Le PDG de SFR (Frank Esser) quitte ses fonctions, remplacé temporairement par Jean-Bernard Lévy


 Le 27/03/12

L’arrivée de Free Mobile aurait-elle coûté son poste au PDG de SFR ? C’est la question que l’on peut se poser alors que les rumeurs qui circulaient hier sont confirmées par l’opérateur au carré rouge, Frank Esser vient de quitter ses fonctions de Président Directeur Général (effet immédiat), remplacé temporairement par Jean-Bernard Lévy, qui reste président du directoire de Vivendi.

Il ne s’agit pas ici d’un petit changement, il faut savoir que Frank Esser était à la tête du premier opérateur télécom « alternatif » (second après Orange / France Telecom) depuis 2000. Toutefois, ceci n’est pas non plus une surprise, au début du mois, Lévy (groupe Vivendi, maison mère de SFR) avait annoncé son souhait de retravailler l’organisation de l’opérateur, modifier les offres et les coûts, utilisant d’ailleurs l’expression « serrer les boulons« , dans un contexte de marché qui pèse lourd sur le groupe télécom.

D’après Reuters, SFR aurait perdu 1% de son volume d’abonnés uniquement sur les deux premiers mois de 2012 (soit environ 200 000 utilisateurs). Une chute d’entre 12 et 15% de ses revenus Ebitda (avant taxes, intérêts, dépréciation et amortissements) était d’ailleurs anticipée.

Selon une source syndicale au sein du groupe SFR, « Ces derniers temps, les salariés se demandent s’il y a un pilote dans l’avion. La réponse à l’arrivée de Free semble un peu brouillonne ». Il faut bien reconnaître que depuis le lancement des offres Carrées, il n’y a pas eu de changement réellement pertinent venant de l’opérateur. D’autre part, les offres low cost RED ne semblent pas arriver à séduire (ou SFR ne donne pas les moyens pour, ce qui semble plus juste), contrairement à B&You chez Bouygues et Sosh côté Orange. Pourtant, ces offres à « petit prix » et sans engagement font largement partie de la solution de riposte à Free Mobile, qui attaque par les tarifs (et tombe sur des os techniques ces derniers temps).

Les représentants des employés SFR estiment que l’entreprise a « arrêté d’innover » et attendent de voir Esser se faire remplacer par « quelqu’un qui connaît le secteur, qui a des idées ». Une opération sensible qui est d’ailleurs en cours, un cabinet de recrutement aurait été mandaté afin de trouver un nouveau PDG pour le groupe.

Est-ce le début d’une nouvelle ère pour SFR ? Probablement. Cela va t-il suffire afin de re-dynamiser le groupe dans ce contexte difficile ? L’avenir nous le dira.

source lesechos, CP SFR

Accès directs

Marques :

SFR

Tags :

Free mobile