Twitter en lutte contre la fragmentation


 Le 14/03/11

Récemment, Twitter avait demandé à quelques éditeurs d’applications de renommer leurs clients car leur nom était trop proche du nom de marque Twitter. C’est ainsi que Touiteur est devenu Plume (pas plus mal, au demeurant).

Ryan Sarver, qui travaille dans l’équipe responsable de la plateforme (API), a publié un long billet sur Google Groups dans lequel, en résumé, il demande aux développeurs d’arrêter de créer des clients pour Twitter et surtout, aux développeurs existants, de respecter les nouvelles règles imposées.

Le message est clair, Ryan explique qu’aujourd’hui il y a trop de façons différentes d’utiliser le service et que l’univers Twitter est bien trop fragmenté. Ils souhaitent proposer une expérience utilisateur consistante, homogène, dans laquelle l’internaute ne se perd pas.

Un des exemples donnés est le fait que certains développeurs utilisent des termes comme commenter pour répondre à un twitt ou like pour suivre quelqu’un, etc.

Je peux comprendre que Twitter souhaite rendre l’expérience utilisateur la plus simple et uniforme possible, mais avec cette mini guerre que le service mène contre les développeurs d’applications tierces, Twitter semble oublier une chose, c’est justement grâce à ces développeurs que le service est devenu ce qu’il est aujourd’hui.

Twitter a ouvert une API, permis aux développeurs de l’utiliser pendant des mois sans broncher, les applications se sont multipliées, certaines sont des horreurs (je ne parle pas ici que des applications mobile, mais tous les services web utilisant l’API, des milliers) d’autres sont des bijoux. Il faut comprendre une chose, pourquoi y-a-t’il autant d’applications tierces ? Car Twitter a tout simplement été incapable de proposer des interfaces officielles dignes de ce nom !

Pour commencer, Twitter web, qui a son lot de concurrent dans le navigateur mais surtout sous forme d’applications (notamment en Adobe Air) comme Tweetdeck ou Seesmic. Même la dernière version de l’interface web est à des décennies des options que propose Tweetdeck. D’ailleurs, Twitter ne propose toujours pas d’application bureau pour utiliser son service…

Ensuite il y a la série des apps sur mobile. Et là, Twitter a mis un temps fou à proposer son application officielle, qui (il faut l’avouer) était une belle bouse à sa sortie. Depuis, elle s’est améliorée, mais, encore une fois, de nombreux clients tiers sont bien supérieurs.

Alors quoi ? C’est simple, Twitter semble n’avoir jamais eu de business model, avec le temps ils en ont pondu un sauf qu’il y a un hic : une grande partie du trafic Twitter est réalisé sur les applications tierces. Qui dit trafic ailleurs dit impossibilité de monétiser ces utilisateurs via de la publicité classique.

Note : je grossis volontairement un peu les traits, il n’est pas impossible qu’à terme ces décisions aient un véritable impact positif sur l’utilisateur, j’estime simplement que Twitter devrait travailler avec les développeurs tiers pour améliorer l’écosystème et non pas les combattre avec des changements de conditions d’utilisation.


> Lire le billet en question

N’hésitez pas à donner votre avis sur la question !


via phonescoop

crédit photo, hiimok via t37

Accès directs