reprendre la base 2.3 et la modifier légèrement esthétiquement parlant tout en y ajoutant quelques fonctionnalités. 

Nous sommes très loin d’un Sense ou TouchWiz à tous points de vue mais pour le coup je préfère une surcouche légère « pauvre » bien maîtrisée qu’une tentative loupée de changer radicalement Android. Le gros point fort de cette surcouche : sa fluidité. Les écrans défilent très rapidement dans la majorité des cas, notamment sur l’écran d’accueil et cela malgré un effet 3D au changement de la page.

Côté déverrouillage, Huawei nous propose 4 raccourcis rapides pour lancer, par exemple, l’appareil photo en quelques secondes. Malheureusement ces raccourcis ne sont pas personnalisables. L’accueil est classique avec différentes pages d’accueil, quelques widgets exclusifs à Huawei (rien de transcendant), un dock modifié, idem pour les icônes et un effet 3D quand vous glissez d’une page à une autre.

 

Surcouche légère, oui, mais cela n’a pas empêché Huawei de proposer un tiroir personnalisé avec des accès rapides au WiFi, Bluetooth, GPS, données mobiles et à la rotation. Si vous activez l’option, vous trouverez aussi un mini widget dans le tiroir qui permet de surveiller sa consommation data (avec alertes).

 

Excellente surprise, le mode multitâche a été personnalisé. Exit l’écran central avec les icônes, présent de base dans Gingerbread. Huawei vous propose des vignettes lisibles pour chaque app lancée et la possibilité de supprimer le processus. Vous pouvez aussi tout fermer avec le bouton « fermer tout ». Une très bonne initiative sur une fonction qui est utilisée en permanence par l’utilisateur.

 

Le menu principal a lui aussi été modifié, il est très simple : des rangs d’icônes avec un défilement latéral, la possibilité de changer leur place manuellement et de désinstaller une app directement depuis ce menu. Un appui sur l’icône « maison » renvoie vers la page d’accueil (étrange car vous avez aussi la touche sensible en bas).

 

Et côté Sandwich Glacé ?

Nous n’avons, hélas, pas pu le tester sous Ice Cream Sandwich, mais le constructeur a publié une ROM de « démo » (beta) afin que les utilisateurs puissent l’essayer. 

Dans cette version de démo il s’agit d’ICS en pur, simplement pour montrer comment fonctionne la version de l’OS sur le terminal. Dans les faits, à la sortie de la MàJ, vous devriez obtenir quelque chose de plus personnalisé.

Image de prévisualisation YouTube

 

Qualité photo et vidéo

Pour les échantillons photo et vidéo il y a eu, disons, un petit problème. Pour des raisons techniques absurdes nous n’avons pas les fichiers et donc ne pouvons pas vous les proposer pour comparer avec les autres tests publiés. Nous en sommes très sincèrement désolés.

Nous vous invitons à jeter un œil aux échantillons publiés sur les tests de quelques confrères, les deux vidéos sont issues du test de PhoneArena (le son du micro est vraiment médiocre !).

> Review d’Android Central

> Review par Engadget

> Review de PhoneArena (page 5 de la galerie)

Image de prévisualisation YouTube 

Image de prévisualisation YouTube

 

Conclusion

Pour environ 250€, le Huawei Honor est un très bon terminal de moyenne gamme sous Android. Il offre à la fois un design de bonne facture et une interface au niveau. Bien sûr, il est loin de venir titiller les pieds des terminaux à plus de 500€, mais ce n’est pas le but. Faisons le tour des différents points, négatifs comme positifs.

Design, finitions, ergonomie : le Honor offre une bonne prise en main, de par sa taille, il est tout en plastique mais est bien fini et ne craque pas. Son poids lui donne un côté « robuste » et le rend plus agréable à manipuler que ses concurrents.

Une surcouche légère et réactive : dans l’interface, Huawei nous propose une personnalisation légère basée sur Gingerbread avec quelques fonctions en plus, notamment au niveau de l’accueil, du tiroir des notifications et du multitâche.

Haut parleur : celui-ci est bon, le volume est optimal, le rendu est propre et nous offre même quelques basses sympathiques et bien dosées.

Autonomie : Huawei annonce environ 3 jours en utilisation normale. Avec sa grosse batterie de 1930mAh on s’attend effectivement à quelque chose de bon mais pas autant. La réalité, c’est que dans le meilleur des cas vous devriez obtenir une journée et demie et dans le pire des cas (utilisation lourde) vous devrez le recharger en fin de journée. Ce n’est pas mauvais à proprement parler mais c’est loin de la promesse du constructeur. Dommage.

Expérience web : comme tous les mobiles de cette gamme, l’expérience web est en retrait par rapport aux appareils de la gamme du dessus. Maintenant, j’ai trouvé que par rapport à la concurrence sur le même segment, le Honor s’en sortait un peu mieux (fluidité générale ressentie).

Qualité photo et vidéo : je suis mitigé là dessus, en lisant 8 mégapixels je m’attendais à beaucoup, le capteur du Honor est plutôt correct mais n’est pas aussi performant que celui du Galaxy S2, par exemple. Concernant la vidéo, la qualité est bonne mais le son est réellement mauvais (écoutez les échantillons, c’est très décevant).

Huawei a fait du bon boulot sur ce terminal, avec des moyens limités. C’est très appréciable. Son gros point positif : sa fluidité générale, aspect qu’on critique souvent sur les appareils de cette gamme. Reste maintenant à voir ce que cela donne sous Ice Cream Sandwich.

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Finitions correctes, bonne prise en main
  • Surcouche légère mais qui apporte quelques fonctionnalités
  • Interface généralement fluide
  • Haut parleur très correct
  • Expérience web moyenne
  • Autonomie correcte mais loin d’être celle annoncée
  • Son en vidéo mauvais
 
★★★★½

 

Pour qui est destiné le Honor ?

Vous cherchez un terminal Android compact à un prix abordable sans pour autant sacrifier la fluidité dans l’interface. Vous n’avez pas spécialement envie de faire tourner des jeux lourds et la navigation web n’est pas pour vous LA priorité sur un smartphone. Il s’agit potentiellement de votre premier smartphone ou du second après un premier smartphone de moyenne gamme.