AT&T en train d’acheter T-Mobile (USA)


 Le 21/03/11

Oui, vous avez bien lu. L’opérateur AT&T (2e opérateur aux USA) vient d’annoncer qu’ils étaient en train d’acquérir T-Mobile. Pour faire un rapide rappel de la situation, aux USA il y a 4 opérateurs principaux : Verizon (leader avec environ 94 millions d’abonnés), AT&T (86m), Sprint (49m) et T-Mobile (34m).

La transaction de 39 milliards de dollars demande toutefois à être approuvée par la FCC et le DOJ (Department of Justice), qui doit d’abord étudier la situation : est-ce qu’une telle acquisition serait bénéfique pour le consommateur ? Dans tous les cas, si la transaction doit avoir lieu, elle devrait se faire dans les 12 prochains mois.

En attendant la réponse de ces deux entités, nous pouvons déjà se poser la question et commencer à y répondre…

Notez, avant toute chose, que même après cette acquisition, T-Mobile resterait une entreprise indépendante (dixit T-Mobile) et ne proposerait pas l’iPhone à ses clients (c’est la grande question aux USA, tous les opérateurs ne le proposent pas, AT&T a eu l’exclusivité pendant des années puis Verizon s’y est mis avec sa version CDMA).

Un peu de contexte…aux USA, AT&T est vu comme l’opérateur ayant le service le plus désastreux (dans certaines villes particulièrement). Vous avez sûrement entendu parler à de nombreuses reprises de la qualité de l’accroche du réseau AT&T, notamment autour des soucis avec l’iPhone 4, de nombreux utilisateurs mettant l’opérateur en cause. D’où l’engouement médiatique autour de l’arrivée de l’iPhone chez Verizon (nous en avions parlé ici), les utilisateurs se disaient ainsi « enfin un vrai réseau pour l’iPhone ! ».

De l’autre côté, T-Mobile, 3e position, ne propose pas l’iPhone mais a été le premier opérateur américain à donner sa chance à Android, avec le T-Mobile G1. T-Mobile possède également un réseau réputé pour être d’une meilleure qualité que celui d’AT&T.

Concrètement que peut-il se passer ? Le groupe AT&T/T-Mobile représenterait plus ou moins 120 millions d’abonnés et prendrait ainsi la première place dans le pays, devant Verizon. Qui dit un opérateur en moins, dit également moins de concurrence. Cela pourrait avoir un effet néfaste sur la qualité des services et la volonté d’innover pour dépasser le leader. AT&T pourrait ainsi ne pas faire spécialement d’efforts pour améliorer son service, si le groupe occupe la première place. Toutefois, on peut compter sur Verizon pour challenger le nouveau leader.

Après, il ne faut pas oublier qu’en théorie T-Mobile sera une entité à part. Potentiellement donc pas de traction vers le bas de la part d’AT&T mais une amélioration du réseau avec la fusion des deux acteurs. En effet, avec cette transaction, AT&T souhaite également acquérir les infrastructures de T-Mobile, ce qui permettrait à AT&T de gagner 5 ans (temps qu’il faudrait pour construire un tel réseau). Meilleure couverture et meilleure accroche pour le pire réseau américain ? Une bonne chose c’est certain.

Bien entendu, Sprint n’apprécie pas spécialement, évoque le fait que cette transaction pourrait altérer de façon dramatique l’industrie des télécoms. Plus d’infos ici.

via gizmodo, engadget

Accès directs

Tags :

AT&T, T-mobile