La 3G dans le métro parisien, un projet compliqué


 Le 07/12/10

Si vous fréquentez le métro parisien, vous devez savoir qu’il est possible (presque toujours) de passer un appel ou de recevoir/envoyer un texto. Mais quand il s’agit de surfer sur le web ou d’utiliser un seul Ko de data, ça devient compliqué. Seule la 2,5G (EDGE) est présente dans les souterrains, et encore…

Alors qu’on discute de 4G en France avec des engagements sur 15 ans (bravo l’innovation ! …), la discussion s’articule encore autour du déploiement de la 3G dans le métro, ici à Paris. Le problème est le suivant : la RATP est trop gourmande. En effet, les opérateurs estiment que la redevance demandée par la RATP pour pouvoir installer la 3G dans les transports souterrains parisiens est bien trop élevée. En conséquence, tout est bloqué.

Le porte parole de la RATP dans cette affaire, Catherine Lecoufle, a déclaré aux Echos « Il y a dix ans, la moitié de la population seulement avait un mobile. Aujourd’hui, le taux d’équipement est de 120 % en Ile-de-France » puis « Nous avons 5 millions de voyageurs par jour, dont le tiers réalisent 2 actes téléphoniques – SMS, appel… -à chaque trajet. On ne peut pas exiger de poser ses antennes chez nous comme s’il s’agissait d’un toit ou d’un château d’eau au fin fond de la Beauce ! ».

Si nous comprenons bien, la logique est la suivante : aujourd’hui il y a une demande énorme, donc nous pouvons nous en mettre plein les poches, pourquoi s’en priver ? Et les utilisateurs dans tout ça ?

De toute évidence, le blocage est valable des deux côtés, la RATP qui exagère et les opérateurs qui doivent ne pas faire d’efforts. Et si la solution venait de Free Mobile ? Il est évoqué que Free Mobile, le 4e -futur- opérateur mobile en France, serait intéressé par le projet. Free pourrait ainsi louer son infrastructure aux autres opérateurs.

Cela semble un pari vraiment risqué, car Free Mobile doit avant tout développer son réseau.

Autre possibilité, la RATP pourrait installer un réseau WiFi dédié et garder la main sur celui-ci. La régie RATP pourrait dégager des revenus via un portail d’accès au réseau et/ou en revendant une partie de son infrastructure. Ce qui serait, de toute façon, plus économique que la 3G. Toutefois, cette solution ne pourrait pas permettre à 100% des usagers de profiter du web, tous les terminaux n’étant pas équipés WiFi, pour l’instant.

Quel casse-tête ! Une solution WiFi serait envisageable mais ne ferait office que de rustine, ce n’est pas, d’après moi, une bonne initiative pour le long terme. J’ai l’impression qu’en France, les télécoms ont du mal à innover. 15 ans pour la 4G alors qu’aux USA (qui ne sont pas généralement en avance), ils ont quelques villes équipées. Le NFC qui n’arrive pas à percer, le DVB-H, la 3G partout, etc.

via Businessmobile

Accès directs

Tags :

opérateurs