Test vidéo du Huawei Ascend P1

Vidéo avec sommaire interactif, cliquez sur le thème qui vous intéresse pour naviguer dans la vidéo, cliquez en haut à droite pour revenir au sommaire. Bonne lecture !

Test filmé avec un caméscope Panasonic HV700.

La vidéo ne fonctionne pas ? Voir la vidéo sur Youtube

Si vous aimez cette vidéo, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Spécifications

Huawei Ascend P1

Système d’exploitation Android 4.0 avec surcouche (et Emotion UI)
Taille écran 4.3″ 540×960 capacitif multitouch
Connectivité

3G+ HSDPA GSM pentabande

Mémoire 4Go de ROM, slot micro SD jusqu’à 32Go
RAM 1Go
Processeur Dual-Core 1.5GHz
Appareil photo

8 mégapixels, autofocus, dual LED

GPS ? Oui, A-GPS
WiFi ? Oui, b/g/n
Bluetooth ? Oui, Bluetooth 3.0 A2DP
Connectique micro USB, jack 3.5mm
Poids 110g
Dimensions 127.4 x 64.8 x 7.7 mm
Batterie

Batterie 1670mAh

Prix

A partir d’1€ avec forfait (voir chez Orange), environ 250/300€ nu (voir chez Expansys)

Comparer les prix du Huawei Ascend P1 sur MeilleurMobile

Disponibilité Mai 2012
DAS 0.606 W/kg

 

Photos, design, prise en main

Contenu de la boîte : notices, écouteurs basiques (non présents ici), bloc chargeur mural, câble USB / micro USB, la batterie et l’appareil. Notez que ces éléments font très Apple !

 

Un design assez classique pour ce P1, sa principale particularité étant sa finesse (7.7mm) et la zone basse avec une extrémité en biseau. Au dessus de l’écran se trouvent quelques capteurs et la caméra frontale 1.3mpx. En dessous, Huawei proposé trois touches classiques menu, accueil et retour. 

 

Sous le P1, le micro principal. Le plastique brillant ici garde un peu les traces de doigts, mais rien de dramatique vu l’emplacement.

 

Bouton on/off et un emplacement pour la micro SD. Vous le voyez bien ici, le terminal est fin, avec une légère bosse vers le bas.

 

Sur le haut, jack 3.5mm, port micro USB et SIM.

 

A gauche, les touches de volume, bien conçues.

 

La coque arrière du P1 est en finition soft touch, plutôt agréable au toucher. L’optique et le double flash LED sont placés au centre sur une zone légèrement en relief, à priori les risques de rayer la vitre de l’appareil photo sont minimes, mais il nous est impossible de vous le garantir, ce genre d’élément est bien complexe à tester.

 

Le haut parleur, en bas sur la « bosse ».

 

Ergonomie : 4.3″ oblige (sauf exception), le Ascend P1 s’agrippe bien et ne pose pas de soucis d’encombrement. Sa finesse est à la fois un aspect positif, il prend moins de place, mais n’oeuvre pas nécessairement (d’après moi) dans le sens d’une meilleure prise en main, sa forme épousant de fait moins bien la paume de votre main. Les touches sont bien placées et ressortent suffisamment, notamment le bouton on/off en haut sur la tranche droite ou encore la touche de volume. Huawei utilise ici un positionnement classique, comme le fait notamment Samsung, et qui a fait ses preuves.

 

Ecran

Le P1 dispose d’un écran Super AMOLED 4.3″ de résolution 540×960. L’utilisation du Super AMOLED est une excellente chose, le rendu général est bon, avec des noirs et blancs très vifs et relativement stables en inclinaison, idem pour les couleurs, même si ces dernières sont probablement un poil exagérées. Côté résolution, si celle-ci ne devrait pas gêner la majorité des utilisateurs, on regrette un peu de ne pas avoir dépassé la barre des 300 ppi de densité de pixels (ici ~256).

 

Fonctionnalités

Le Ascend P1 est proposé sous Android 4.0 avec une surcouche divisée en deux parties, la base et une variante « 3D » pour toute la partie launcher (accueil et menu des apps). Faisons le tour rapidement de tout cela, notez que si vous souhaitez aller plus loin vous pouvez consulter le test vidéo qui est complet.

 

Deux thèmes, deux esprits : sur le P1 vous trouverez Android de base avec quelques ajustements de la part du constructeur ainsi qu’un launcher baptisé Emotion UI pour tout ce qui est accueil, déverrouillage et menu. Cette interface, avec effets 3D, est optionnelle, il est tout à fait possible de rester dans une version plus légère de la surcouche, à vous de choisir.

