Free Mobile et la couverture, l’ARCEP intervient et clarifie certains points


 Le 30/01/12

Suite au lancement de Free Mobile début janvier, les opérateurs historiques se sont posés des questions à propos de la couverture du dernier entrant, certains acteurs accusant même Free Mobile d’avoir coupé certaines antennes après avoir obtenu validation de l’ARCEP.

Pour rappel, une des obligations de Free afin de pouvoir se lancer était de couvrir au moins 27% de la population au 12 janvier. 

L’autorité de régulation concernée, l’ARCEP, a publié le 27 janvier un communiqué à propos de ce sujet brûlant. Si vous souhaitez lire l’article entier, c’est par ici.

L’ARCEP introduit son communiqué en rappelant deux éléments, que la mise en place d’un opérateur téléphonique est une « opération complexe qui peut nécessiter des réglages et des mises au point » et que, concernant les obligations de couverture, l’ARCEP avait dû rappeler à l’ordre les 3 opérateurs en place deux années après la délivrance de leurs licences. Retard qui avait alors été « toléré » en raison de « difficultés techniques et économiques », évoquées par les opérateurs à ce moment.

Lorsque Free Mobile a signalé avoir atteint ses objectifs le 10 novembre 2011, l’autorité avait lancé un contrôle avec plus de 10 000 mesures sur le terrain afin de vérifier la mise en place du réseau de Free en comparaison avec la carte de couverture fournie par l’opérateur. La méthode utilisée est la même que celle qui a été mise en place pour les contrôles liés à Orange, SFR et Bouygues, celle-ci a révélé que Free « respectait à cette date le niveau de déploiement 3G » à atteindre.

Ensuite, l’ARCEP aborde le sujet des « antennes coupées » et rebondit sur les articles de presse publiés à ce sujet suite aux différentes accusations émises, notamment, par les syndicats CFE-CGC et UNSA. Ces syndicats auraient d’ailleurs saisi l’ARCEP à ce propos, mais pas les opérateurs directement.

L’autorité explique qu’aucune preuve n’a été, pour le moment, fournie concernant cette histoire de relais non fonctionnels mais qu’une demande avait été faite auprès de Free Mobile afin de clarifier tout ceci « incluant notamment une liste des sites installés, des sites effectivement activés, et des motifs qui auraient pu la conduire, le cas échéant, à l’extinction de certaines stations de son réseau« . De plus, l’ARCEP s’est engagée à effectuer les vérifications terrain nécessaires à la suite de la réception de la réponse de Free.

Accès directs

Tags :

ARCEP, Free mobile