  

Au déverrouillage, des options en accès rapide, à droite l’interface 3D, le tiroir des notifications est classique ICS mais avec des accès rapides rajoutés par Huawei

 

  

Accueil, widgets, icônes, avec et sans interface 3D, à vous de décider

 

Pour le menu principal, vous avez deux axes. Celui de base offre la même interface que sous ICS en natif, un onglet Applications, un onglet Widgets, basique mais fonctionnel. Avec le launcher 3D, vous avez un effet de cube dans le menu et la possibilité de réorganiser vos icônes, rien de bien folichon pour être honnête.

 

Une fois dans les fonctionnalités, la surcouche est très proche d’Ice Cream Sandwich en édition « pure », ce qui est plutôt appréciable d’après moi même si cela induit aussi l’absence de quelques options, notamment la proposition de numéros à la composition ou une intégration sociale plus poussée.

Sur le web, l’expérience est globalement bonne avec une petite perte de réactivité lorsque vous êtes sur des sites plus lourds. Concrètement, cela se traduit par un défilement qui s’effectuera légèrement après l’action à l’écran (pour les grands « coups de doigt ») ou encore un léger délai lorsque vous souhaitez zoomer ou dézoomer. Par contre, si vous procédez lentement, le navigateur deviendra fluide, même sur des pages lourdes. Vous avez ici plusieurs possibilités pour améliorer l’expérience, désactiver des scripts et plug-ins dans les paramètres ou utiliser un autre navigateur, type Chrome (qui, dans la majorité des cas, offre une réactivité un poil supérieure). 

Le navigateur est celui qu’on trouve de base dans ICS, onglets dont onglet de navigation privée, paramètres divers et Lab…

 

 

Les messages sont organisés de façon classique, listés par conversation par contact. Ensuite les messages se succèdent par empilement, encore une fois un fonctionnement habituel. Côté saisie de texte, Huawei vous propose deux claviers, celui de base dans Android ICS, qui est plus que correct et affiche les touches de façon compacte et, d’après moi, esthétique, et le second, « Mode de saisie Huawei », qui prend plus de place et est visuellement plus « grossier ». Côté efficacité je n’ai pas trouvé ce dernier au top. Comme d’habitude pour Android vous pourrez télécharger d’autres claviers si vous n’aimez pas ceux proposés.

  

 

Côté mails, vous trouverez deux clients, qui sont ceux que Google propose de base dans Android. Le premier est exclusif Gmail, le second permet de configurer n’importe quel compte. Vous pouvez en mettre plusieurs à chaque fois.

  

 

Dans l’interface photo/vidéo, vous pouvez basculer rapidement de photo à vidéo, gérer les paramètres facilement, ajouter des effets… vous avez un mode panoramique intégré qui est décent (sans plus), pouvez zoomer avec le bouton dédié et, en vidéo, la mise au point se fait automatiquement.

La galerie photo/vidéo, classique ICS

 

Pour le reste, vous trouverez une app pour la météo et les actus, l’agenda de base d’ICS qui est très bien, deux lecteurs musicaux -Play Musique et Musique+, une espèce de version améliorée du client classique- ainsi que quelques widgets et un utilitaire de note. 

 

 

Performances

Dans les benchmarks, le P1 ne brille pas spécialement, avec, par exemple, un Note (premier du nom) qui arrive à un poil plus de 9000 dans AnTuTu comparé au 6500 du P1. Sur Smartbench 2012, même constat.

Et pourtant ! Dans l’interface tout est très fluide et sur le web, comme vous l’avez constaté (voir test vidéo), le résultat est plus que correct. De plus, il est possible de faire tourner des jeux en 3D sans trop de soucis, nous avons pu faire tourner Mass Effect Infiltrator ou encore Shadowgun Deadzone avec une très bonne fluidité en jeu.

  

 

Autonomie

Nous n’avons, hélas, pas pu réaliser notre test classique d’autonomie mais après quelques jours d’utilisation nous avons tout de même eu droit à un bon aperçu de l’autonomie de la bête.

Le P1 est équipé d’une batterie de 1670mAh qui vous offrira une journée complète en utilisation modérée (synchronisation de mail, réseaux sociaux, un peu de multimédia, appels et SMS). 

Bonne nouvelle pour les adeptes de conversations téléphoniques de longue durée, le P1 devrait vous permettre de tenir un peu plus d’une dizaine d’heures enchaînées, la « surconsommation » apparaissait logiquement dès que l’écran AMOLED est en marche.

D’autre part, notez que la coque arrière n’est pas amovible.

 

Qualité photo et vidéo

Le P1 est équipé d’un appareil photo 8 mégapixels avec autofocus et dual flash LED, il offre un rendu très correct en bonnes conditions de lumière mais commence à montrer des faiblesses dès que l’environnement devient plus compliqué. Si les couleurs en sortie sont justes (bien), il est tout de même regrettable de se retrouver avec de nombreux clichés qui manquent de précision. Un bon exemple est visible dans nos échantillons, vers la fin (« Bercy off », par exemple). Le mode macro fonctionne relativement bien, idem pour les divers effets proposés et l’option panoramique. Le HDR est présent mais offre, d’après ce que nous avons vu, un résultat peu marqué. Le zoom, numérique, est à proscrire, comme sur la majorité des terminaux mobiles actuels.

 

En vidéo, 1080p au maximum, l’autofocus continu nous a posé quelques soucis. Il pourrait bien s’agir d’un problème logiciel corrigé depuis mais celui-ci s’est avéré capricieux à certains moments, sans raison apparente (clairement visible dans la vidéo ci-dessous). Quand il « accepte » de fonctionner, le résultat est bon. Le rendu sonore est dans la moyenne des appareils actuellement sur le marché et, comme pour la photo, nous déconseillons l’utilisation du zoom.

Image de prévisualisation YouTube

 

Conclusion

Avec quelques jours de test, nous apprécions plutôt ce Ascend P1 qui propose une expérience globalement satisfaisante pour un terminal de cette gamme. Résumons tout cela à travers différents critères…

 

Design et ergonomie ★★½☆

Un design peu original mais qui a le mérite d’être plutôt agréable à utiliser avec son revêtement soft touch à l’arrière. Le P1 est léger et très fin, ce qui peu à la fois vous intéresser et vous déplaire, en fonction de vos goûts (la finesse n’aide pas toujours pour la prise en main). L’ergonomie générale est bonne et l’utilisation du plastique ne donne pas un aspect bas de gamme.

 

Ecran ★½

Bel écran Super AMOLED, blancs/noirs très marqués et couleurs vives (trop ?). On aurait apprécié une résolution plus élevée mais au final le P1 offre une densité de pixels similaire à d’autres terminaux du même prix.

Huawei nous délivre un terminal qui manque un peu de personnalité mais offre une belle expérience générale (design et interface).

Interface et fonctionnalités ★★☆☆

Android Ice Cream Sandwich avec une surcouche légère qui apporte quelques options dont la possibilité d’afficher une page d’accueil avec effets 3D, l’ensemble est bien réalisé et nous avons apprécié y trouver Android dans une édition peu personnalisée mais pas réellement brute. Une mise à jour Jelly Bean pourrait arriver en 2013 (nous n’avons pas plus d’infos actuellement), la dernière update date de novembre 2012 (basée sur ICS). Notez que l’appareil ne dispose que de 4Go de mémoire système, il faudra envisager sérieusement l’achat d’une micro SD afin de compenser cela. 

 

Performances ★★½☆

Sur les benchmarks le P1 ne brille pas vraiment mais à l’utilisation c’est, heureusement, différent. L’appareil est très réactif dans l’interface, plus que décent sur le web et vous permettra de faire tourner des jeux gourmands sans trop de soucis. Bien sûr, il ne bénéficiera pas d’une durée de vie aussi longue (sur l’aspect jeux lourds) qu’un terminal haut de gamme.

 

Qualité photo / vidéo ★½☆

Globalement pas mauvais dans l’un comme dans l’autre (photo et vidéo), avec les défauts habituels sur un smartphone concernant la capture en conditions mauvaises. Dommage tout de même pour les difficultés à faire la mise au point en vidéo.

 

Autonomie ★½☆

Le P1 offre une autonomie dans la moyenne des terminaux de cette gamme actuellement sur le marché, comptez grosso modo une journée complète en usage « classique ». La recharge reste nécessaire pour le lendemain.

 

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
  • Appareil léger, finitions correctes
  • Bel écran Super AMOLED
  • Surcouche légère et réussie
  • Bonnes performances générales
  • Quelques soucis de mise au point en vidéo
  • Batterie non amovible
  • Mémoire interne
  • A quand Jelly Bean ?

Note globale ★★★☆☆